La Marie des bois

Nous voila partis dans l’Est de la France, la guerre de 1870 est sur le point d’éclater.

Marie a toujours vécu avec son père et ses quatre frères bûcherons au milieu des bois de Franche-Comté. Son mariage avec Pierre lui fait découvrir une nouvelle vie où elle abandonne ses habitudes bohèmes. Mais alors qu’elle attend son premier enfant, la guerre de 1870 éclate bouleversant ainsi tous leurs projets.

51A5JB5eZyL._SX316_BO1,204,203,200_.jpg

Née au cœur d’une des plus vastes forêts de France, celle de Chaux, Marie Siruguey vit, comme tous les siens, du libre mais rude métier de bûcheron charbonnier. Comme son père et ses quatre frères, elle ne quitte jamais les bois. Un jour, la petite sauvageonne rencontre un paysan de la région. Une idylle se noue entre les jeunes gens qui décident de se marier. Pour celle qu’on surnomme la Marie-des-Bois commence l’apprentissage de la vie sédentaire dans une famille où on la considère – avec mépris – comme une intruse.
Courageusement, Marie parvient à surmonter les difficultés et attend bientôt un enfant. Mais nous sommes en 1870, à la veille du conflit qui va déchirer la France et la Prusse pour satisfaire les ambitions de Napoléon III et de l’empereur Guillaume. La guerre éclate. Pacifistes et républicains convaincus, membres de la société secrète des  » Bons Cousins Charbonniers « , les frères Siruguey refusent de servir une cause criminelle et se cachent dans les profondeurs de la forêt…
Pour écrire ce livre captivant, André Besson s’est inspiré des récits que lui firent pendant son enfance ses grand-mères qui avaient connu l’invasion prussienne. En des pages saisissantes, il raconte ce que fut le terrible hiver 1870-1871, alors que les uhlans et les loups affamés s’acharnaient sur les débris de l’armée du général Bourbaki en retraite vers la frontière suisse.

Ayant eu l’occasion de croiser André Besson il y a quelques années (en 1996), nous lui avions acheté  » Une fille de la forêt », qui est le récit des souvenirs de sa grand mère Cécile.

Dans Marie des bois, on y parle de la guerre, de cette haine envers les gens qui vivaient dans la forêt, c’est une belle histoire de terroir, raconté avec émotion et réalisme, un livre puisé aux sources et qui restitue l’existence de ses hommes et de ses femmes des bois épris de liberté, qui vivaient au rythme de la terre et du ciel.

Est-ce qu’en 2018, nous n’avons pas perdu cette liberté ?

Pour ceux qui voudraient poursuivre l’aventure avec André Besson, la suite c’est « Alexandre le Vannier », petit fils de la Marie des bois.

4 réflexions sur “La Marie des bois

    1. Je pense que tu es pratiquement incollable avec le nom des plantes des bois, période de chasse m’oblige à ne pas m’aventurer en forêt pour le moment, et puis il y a la météo 😀
      A pluche.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.