La potentille ansérine

Bien que la potentille ansérine ait déjà été employée dans l’Antiquité comme médicament par les médecins, il s’agit a priori d’une plante de la médecine populaire. Elle est décrite par Théophraste sous le nom de pentaphyllon et par Dioscoride comme quinquefolium (cinq feuilles). On ne peut affirmer aujourd’hui avec certitude qu’il s’agissait bien là de la potentille ansérine. Les livres de simples du Moyen Âge décrivent la plante en détail et la recommandent contre la diarrhée et les hémorragies.
La potentille ansérine est une plante vivace avec un rhizome court et ligneux qui forme des stolons pouvant atteindre 80 cm et donnant naissance à de nouveaux pieds. Elle pousse ainsi en épais tapis. Les feuilles pennées et composées en rosette ont de 13 à 21 folioles pétiolées, au bord denté, dont la face inférieure blanc argenté est couverte d’un duvet soyeux. Les fleurs apparaissent au bout de tiges dépourvues de feuilles; elles ont cinq pétales ovales, jaunes d’or, et d’innombrables étamines. La floraison a lieu de mai à septembre.
On utilise couramment la plante séchée pour préparer des infusions. Les rhizomes et les jeunes pousses étaient autrefois consommés en guise de légumes.

Sources: http://www.avogel.ch/fr/

potentille

Et puis parce que l’automne est la saison où toutes les couleurs explosent dans la campagne, voila une photographie de ce que je peux voir à moins de 500 mètres de la maison.

le marais

 

Publicités

8 réflexions sur “La potentille ansérine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s