La variée était en noir.

Voici Mary Lester plongée dans le monde étrange des marais de Brière dans le cadre – voulu par un ministre – d’une coopération avec la gendarmerie. Les gendarmes l’acceptent volontiers à condition qu’elle ne fasse pas de vagues et surtout, qu’elle ne se mêle pas d’enquêter sur les incendies qui ravagent des maisons de  « hors venus » au marais. Évidemment, il suffit d’interdire quelque chose à Mary pour qu’elle ait envie de le faire. Elle ne tarde pas à découvrir que ce qui se passe sur l’Ile aux Vierges est bien plus grave que les incendies, et à s’intéresser à un personnage louche et à sa compagne. Des gens qui ont le bras long, au point de pouvoir empêcher Mary de mener son enquête à bien ? Ils auraient tort de le croire…

lester-mary-la-variee-etait-en-noir-livre-893954994_l

 

Jean Failler est né le 26 février 1940 à Quimper d’un père menuisier et d’une mère blanchisseuse.

Pendant les vacances scolaires, il pratique la pêche côtière sur le bateau de son grand-père maternel à Douarnenez et les travaux des champs avec son grand père paternel à Plonéour Lanvern (Finistère). Il entre dans la vie active à 17 ans après avoir obtenu un certificat d’aptitude comptable, métier qui le rebute et qu’il n’exercera jamais.

Il sera par la suite (brièvement) trieur de courrier à la poste puis démarcheur d’assurance avant d’effectuer son service militaire en Algérie dans les troupes de marine. A partir de 1962 il travaille dans l’entreprise familiale. (Mareyage-poissonnerie) que ses parents ont créé.

Passionné de littérature, il présente en 1983 sa première pièce de théâtre au concours national de l’Acte à Metz (le ruban bleu) qui sera primée et crée sur France Culture. Quinze autres pièces suivront. Son premier roman « L’ombre du Vétéran » (roman historique) recevra le prix des écrivains bretons en 1993), puis il entamera la série « les enquêtes de Mary Lester ».

Jean Failler est également l’auteur de nouvelles (« le gros lot »), de chroniques (« gens et choses de Bretagne »), de livres pour enfants.
Jean Failler vit et écrit à Quimper (Finistère).

Source : Jean Failler

C’est la deuxième fois que je lis les aventures de Mary Lester et je passe un bon moment, en plus de l’intrigue on visite la Bretagne, cela donne envie d’aller y faire un tour. Dans ce roman, tout le monde a un petit surnom cela me rappelle mon boulot dans le monde rural.

 

6 réflexions sur “La variée était en noir.

  1. Un marais un peu glauque, une île qu’on imagine peuplée de vierges, et une fliquette un peu rebelle; en effet de bons ingrédients pour une histoire réussie! Dis-moi, Anatole, soit tes bouquins sont écrits très gros, soit ils sont très minces car, le temps que j’en lise un, tu en lis dix! Bon week-end au soleil à ta moitié et toi-même!

    J’aime

    1. Il y a environ 5 heures j’étais aux portes des marais de Brières (à l’heure où j’écris ce commentaire), quand je peux choisir en gros caractères je ne m’en prive pas, mais je dois avouer que les gros pavés je les évite.
      Petit week-end dans le Morbihan sous le soleil breton.
      A pluche.

      J’aime

  2. « La variée était en noir », beau jeu de mot… Mais je pense que « L’avariée était en noir » aurait été encore plus approprié… Bonne journée

    J’aime

  3. Coucou, elle écrit bien, je l’ai déjà lue, désolée de mes absences, ma fille a déménagé ce we!! et la maison va se remplir successivement pendant l’été de famille et d’amis, en septembre je quitte totalement WORDPRESS et retourne chez OB, bises

    J’aime

Les commentaires sont fermés.