Le message de Vauclair.

Il y avait un jour, au début du XIIe siècle, un intellectuel anglais envoûté par ces livres.

Saint Bernard lui écrivit une lettre célèbre : « Tu trouveras plus de choses dans les bois que dans les livres… »
L’homme s’arracha à ses manuscrits et devint le premier abbé de Vauclair.
 
« Tu trouveras plus de choses dans les bois… »
Aujourd’hui plus que jamais, les bois enrobent Vauclair d’un charme grave dont la ronde des saisons entretient l’infinie variété.
Aujourd’hui plus que jamais, dans le val de l’Ailette, la promesse de Saint Bernard est tenue.
Du moins pour ceux qui savent ouvrir les yeux !
 
Vauclair aujourd’hui !
Un enfant court, incertain, parmi les pierres blessées et les antiques sépultures. Sur un miroir de l’étang se poursuit le calme balancement des branches que n’efface jamais la patience têtue du vent…
Aujourd’hui comme hier. Et comme demain.
Péguy n’avait-il pas raison : « De l’âme de la veille, on peut faire l’âme du jour. Mais celui qui n’a point de veille, comment lui ferait-on un lendemain ? »
 
Quand il se fait complice, un instant, du silence des forêts et des pierres, l’homme d’aujourd’hui retrouve ses racines et dans le quotidien inéluctable, il emporte un peu de paix et d’espérance.
C’est la promesse de Saint-Bernard ! C’est le message de Vauclair !
Sources: ICI
Lors de notre petite escapade dans l’Aisne nous avons eu l’occasion de découvrir le site de l’Abbaye de Vauclair, un champ de ruines au milieu de vieux arbres fruitiers, un jardin de plantes médicinales, tout cela dans une ambiance calme et sereine.
Il représente plus d’un tiers de la surface du site de Vauclair. Le verger conservatoire étire pas moins de six rangées d’arbres, essentiellement des pommiers et des poiriers, sur deux hectares au nord des ruines de l’abbaye.
Publicités

11 réflexions sur “Le message de Vauclair.

    1. Effectivement, sa situation géographique à proximité immédiate du Chemin des Dames a conduit à la destruction presque totale des bâtiments en 1917 sous les feux direct de l’artillerie. Il ne reste plus aujourd’hui que des vestiges.
      A pluche.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s