Mon broyeur de végétaux.

sterwins-2600

La photo n’est pas à moi mais c’est ce modèle que j’ai en ma possession, il fait environ 27 kilogrammes et peut broyer des branches de 40 mm, alors je vous le dis de suite la variété de bois a son importance, si vous voulez vous attaquer à du saule passer votre chemin, pareil pour du cotonéaster. J’ai passé deux heures à broyer du laurier et cela s’est bien passé, en plus l’odeur est agréable.

Alors oui, c’est un broyeurs de végétaux à rotor, qui écrase les branches contre une lame de pression, permet d’obtenir un broyage plus grossier, qui mettra plus de temps à se décomposer mais qui permet d’obtenir du compost pour mettre dans les massifs ou aux pieds des arbres.document numérisé

L’autre jour, j’avais quelques branches de pommier et il y avait encore quelques pommes qui sont passées dans la goulotte.

Edit du 11/01/2019: je rajoute les photos des copeaux.

 

 

 

7 réflexions sur “Mon broyeur de végétaux.

  1. J’ai eu l’occasion de me servir d’un broyeur à végétaux chez un copain; c’était un modèle plus gros installé sur un tracteur de jardin de 16 ch, mais qui ne m’a pas convaincu du tout, car il peinait à broyer des branches de plus de 25 mm. Alors, c’est vrai que je n’ose pas trop imaginer les capacités d’un broyeur comme le tien, qui marche sur le secteur; Tu dis qu’il peine avec le saule, un des bois les plus mous; qu’est-ce que ça doit être avec du chêne ou du cornouiller! Les professionnels des espaces verts ont des matériels pouvant aller jusqu’à 60 ch.

    J’aime

    1. Je ne dis pas qu’il peine avec le saule mais comme le bois est mou et gorgé d’eau cela donne une espèce de pâtée qui colle, ce broyeur marche bien avec des branches de hêtre, de laurier, de pommier, de bouleau, moins bien avec les résineux.
      J’ai ajouté les photos des copeaux qui vont servir de paillage.
      A pluche.

      J’aime

  2. Ah, ben c’était donc la bonne réponse… Et du chêne, t’as essayé, pour voir combien de temps il met pour éclater l’engin ???
    Très bonne journée à toi

    J’aime

    1. Effectivement c’était la bonne réponse.
      Je n’ai pas testé avec un bout de chêne car je préfère le mettre dans la cheminée comme cela il me chauffe.
      Le but de l’engin c’est de réduire le volume et non pas tester sa limite de rupture, il y a une sécurité qui coupe l’engin s’il n’arrive pas à gérer le morceau, un petit coup de marche arrière et on passe à un autre bout.
      A pluche.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.