Côtelette de cochon et sa poêlée de courgettes.

Il y a bien longtemps que je ne vous avais pas mis une petite recette de cuisine.

C’est la saison des courgettes et une petite côtelette de cochon était prévu au repas de ce midi, alors vite on sort le Wok (si vous en avez pas une sauteuse ou une grande poêle) mais moi depuis que j’ai commencé à l’utiliser je ne peux plus m’en passer.

p-1278-wok-de-85

Commencer par émincer un oignon, un ail, et passer vos courgettes à la mandoline pour en faire de fines lanières, j’avais une branche de céleri donc elle fera parti du voyage découper en fins tronçons.

Faire colorer les oignons, ajouter l’ail et les légumes, pour finir vous jetterez quelques tomates cerises coupées en deux, si vous voyez qu’il manque un peu d’eau rajoutez en, poivrez et salez à votre convenance et couvrez. En 10 ou 15 minutes c’est cuit.

Je suis assez fan du roquefort, donc j’ai fait une petite sauce, un morceau de fromage pour à peu près la même quantité de crème fraîche et vous faite chauffer au dernier moment.

Pour la côte de cochon, je la fais cuire assez fort au début, ensuite plus doucement et je nourris la viande en l’arrosant souvent et en la retournant, comme cela c’est plus tendre je trouve.

Voila donc en image la petite assiette.

IMG_8210

Le porc a été domestiqué par l’Homme il y a une dizaine de milliers d’années au Proche-Orient. Dès lors, il a accompagné ses migrations successives et on le retrouve progressivement dans toute l’Asie, l’Afrique, l’Europe et enfin toute l’Océanie. Animal omnivore facile à nourrir, très prolifique, il devient un incontournable des élevages du Moyen Âge et des siècles qui ont suivi. Chaque paysan compte sur ses quelques cochons pour satisfaire les besoins nutritionnels de sa famille et disposer d’une tirelire sur pied pour faire face à d’éventuels coups durs.

 

Publicités

6 réflexions sur “Côtelette de cochon et sa poêlée de courgettes.

  1. Si tu es à la recherche de courgettes, il te suffit de passer à Veaugues avec un grand panier; ma récolte est au-delà de toute espérance! Malheureusement, je pense que ces courgettes ont dû se nourrir au dépens du reste… Quant au cochon, c’en est un magnifique spécimen sauvage que j’ai dérangé hier matin en faisant ma balade forestière habituelle; il dormait sur le sentier et a pris la poudre d’escampette après s’être signalé par un vigoureux grognement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s