Premier essai, première récolte…

Voila nous nous sommes essayés à la culture de la patate douce, lors d’un salon de printemps nous avons rapporté un pied de ce tubercule, un peu à l’image des voyageurs découvrant le nouveau monde. Pour l’occasion le voyage n’a pas été trop périlleux puisque nous n’avons eu qu’à traverser la Loire pour acheter le produit (3,50€ en godet).

Alors pour ce premier exercice, ce n’était pas la meilleur année puisque la patate douce réclame beaucoup d’eau au démarrage et après un été sec puisque nous n’avons pratiquement pas eu de pluie. Si on lit les recommandations, il faut ramasser vers la fin septembre, début octobre, je ne pensais pas avoir ce rendement vu les conditions climatiques et je suis assez heureux du résultat.

L’année prochaine ne n’aurait pas besoin de racheter un pied puisque j’ai quelques spécimens qui feront très bien l’affaire.

La patate douce est un bon produit, qui se cuisine de plusieurs manières.

IMG_1570IMG_1571IMG_1572

Même le chat qui est plutôt curieux se lèche les babines en voyant la récolte.

IMG_1573

 

Publicités

24 réflexions sur “Premier essai, première récolte…

    1. La patate douce a besoin de chaleur pour former ses tubercules, elle doit être plantée impérativement en plein soleil.
      Les régions méridionales se prêtent très bien à cette culture, sous réserve de l’irriguer convenablement.
 Ailleurs, il faudra avoir recours à des abris (châssis, serre, tunnel) éventuellement chauffés pour espérer une production.
      La récolte ne donnera pas des tubercules aussi gros que ceux du commerces, mais nous ne sommes pas dans le potager pour savoir « qui a la plus grosse » 🙂
      A pluche.

      Aimé par 1 personne

  1. Savais-tu que la Patate Douce était de la même famille que le Liseron? Il te suffira d’en laisser fleurir une pour en être convaincu. En tous cas, je salue ta curiosité qui t’a poussé à faire cet essai que tu comptes transformer!

    J'aime

    1. Oui, j’ai lu que c’était de la même famille que le liseron (mais lui ne donne pas de tubercule), le pied n’a pas fleuri mais il me semble qu’il y a des variétés ornementales. Sur le marché quand j’achète une patate douce j’en ai toujours pour plus de 5€ et c’est quand même pas difficile à faire pousser.
      A pluche.

      J'aime

    1. Je prends le commentaire sur le ton de ta jeunesse pleine d’humour 🙂
      Tu pourrais tenter l’expérience, on prévoit encore au moins quatre étés encore bien chaud, tu choisis un endroit plutôt ensoleillé la plante s’étale sur 1,50m de chaque coté, ne pas la laisser mourir de soif, pour 3,50€ ce n’est pas le prix du tubercule chez le marchand.
      A pluche.

      J'aime

  2. C est super bon les patates douces ! En purée, en frites au four… Je ne les connaissais pas de cette couleur parcontre, celles que j’achète ont plutôt la peau orange. Bisous et bon appétit

    J'aime

    1. Il y a plusieurs dizaines de sortes de patates douces, celle-ci sont violette avec le cœur crème.
      Sautées comme des pommes de terre, j’aime bien. Sur le marché c’est des orange que l’on trouve.
      A pluche.

      J'aime

      1. Je te signale que le régime crétin ne s’applique pas à celui qui comme moi a le diabète ! Depuis que je suis ce régime (presque crétin) parce que j’ai arrêté le régime pur et dur, j’ai repris 2 kg et la glycémie est remontée… Dès aujourd’hui je recommence le régime pur et dur : Viande (ou poisson ou œuf), légumes, fromage et 1 fruit le midi. Pas de pain, pas de patates, ni pâtes ni riz ni féculent (petits pois, haricots de cassoulet, etc) d’aucune sorte… C’est dur, mais c’est ce qu’il faut pour me prolonger de quelques années…
        Que cela ne te gâche pas ton repas de midi !

        Bon apéro (Moi j’y ai pas droit)… Je trinquerai au Vittel

        J'aime

      1. Ok, j’avais dans mon autre vie un usager qui souffrait de diabète, cela ne l’empêchait pas de s’envoyer son petit verre de blanc (et même plusieurs, souvent), et tu sais quoi ? ce n’est pas la diabète qui l’a tué mais un petit morceau de viande qui c’est coincé au mauvais endroit et quand les secours sont arrivés il était trop tard.
        A pluche, pas d’apéro ce midi mais un petit verre de blanc d’Alsace en mangeant, cochon, châtaignes et pommes du jardin.

        J'aime

      2. Ah mais je pourrais fort bien faire bombance de tout ce que tu dis… mais en disant à la mort : « prenez moi, je fais tout pour y aller »… Ma sœur est morte l’année dernière à moins de 61 ans de son diabète, qu’elle soignait très mal !!!

        J'aime

      1. C’est moins cher que d’embaucher un tueur à gages mais ton assureur ne va pas être d’accord.
        Je suis allé enterrer un « usager » de mon autre vie, qui s’est pendu dans la maison de ses parents il y a quelques semaines (deux enterrements dans la même semaine).
        Et moi qui pensait que tu voulais finir « tuer par un mari jaloux à l’age de 102ans » 🙂
        A pluche.

        J'aime

      2. Mon assurance décès assure les suicidés âgés… Parce qu’ils considèrent que c’est de l’euthanasie…
        Les maris peuvent être tranquilles avec moi… Je ne touche pas aux affaires des autres… 🙂
        Très bonne journée

        J'aime

Les commentaires sont fermés.