Aigremoine eupatoire.

Dans l’antiquité, on attribuait à l’Aigremoine des vertus étendues contre la cataracte, la jaunisse, la morsure des serpents. Elle entra ensuite dans la composition de l’eau d’arquebuse.

Son astringence, due à la teneur en tanin, la faisait recommander par le Dr Reutter contre les crachements de sang tuberculeux.

Elle est aussi très précieuse et bienfaisante contre les affections de la gorges et de la bouche.

En infusion, à raison de 10 à 30 g par litre prendre 3 à 4 tasses par jour.

Elle est aussi appelée: Agrimoine, Eupatoire des grecs ou Herbe de saint Guillaume.

L’année passée sur cette petite chaume nous trouvions quelques orchidées sauvages mais cette fois pas une seule.

Sources: le petit Larousse des plantes médicinales.

Publicités

Une autre rencontre…

20160620_123942

En début de semaine j’étais en train de faire mon boulot quand j’ai entendu un bourdonnement au dessus de ma tête.

Effectivement, c’est un essaim d’abeilles et pas facile d’aller les déloger.

Il y a quelques semaines la petite église de Néris les bains avait été squatter.

Les abeilles préfèrent rentrer dans l’église par le petit trou dans la pierre que d’aller dans la ruche qui pourtant est mise à leur disposition.

Rencontre équestre…

Lors de notre petite ballade digestive, après avoir croisé quelques fleurs de bleuet et photographier la camomille.

IMG_5925

IMG_5926

Cette vivace n’est pas seulement une jolie fleur, elle a également des vertus médicinales reconnus depuis longtemps. Grâce à ses effets relaxants et bénéfiques sur la digestion, la camomille est sans doute l’une des fleurs les plus utilisées. Ses bienfaits sur les troubles du sommeil en font en effet l’une des plantes incontournables en tisane du soir. Mais elle permet aussi de traiter certaines troubles de l’anxiété par une utilisation prolongée sur plusieurs semaines. La camomille a même des vertus pour les plantes, elle sera à la fois fortifiante et insectifuge, notamment contre la piéride du chou et les pucerons.
Ses fleurs sont aussi aromatiques et le développement de la plante sera d’autant plus florifère qu’elle sera exposée au soleil.
Vous pouvez ainsi utiliser les fleurs en salade, en infusion ou pour aromatiser les plats en sauces.

Quelle surprise de croiser un groupe de randonneurs… équestre.

 

Néris les Bains

Une balade dans Néris-les-Bains, c’est un peu comme si vous empruntiez une machine à remonter le temps pour voyagez au fil de plus de 2000 ans d’histoire. Des sites gallo-romains à la riche architecture de la Belle-Époque en passant par le patrimoine roman, revivez les heures importantes de l’histoire de la cité.

Saint Patrocle évangélise Néris au VIe siècle et y construit une église et un couvent. L’église romane actuelle date du XIe ou XIIe siècle et est construite au même endroit que la basilique primitive du VIe siècle, elle-même érigée sur les ruines d’un monument romain.
Le roi carolingien Pépin Ier d’Aquitaine, le petit-fils de Charlemagne, séjourne à Néris en 835 et 838.

Une petite ballade dans cette petite ville un dimanche de juin, c’était bien sympathique.

 

Un grand et un petit…

20160611_111657.jpg

Un curé décide de vendre son cheval. Un homme vient pour l’essayer et le curé lui explique que pour faire avancer le cheval il faut dire « Ouf » et pour le faire arrêter il faut dire « Amen ».
L’homme monte en selle et dit « Ouf ». Le cheval part alors au grand galop et se dirige tout droit vers une falaise. L’homme prit de panique cherche le mot pour l’arrêter.
Au dernier moment il se souvient et dit « Amen », à un mètre de la falaise.
Soulagé il soupire : « Ouf »!

Ce matin alors que j’étais dans ma champagne Berrichonne, j’ai vu ces deux loustics qui attendaient sur le bord de route. Le petit semble le plus hargneux puisqu’il me montrait ses dents.

 

 

 

 

Le salsifis des prés.

Le salsifis des prés fait partie de la médecine traditionnelle européenne et ceux depuis des siècles de cela, il était principalement utilisé pour son usage alimentaire, mais aussi pour ses capacités antioxydantes et apéritives, stomachique et pectorale ainsi que stimulante.

Il était surtout préconisé sur les patients ayant de l’hypertension artérielle, mais aussi pour aider les diabétiques et bénéfique dans l’artériosclérose.

Le salsifis des prés est une plante herbacée comestible de type bisannuelle dont la hauteur peut varier de trente centimètres à quatre-vingts centimètres de hauteur, il fait partie de la famille des astéracées. Il présente une tige bien droite parfois rameuse, son feuillage est disposé le long de sa tige avec des feuilles étroites et lancéolées, entières. Son inflorescence est réunie en capitule solitaire, avec des fleurs de teinte jaune visible de juin à juillet et laissant la place à un fruit dont la forme laisse à penser à un bec qui contient des graines.

J’en ai trouvé deux pieds dans mon jardin qui ressemble actuellement à une petite jungle, les conditions climatiques n’ont pas permis à la tondeuse de faire son office, la semaine qui s’annonce devrait être plus clémente.

IMG_5792

Ce soir je vais goûter pour voir de quoi il retourne, si par malheur vous ne voyez plus d’article sur le blog ce sera mauvais signe 😀

Le grande ciguë.

La grande ciguë ou ciguë tachetée est une mauvaise herbe originaire d’Europe.

Cette plante  fait partie de la grande famille des Apiacées (Ombellifères). Elle est attrayante avec ses feuilles vertes foncées et ses têtes de fleurs blanches, mais elle est extrêmement toxique !

La grande ciguë est une plante herbacée bisannuelle qui pousse entre 1,5 à 2,5 m de hauteur, avec une tige verte creuse et lisse, généralement striés de rouge ou de violet sur sa moitié inférieure. Toutes les parties de la plante sont glabres (sans poils). Les feuilles sont alternes et pennées trois et quatre fois, finement divisées et dentelées, globalement de forme triangulaire, jusqu’à 50 centimètres de long et 40 centimètres de large. Les fleurs sont petites, blanches, groupées en ombelles de 10 à 15 centimètres dans l’ensemble. Cette plante pousse bien dans des zones ombragées, humides, les pâturages et les zones humides. Ils poussent le long des ruisseaux, des rivières, des ravins, des fossés ou dans un sol qui est constamment humide et à la lumière du soleil; mais ils peuvent aussi s’adapter facilement à des endroits plus secs et les plus ombragés.

Puisque la grande ciguë fait partie de la même famille que la carotte et le fenouil, certaines personnes la prennent pour une plante comestible mais HEUREUSEMENT son odeur désagréable, rappelant l’urine de souris, les dissuade rapidement d’en consommer.

ici, c’est une photographie prise sur le site de l’Abbaye de Vauclair.

 

Le fumeterre.

C’est une petite plante annuelle très commune dans les lieux cultivés et les terres remuées dans toutes nos régions. Ses feuilles ténues, glauques sont très découpées. Les petites fleurs rosées à la base et pourpres au sommet fleurissent de Mai à Septembre, on utilise la plante entière sans les racines.

En infusion, de 20 à 40 gr de plante entière dans un litre d’eau bouillante, prendre 2 ou 3 tasses par jour avant les repas. C’est très amer, comme dépuratif, apéritif et pour réguler la sécrétion biliaire.

Sous forme de sirop, c’est plus agréable, piler de la fumeterre fraîche, peser le jus obtenu et lui ajouter son poids de sucre et cuire à la consistance de sirop. Prendre 2 à 3 cuillères à soupe par jour.

Sources tirées du petit Larousse des plantes médicinales.