Le salon de l’agriculture vu… de la campagne.

L’agriculture, comme d’ailleurs l’ensemble de notre économie, souffre d’un manque de compétitivité : un coût du travail trop élevé et une surcharge de normes, par rapport à nos voisins européens. C’est l’exemple des éleveurs qu’on peut rencontrer près de Maubeuge et qu’on « emmerde » sur la taille des haies qui entourent leurs champs ! Nous rendons souvent Bruxelles responsable de l’absurdité de ces normes. Vrai… sauf que la France les applique avec plus de zèle que les autres Etats membres !

Ma propre vision de la crise, elle tient dans cette photographie.

20160229_130021

 

Cheese naams

Ingrédients pour 4 cheese naans

250 g de farine de blé
9 cl d’eau
yaourt  ( presque 1 pot)
2 c. à soupe d’huile végétale
1 c. à café de sel
1 c. à café de sucre
2 pincée de levure chimique
8 g de levure boulangère
8 portions de vache qui rit (2 par naans)
Préparation de la pâte

La pâte à naan se travaille beaucoup, donc, si vous avec un robot avec crochet, c’est l’idéal. Si ce n’est pas le cas… il vous faudra juste un peu d’huile de coude.

Pour commencer, mélanger tous les ingrédients secs : Farine, levure chimique, sel & sucre.

Faire un puits dans cette farine, et ajouter les ingrédients liquides : huile, yaourt, levure boulangère et la moitié de l’eau.

C’est maintenant qu’il faut pétrir la pâte, et ce, pendant 15 à 20 minutes environ (si c’est à la main, au robot c’est 10 min en position moyenne). L’objectif est que la pâte devienne souple et qu’elle ne colle plus aux parois du bol !
Rajouter la moitié d’eau restante, au fur et à mesure, jusqu’à obtenir une belle pâte lisse. Ne pas hésiter à réajuster en eau ou farine pour obtenir la consistance voulue.
Recouvrir la pâte d’un torchon et laisser là reposer et lever dans un lieu sec voir chaud, la pâte peut alors doubler voir tripler de volume grâce aux levures.
Pendant le repos de la pâte, ouvrir les 8 portions de Vache qui rit dans un petit bol et bien mélanger, ce sera plus facile à travailler ensuite.
Au bout de 1h à 2h, former 8 petites boules avec la pâte (de la taille d’une mandarine). Disposer les petites boules sur un plan de travail fariné afin de commencer à abaisser la pâte.

Confection des Naans au fromage.

Commencer alors avec la 1ère boule, et l’aplatir au rouleau afin d’obtenir un disque fin (3 à 4 mm) de la taille d’une assiette. En faire une deuxième toujours de la même taille.
Étaler une bonne cuillère à soupe de Vache qui rit sur le 1er disque avec une spatule.
Puis le recouvrir du 2ème disque de pâte, ensuite, on presse les bords délicatement pour ne pas que la vache qui rit ne s’enfuit et c’est fini !Pour les cuire, directement dans une poêle à crêpes bien chaude et sans matière grasse.

Attention ne faites pas comme moi qui ai oublié de mettre la levure de boulanger.

Bon, résultat moyen pour le naam, sans la levure la pâte n’a pas monté comme il fallait, pour le dessert une variante du tiramisu, speculos, poire et créme au philadelfia, là aussi je ne suis pas très content, le mascarpone donne de meilleurs résultats.

Le romarin

Le romarin fait l’objet de très nombreuses mentions historiques et légendaires. Les anciens lui vouaient une grande vénération. On s’en servait généreusement dans toutes les fêtes, qu’il s’agisse de cérémonies nuptiales, funéraires ou de célébrations profanes. Les mariées portaient des couronnes de romarin, symboles d’amour et de fidélité, tandis que les invités recevaient des branches enjolivées de rubans de soie multicolores. On mettait aussi des brins de romarin sous les oreillers pour chasser les mauvais esprits et les cauchemars.

Les Égyptiens plaçaient des rameaux de romarin dans la tombe des pharaons afin de fortifier leur âme. Le romarin est un symbole du souvenir et de l’amitié. Les étudiants grecs s’en confectionnaient des couronnes, qu’ils portaient durant les examens pour stimuler leur mémoire.

Durant les épidémies de peste, le romarin était très populaire : on en faisait brûler des rameaux pour purifier l’air et on portait des sachets sur soi, que l’on respirait lorsqu’on passait dans les endroits touchés par cette terrible maladie. L’histoire veut aussi que la reine de Hongrie, qui souffrait de rhumatismes chroniques, ait été délivrée de ses problèmes grâce à un remède à base de romarin lorsqu’elle était âgée de 72 ans.

Dans certaines régions rurales, on fait tremper du romarin dans du vin rouge pour obtenir une boisson fortifiante. On utilise aussi le romarin sous forme d’extrait à base d’alcool pour les plaies et sous forme d’onguent ou de baume pour soulager les rhumatismes et les névralgies, tant chez les humains que chez les animaux.

Pour lutter contre la fatigue, faiblesse, troubles digestifs et hépatiques, infections respiratoires et de la sphère ORL, maux de tête on peut l’utiliser en infusion. Infuser, pendant 10 minutes, de 1 à 2 g de romarin séché dans 150 ml d’eau bouillante, prendre de 2 à 3 tasses par jour.

Et consommez-le en condiment, toujours finement ciselé pour ne pas que ses aiguilles gênent le palais. Le romarin relève les mets salés en leur apportant une touche provençale. Les pommes de terre et l’agneau sont ses meilleures alliances.
Il assaisonne également très bien les grillades, les viandes blanches, les tomates et le riz.

On a toujours besoin d’un  pied de romarin chez soi 😀

 

Le beurre de la sorcière…

Visible presque toute l’année, cette trémelle sera plus particulièrement présente en fin d’automne, début d’hiver et au printemps, bref plutôt à la fraîcheur.
Champignon saprophyte, cette Trémelle mésentérique colonise tous les types de bois de feuillus, troncs, branches, souches …
La Tremella mesenterica est un Champignon non toxique, mais sans aucune valeur, on se bornera donc uniquement au plaisir des yeux devant ce sympathique petit champignon qui se racornit par temps sec, résistant parfaitement à la sécheresse et qui, à l’humidité, reprendra sa forme originelle et sa consistance gélatineuse et son aspect tremblotant.
Rappelons que le mésentère est une partie de l’intestin grêle (fraise) dont notre champignon évoque la forme. L’imagination populaire est tout aussi féconde puisque ce champignon est communément nommé beurre de sorcière.

20160223_114911

Photo prise ce mardi 23 février, actuellement l’humidité étant assez présente ce champignon ne risque pas le désséchement.

Marmelade d’Orange et logiciel Libre

Aujourd’hui, petite après midi consacrée à la marmelade d’orange, la veille nous avions préparé les fruits qui ont mariné toute la nuit.

il restait donc à les faire cuire une première fois durant deux heures à petits bouillons, ensuite rajout du sucre et nouvelle cuisson entre 15 et 20 minutes à gros bouillons cette fois.

Avec les 1,5kg de fruits préparés nous avons réussi à faire 11 bocaux de différentes tailles.

Ensuite reste toujours le moment de faire des étiquettes, on peut toujours les faire à la main avec des autocollantes mais utilisateur de solution libre j’en ai profité pour faire travailler mon ordinateur.

L’application gLabels est un utilitaire léger pour créer des étiquettes et des cartes de visite dans l’environnement de bureau GNOME. Il est conçu pour fonctionner avec des feuilles d’étiquettes auto-collantes pour imprimantes laser ou jet d’encre ou avec des feuilles de cartes, feuilles que vous trouverez dans la plupart des magasins spécialisés en fournitures de bureau. GLabels peut être utilisé pour concevoir des étiquettes de publipostage, des badges nominatifs, des étiquettes de prix, des étiquettes de CD/DVD ou encore plus simplement tout ce qui est disposé avec un tramage régulier sur une feuille de papier. Les étiquettes (ou les cartes) peuvent comporter du texte, des images, des lignes, des formes et des codes-barres. gLabels comprend également une fonctionnalité de fusion de documents qui vous permet d’imprimer une étiquette propre à chaque enregistrement d’une source de données externe, comme un fichier CVS ou le carnet d’adresses.

Sources: Manuel de glabels.

Je n’utilise pas Gnome mais l’application marche tout aussi bien sous Xfce.

Cette application fonctionne aussi très bien si vous avez besoin de faire quelques cartes de visite avec les fournitures de papiers créatifs.

L’ami des jardiniers…

Le rouge-gorge se nourrit dans les campagnes ouvertes et dans les sous-bois. Son régime alimentaire est composé surtout des invertébrés vivant par terre (insectes, notamment des coléoptères, escargots, vers, araignées). De l’automne au début du printemps, il consomme aussi beaucoup de baies et autres petits fruits. Sa technique de chasse est bien adaptée au mélange de végétation épaisse et d’espaces libres que l’on trouve dans les jardins et les sous-bois. Perché à faible hauteur, l’oiseau observe les environs, descend, saisit sa proie et se perche à nouveau. Ou bien il sautille, s’arrêtant ici et là pour chercher une victime. En forêt, le rouge-gorge profite des insectes dérangés par les faisans, cerfs et sangliers. C’est peut-être pour cela qu’il est si familier et qu’il suit de façon très intéressée la bêche du jardinier. On a vu aussi des rouges-gorges suivre des taupes creusant leurs galeries et attraper des vers.

Sources: Wikipédia.

Voila plusieurs jours que j’essayais de prendre en photo ce petit oiseau, même s’il est familier des jardiniers il est malgré tout quand même assez rapide pour prendre la poudre d’escampette avant d’avoir pu lui tirer le portrait. celui-ci est un adepte de la croquette pour chat, et il n’est pas rare de le voir dans l’assiette des félins, quand ils ne sont pas là bien entendu.

 

Pratique… la boite aux lettres

La France est belle et l’humour n’est pas prêt de s’éteindre dans ce beau pays.

Il y a quelques temps j’avais pris en photo une boite aux lettres fixée au sol avec une grosse pierre dessus et une autre devant la porte pour ne pas qu’elle s’ouvre. Aujourd’hui, c’est une autre  bien fixée au mur qui sert de bar, récupératrice d’huile de vidange pour l’occasion et pour ramasser le courrier pas besoin de clé puisqu’il suffit de plier un coin de la porte.

20160210_095452.jpg

Et puisque nous sommes dans l’humour, voila en photo la petite cabane fraîchement installée,    juste après le petit coup de vent de cette semaine.

Pas loin d’une centaine de mètres de son point d’installation initiale.

20160213_112006

 

Ma Knock box…

La Knock Box (aussi appelée tiroir à café ou bac à marc) est un accessoire très utile pour déverser le marc à café une fois votre espresso réalisé.

Jusqu’à maintenant je récupérais le marc de café dans un petit seau d’un certain vendeur de fromage blanc, ce qui n’était pas le plus pratique pour taper le porte filtre et décoller la mouture.

Alors aujourd’hui, j’ai bricolé cette boite en bois qui avait contenu 3 jacinthes au moment des fêtes de Noël et j’ai adapté une cale en bois.

Cela m’a pris 5 minutes et durera le temps qu’il voudra.

La réponse…

Francis Gary Powers est un aviateur américain, né le 17 août 1929 et mort le 1er août 1977. Recruté par la CIA durant la guerre froide afin de piloter un avion de reconnaissance U-2, il est devenu célèbre pour avoir été capturé et condamné par les Soviétiques après que son avion eut été abattu au-dessus du territoire de l’Union soviétique le 1er  mai 1960.

U2

Les témoins oculaires de la scène de son interception à Sverdlovsk (aujourd’hui Iekaterinbourg) racontent qu’en voyant les tirs de missiles sol-air, ils pensaient à un feu d’artifice célébrant le 1er mai, avec pour couronner le tout des sauts en parachute. La salve de missiles avait en effet également abattu le chasseur soviétique qui poursuivait l’U-2 de Powers, et le pilote du MIG-19 avait dû, lui aussi, sauter en parachute. Powers fut capturé par les Soviétiques puis condamné à dix ans de prison, traitement inhabituel à l’époque en Union soviétique.

Après dix-sept mois de captivité à la prison de Vladimir, il fut échangé au pont de Glienicke (reliant Berlin-Ouest à Potsdam) contre l’espion du KGB William Fischer, en février 1962, et put rentrer au pays.

Sources: wikipédia et le numéro 4128 de Valeursactuelles.