Le cornouiller mâle.

Le cornouiller mâle est un vigoureux arbuste produisant de petites fleurs jaunes sur les branches nues à la fin de l’hiver, avant le développement de feuilles vert foncé. Ces fleurs sont très appréciés des butineurs puisqu’elles apparaissent à une période où les sources de nectar sont rares. Elles sont suivies en automne de petits fruits rouges, appréciés des oiseaux, comestibles par les humains lorsqu’ils sont bien mûrs ou blets, sinon ils sont laxatifs. On les consomme en vin, cuits, en gelées, en confitures.

Le bois du Cornus mas est dur, dense, apprécié en ébénisterie ou pour la fabrication de manches d’outils. C’est un excellent bois de chauffage.

Sources: ici.

Comme vous allez vous en rendre compte bientôt, l’automne commence à s’installer, la nuit tombe plus rapidement et la forêt ne va pas tarder à changer de couleur, pour les champignons je pense que ce ne sera encore pas une grande année. mais c’est aussi la saison pour faire de délicieuses confitures, il reste encore des mures, et puis il y a les cornouilles qui sont les fruits du cornouiller mâle, ne pas confondre avec le sanguin qui lui est toxique.

J’ai découvert ce fruit grâce à un collègue blogueur qui possède quelques spécimens dans son jardin, la cueillette n’est pas salissante et j’ai pu découvrir par la même occasion un moyen intelligent pour ramasser les fruits.

Vous coupez une bouteille en plastique au deux tiers de sa hauteur, vous gardez la partie basse, deux petits trous pour passer une ficelle et vous mettez cela autour du cou, quand le récipient est plein vous le vider, dans votre seau ou cageot.

IMG_1304

Après 1heure avec le nez vers le ciel me voila avec quelques kilogrammes de cornouilles, le fruit du cornouiller.

Je vous passe les étapes de lavage, pré-cuisson, passage au passe-légumes et je suis arrivé à faire une jolie confiture.

IMG_1301

Et pour finir quelques petites étiquettes pour mettre sur les pots de confitures.

Capture du 2018-09-14 20-50-51

10 réflexions sur “Le cornouiller mâle.

    1. J’ai déjà vu cet arbuste (impossible de le rappeler où) mais je n’avais tenté d’en faire de la confiture avant cette première expérience. Il est présent plutôt dans l’est de la France d’après ce que j’ai pu lire mais on en trouve dans le centre sous forme horticole.
      A pluche.

      J’aime

    1. C’est une chouette expérience et si tu as l’occasion d’essayer ne t’en prives pas. J’en ai fait 7 pots qui attendent de finir sur des tartines où dans des yaourts.
      A pluche.

      J’aime

    1. J’ai goûté à la sortie du chaudron, il y a une petite pointe acidulée et surtout la confiture est d’une jolie couleur.
      Il semblerait que la bouture en talon en novembre donne de bons résultats, alors si jamais tu tailles tes arbustes penses à me mettre quelques branches de coté.
      A pluche, encore merci pour la découverte et le partage d’informations.

      J’aime

    1. Cru faudrait attendre encore un peu car c’est un peu âpre, si tu as déjà croqué dans les petites prunelles tu sauras.
      Cuit c’est comme la cerise en plus acidulé et c’est bon. Cela à la taille d’une petite olive alors faut déjà en récolter quelques une, en plus dans le fruit il y a un gros noyau comme dans les olives, mais cela vaut le coup et c’est différent.
      A pluche.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.