Un Mois à l’Ouest.

Après avoir zoné au Mont-Royal une bonne partie de la journée, je me suis décidé à engager la conversation avec un mec assis dans l’herbe. Je lui trouvais une bonne tête. Une tête de petit garçon à qui on donnerait le bon Dieu sans confession, sous ses cheveux longs tailladés à la Alice Cooper. – Tsé qu’ici, on les adore pô tellemint, les Frainçais ? – J’ai cru comprendre ça, ouais… – C’vot’fôçon d’êt…
Arrogain comme çô, l’nez levé, un peu… tsu vouô c’qu’j’veux dzire ?

cvt_un-mois-a-louest_5519

Le lecteur le suit au fil de son épopée en auto-stop ou en car. Il rencontre des gens plus ou moins intéressants. Moi, j’avais plutôt envie qu’il rentre dare-dare en France le Fred parce que franchement. Il y a un peu d’humour, de vulgarité aussi, de photos-souvenirs dans le livre mais même si j’ai lu ce roman en deux soirées je n’ai pas été conquis .

Après avoir lu l’aventure de Fred, les descriptions des villes visitées durant son périple ne m’ont pas donné envie d’aller voir pour de vrai,  et c’est dommage pour moi qui voulait voyager à l’Ouest.