Le lavoir de Groises

Le village s’est développé sur le cours de la Chantereine, petit ruisseau allant se jeter plus loin dans la Vauvise. Conséquence : sur le territoire, on ne compte pas moins de quatre lavoirs !

Construits au XIXème siècle à la périphérie du village, le long des routes conduisant au centre de son bourg, ils furent d’incontournables lieux de vie et de communication au sein de la communauté groisienne.
Leurs murs sont en pierre, leur charpente en chêne et leur couverture en ardoises ou en tuiles plates.

Le lavoir de la route de Lugny Champagne mérite qu’on s’y attarde : original, il dispose d’un ingénieux canal de dérivation. Grâce à cet aménagement, le linge n’était pas lavé directement dans le cours d’eau et une partie des eaux souillées était retenue temporairement avant de retourner au ruisseau.

IMG_5508.JPG

Ce week-end nous sommes allés cueillir quelques jonquilles et sur le chemin du retour nous avons fait une petite halte devant ce lavoir.

Publicités

12 réflexions sur “Le lavoir de Groises

  1. Nous aussi nous avions un lavoir qui était équipé d’un genre de cheminée où les lavandières pouvaient faire chauffer l’eau en certaines occasions. Hélas je ne trouve pas de photo sur le site des lavoirs de france. Il y a une erreur ils ont déposé sur le site la photo d’une fontaine et de sa chapelle, oops

    J'aime

  2. Oui, je vois bien où il est, et il doit même y avoir une fontaine dans le secteur. La Chantereine (la rivière) prend en fait sa source beaucoup plus haut, sur le flanc Sud de la « Montagne Noire », au-dessus du domaine de Préneray (Cne de Montigny). Elle est alors appelée Tripane, et disparaît sous terre en plusieurs endroits, visible uniquement par temps de grosses pluies. Grossie par les sources du parc du château de Chantereine, elle prend alors le nom qu’on lui connaît.

    J’avais remarqué que certains lavoirs avaient un foyer, mais pensais que c’était pour que les lavandières puissent réchauffer leurs mains gelées!

    J'aime

  3. Alice (la prof) Emeline (une cavalière) et Agnes discutaient sur le fait qu’il faudrait un gros lave-linge pour laver les couvertures des chevaux… je leurs ai demandé s’il y avait pas encore un lavoir à Sommesous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s