La bougresse.

Quoi de plus pacifique qu’un bouquet de fleurs ?

Cependant quand le bouquet est au bord d’une route de campagne, loin de tout lieu habité, lorsque les fleurs sont mystérieusement changées chaque jour et qu’au village voisin les bouches se ferment lorsqu’on demande ce qu’il fait là, il attire obligatoirement l’attention du passant. Surtout quand ce passant s’appelle Mary Lester. On est au cœur des Montagnes Noires et derrière cet innocent bouquet se cache une histoire noire elle aussi, que personne au bourg ne voudrait voir étalée sur la place publique.

Malgré les réticences, les obstructions, Mary parviendra à découvrir le peu reluisant envers du décor. Et ce sera certainement une des enquêtes les plus surprenantes de sa carrière.

9782844920690fs

La Twingo de Mary Lester suivait maintenant une route montant entre deux bois de sapins sombres. Bientôt elle atteindrait le sommet des Montagnes Noires, au cœur de l’Argoat. C’était une belle route, bien goudronnée sur laquelle, par endroits, les bagnoles pouvaient taper le cent vingt, peut-être même le cent cinquante, sans être inquiétées par la maréchaussée.

La maréchaussée réservait ses contrôles de vitesse à la double voie qui menait de Brest à Quimper. Là, les voitures étaient plus nombreuses et il y avait plus de délinquants potentiels.

Mary Lester était en vacances et elle filait allégrement vers Roscoff où une bande de copains et de copines l’attendaient pour un séjour sur l’île de Batz. Pourquoi avait-elle pris ce chemin de traverse au lieu d’emprunter la voie express?

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

Dans un style toujours aussi agréable à lire, l’auteur nous emmène dans la Bretagne profonde, celle de l’Ankou (la mort), la gwrac’h (la sorcière), la sorcellerie et les rebouteux. Une plongée dans cette Bretagne des contes et légendes où la frontière entre le surnaturel et la réalité est très fine…

C’est un des meilleurs romans de Jean Failler que j’ai lu jusque maintenant, jusqu’aux derniers chapitres le lecteur est impatient de connaître la fin.

Vous aimez la Bretagne, les sorcières, les rebouteux et tout ce qui est un peu mystérieux, alors courrez et réservez « La Bougresse » de Jean Failler.

8 réflexions sur “La bougresse.

Les commentaires sont fermés.