L’ordre du jour.

Aujourd’hui un court récit d’Eric Vuillard, qui a été couronné par le prix Goncourt 2017.

L’Allemagne nazie a sa légende. On y voit une armée rapide, moderne, dont le triomphe parait inexorable. Mais si au fondement de ses premiers exploits se découvraient plutôt des marchandages, de vulgaires combinaisons d’intérêts ? Et si les glorieuses images de la Wehrmacht entrant triomphalement en Autriche dissimulaient un immense embouteillage de panzers ? Une simple panne ! Une démonstration magistrale et grinçante des coulisses de l’Anschluss par l’auteur de Tristesse de la terre et de 14 juillet.

l'ordre du jour

 

En quatrième de couverture:

Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d’épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l’Assemblée ; mais bientôt, il n’y aura plus d’Assemblée, il n’y aura plus de président, et, dans quelques années, il n’y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants. 

Dans ce court récit historique, Eric Vuillard nous fait pénétrer dans les coulisses de l’annexion autrichienne. De la réunion des industriels allemands complices financeurs d’Hitler à la marche pour le moins chaotique des blindés. Ainsi quand il écrit : “Ils s’appellent BASF, Bayer, Agfa, Opel, IG Farben, Siemens, Allianz, Telefunken. Sous ces noms, nous les connaissons. Nous les connaissons même très bien. Ils sont là, parmi nous, entre nous. Ils sont nos voitures, nos machines à laver, nos produits d’entretien, nos radios-réveils, l’assurance de notre maison, la pile de notre montre (…) Et les vingt-quatre bonshommes présents au palais du président du Reichstag, ce 20 février, ne sont rien d’autre que leurs mandataires.

J’ai bien aimé ce court récit, Eric Vuillard mérite bien son prix Goncourt et si vous avez l’occasion de croiser ce livre n’hésitez pas.

 

 

 

7 réflexions sur “L’ordre du jour.

Les commentaires sont fermés.