Quick et Flupke

Quick et Flupke est une série d’albums de bande dessinée belge créée par Hergé. Les séries sont publiées dans les pages du journal Le Petit Vingtième à partir du .

Les deux héros sont des enfants des rues de Bruxelles, et sont nommés Quick et Flupke (diminutifs pour, respectivement, Patrick et Philippe en brabançon). Les deux garçons causent de sérieux problèmes par accident, ce qui leur amène des ennuis avec leurs parents et la police, en particulier l’Agent 15 (bien qu’il soit occasionnellement leur complice). Ils aiment fabriquer toutes sortes d’engins aussi inutiles que dangereux comme des avions à roulettes ou des planeurs.

Sources: Wikipédia.

Quick-et-flupke

Il m’arrive de ressortir cette vieille BD de 1951 et c’est toujours avec beaucoup de plaisir que je me replonge dans les aventures de Quick et Flupke, cela a été une source d’inspiration pour des dessins offerts aux collègues.

Ces deux gamins qui sont en train de bricoler m’amusent beaucoup, maintenant quand je vois les gosses qui tapotent sur leurs smartphones (et qui sans aucun doute ne savent pas enfoncer un clou avec un marteau) je me dis qu’on a changé d’époque.

15 réflexions sur “Quick et Flupke

  1. Le smartphone en lui-même est un outil extraordinaire. C’est l’usage que les gens en font qui est une catastrophe! Je crois connaître Quick et Flupke par la publicité faite sur le dos de la couverture des vieux albums de Tintin. Il y avait aussi, je crois, Jo, Zette et Jocko.

    J’aime

    1. Dans la série des BD qui ont marqué mon enfance il y avait aussi les Sylvain et Sylvette.
      Pour les Smartphones, chez nous c’était deux emballages en carton de yaourt et une ficelle, mais il ne fallait pas de virage pour communiquer 🙂
      A pluche.

      Aimé par 1 personne

  2. Durant ma jeunesse j’ai beaucoup lu Tintin et (peu Quick et Flupke.
    Quant à Jo, Zette et Jock, honte à moi, je n’en ai jamais lu.
    Il n’est pas trop tard pour me rattraper 😉

    J’aime

  3. Très chouette quick et flupke, trés authentiques.
    En fait les smartphones permettent d’apprendre à planter des clous entre autres choses. C’est le malheur d’ailleurs l’individualisme grandit au fur et à mesure qu’on n’a pas besoin des autres…mais à ce moment là il ne faudrait aps que les gens apprennent à lire non plus.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.