Mort sur mesure.

Mort-sur-mesure

Voici le résumé.

Marianne Shearer, ténor du barreau habitué à défendre les criminels les plus indéfendables, n’était pas très aimée. Pourtant, tout indique qu’elle s’est tuée seule, et avec style, en se défenestrant du sixième étage d’un palace londonien. Mais qu’est-ce qui a pu pousser à une telle extrémité cette avocate encore auréolée du succès retentissant de sa dernière affaire ? Thomas Noble et Peter Friel, deux anciens collègues de Marianne, ne s’expliquent pas ce geste, d’autant que plusieurs éléments les laissent perplexes. Tout d’abord, on ne retrouve aucune affaire personnelle dans l’appartement où elle venait d’emménager. Autre élément troublant, cette femme aux vêtements toujours sobres a choisi de mourir dans une tenue pour le moins extravagante. Et si elle avait cherché à désigner ainsi un coupable ? Couronné outre-Manche par le prestigieux Duncan Lowie Dogger Award, Mort sur mesure confirme le remarquable talent de Frances Fyfield pour explorer par petites touches d’une implacable précision les recoins les plus obscurs de l’âme humaine.

On peut se demander comment les ténors du barreau arrivent à défendre des criminels et pourtant ils en ont fait leur métier, si vous avez l’occasion de mettre la main sur cet ouvrage vous pourrez faire un petit tour dans les recoins les plus obscurs de l’âme humaine.

7 réflexions sur “Mort sur mesure.

  1. Une bonne idée de lecture. Après les 3 premiers tomes de la série « Millénium » (j’attends que le 4ème se libère), j’explore en ce moment les polars anglais (je ne goûte guère à ceux d’outre-Atlantique). Après « sur le Fil du rasoir », je suis à la moitié des « Fils de l’Homme » de PD James. C’est assez consistant…

    J’aime

Les commentaires sont fermés.