La fagoteuse.

Certains se souviennent peut-être de la fagoteuse éphémère que j’avais construit avec les moyens du bord en 2015, c’était sur blog.fr aujourd’hui disparu.

Le blog est mort mais j’ai encore les photographies d’époque.

A cette époque, j’avais moins de temps libre et j’avais fabriquer ce système qui avait vécu le temps d’une journée. Maintenant j’ai construit une fagoteuse portative que je peux déplacer au fil des chantiers, elle demande encore quelques petits aménagements comme par exemple remplacer la corde par une chaîne mais elle fait son boulot et c’est ce que je lui demande.

Comme toujours la fabrication est faite avec le matériel à disposition et je m’adapte à la situation quand il le faut, je me suis inspiré des outils fabriqués par les anciens, souvent ils n’étaient pas multi-taches mais ils étaient efficaces.

Je suis pour la transmission des traditions, certainement qu’il y a des choses dont on perdu la méthode de fabrication, mais heureusement il y a encore des gens qui travaillent avec leurs mains* et non pas avec leur calculette.
* j’ai l’impression que cela devient rare.

IMGP0886IMGP0887IMGP0889IMGP0890IMGP0892

Depuis que j’ai fait ce premier pressage, j’ai amélioré l’engin, au bout de la corde qui serre le fagot j’ai installé un gros anneau qui permet de glisser la perche de tension, ensuite sur le cadre j’ai mis un morceau de palette qui est vissé et qui peut tourner pour le rangement, ce morceau est découpé en forme de crochet pour bloquer le perche, cela évite de prendre le manche dans le nez à cause du retour de tension.

Un fois le fagot pressé on peut le lier tranquillement, et tronçonner à la bonne longueur s’il le faut.

4 réflexions sur “La fagoteuse.

    1. Je les laisse sécher et ils finissent dans la cheminée, sinon comme les branches du cotonéaster j’en fais des petits fagots qui peuvent rentrer dans le coffre de la voiture et direction la déchetterie. Je n’ai toujours pas testé mon four en terre dans le jardin avec des fagots de l’année passée, peut-être au printemps s’il survie à l’hiver.
      A pluche.

      J’aime

    1. J’use les vieilles dotations de mon ancien patron, alors je te laisse imaginer comment je bricole dans le jardin, bon c’est repos la pluie est là, alors je vais rester à l’abri.
      A pluche.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.