La Chine à mon secours…

mini-hachoir-bosch.jpg

Voila l’engin qui sera le prochain à passer entre mes mains de bricoleur, alors que j’avais besoin de hacher quelques morceaux de viande pour le repas du midi l’engin qui jusque là nous avait rendu service nous a lâché. A l’image des batteries des voitures modernes qui rendent l’âme sans crier « gare », cela m’est arrivé samedi dernier avec la voiture de mon chauffeur (encore merci Pierre pour le transport).

Le souci avec ces engins, c’est de trouver comment les démonter sans rien casser car il n’y a pas de vis, tout est clipsé en force.

Je suis quand même venu à bout de la bête, je pense qu’une éponge un peu trop humide à fait pénétrer de l’eau et que le petit circuit électrique n’a pas apprécié. Les résistances semblent encore en pleine forme, mais j’ai l’impression que le condensateur est mort.

Habitant loin d’une grande ville je n’ai pas de magasin d’électronique sous la main, alors finalement c’est en Chine que je vais me fournir, 1.96 € les 10 pièces frais de port compris, je vous laisse faire les comptes 🙂

J’en parlerais dans un prochain article, soit pour le miracle ou pour le voyage vers la déchetterie 😉

10 réflexions sur “La Chine à mon secours…

  1. Le dernier appareil Bosch que j’ai acheté, un niveau-laser, était fabriqué… en Chine; une vraie merde! Le précédent (du vrai Bosch allemand) avait lâché probablement parce que l’eau était entrée dans les circuits. C’était arrivé une première fois, et après un bon séchage, il était reparti. Le problème est justement que, bien que j’aie défait toutes les vis, je n’arrive pas à l’ouvrir.

    J’aime

    1. Comme je l’ai dit, souvent le problème vient de la technique pour démonter l’engin quand ils ne sont pas complètement scellés dans la masse.
      Avec celui manuel qui est entièrement démontable il y a pas de souci.

      A pluche.

      J’aime

  2. Oui, un de mes voisins fait venir de chine des petites pièces , nécessaires pour réparer toutes sortes de choses. Finalement, il est bien content de les trouver en chine, même si il prefererait les trouver au coin de la rue.
    Bravo à vous pour la reparation

    J’aime

    1. Faut pas se faire d’illusions, quand on regarde la provenance des pièces électronique dans ces engins, elles viennent tous de Chine (ou presque) alors comment faire autrement pour donner une seconde vie à ces petites machines 🙂
      Avec la Chine, on ne peut pas faire de la réparation du jour au lendemain car ce n’est pas la porte à coté.
      A pluche.

      J’aime

  3. et dire qu’avant il existait des … quincailliers. Dans mon lieu de naissance, il a fermé depuis 25 ans. Dans le quartier où j’ai habité à Paris, il y a 10 ans à sa retraite…et aujourd’hui ça fait quelques centimes par la Chine, par le bateau ou dans un coin de container par avion….comme ce qu’importaient les quincailliers d’ailleurs.
    Je ne sais pas le dernier composant ou ensemble de composants que j’ai pu acheter et fabriqué en Europe…

    J’aime

    1. Dans notre petit village il y avait aussi un quincaillier, fermé depuis une bonne quinzaine d’années, mais aussi une perception, une presse, un magasin de chaussures, deux coiffeurs 🙂
      Mais c’était avant.
      A pluche.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.