Les 7 de Spandau.

7spandau

Quand j’ai vu passer ce livre sur Spandau, je me suis dit faut que tu le demandes à ta bibliothécaire préférée.

Spandau, c’est une période de ma vie qui restera longtemps gravé dans ma mémoire, enfin tant que Aloïs ne viendra pas jouer les troubles fêtes.

En 1980, j’ai fait parti des gardiens de cette prison, à cette époque Rudolf Hess était le seul prisonnier dans l’établissement.

Ce livre est le récit des quarante années de détention raconté par la douzaine de pasteurs qui ont rencontré les grands criminels nazis dans la forteresse de Spandau.

Le témoignage des aumôniers de Albert Speer, Rudolf Hess
et des autres criminels nazis jugés à Nuremberg,
enfermés dans la prison de Spandau.

De 1947 à 1987, les sept ex-dignitaires nazis condamnés par le tribunal de Nuremberg purgent leur peine dans la prison de Spandau, à Berlin. Parmi eux, Rudolf Hess, le troisième homme du régime nazi, et Albert Speer, l’architecte d’Hitler et ministre de l’Armement du IIIe Reich.

Ils sont soumis à un régime carcéral drastique. Les seuls qui sont autorisés à parler à ces criminels, une fois par semaine, sont les pasteurs nommés aumôniers de la prison. Pendant quarante ans, douze hommes de foi se sont succédé auprès d’eux, ont reçu leurs confessions, ont écouté leurs obsessions.

Les pasteurs de Spandau ont échangé avec ces hommes, ils les ont fait réfléchir, ils ont eux-mêmes été bouleversés par ces incroyables rencontres. Des questions se posent alors : Que ressentaient ces criminels, parmi les pires de l’Histoire, face à leur châtiment ? Y a-t-il eu un début de prise de conscience des horreurs du régime nazi ? Mais aussi, du point de vue de l’aumônier, comment aborde-t-on un homme quand il a été un tel bourreau ?

Après la mort du dernier prisonnier, la forteresse a été rasée pour faire place à un centre commerciale où les gens vont faire leurs courses.

7 réflexions sur “Les 7 de Spandau.

  1. Je baigne dans une ambiance qui y ressemble, mais c’est en Argentine aujourd’hui. Si la dénazification de l’Allemagne s’est déroulée dans de bonnes conditions (c’est le sujet de ton bouquin), on ne peut hélas pas en dire autant de l’Argentine où l’ombre de la dictature militaire qui ya sévi de 1976 à 1983 pèse toujours sur le pays. Sans compter qu’il a héberger nombre d’anciens Nazis. Pauvre Amérique du Sud!

    J'aime

  2. Douloureuse histoire du nazisme… Ce n’est pas moi qui lirait cela, j’en vois assez sur la 24 concernant les horreurs de la seconde guerre mondiale…
    Très bon jeudi à toi

    J'aime

    1. Effectivement, dans le livre il n’est pas question de nazisme puisque ils ont tous étés jugés pour leurs crimes mais des conditions de détention à cause de la guerre froide et des russes qui voulaient garder un pied à terre à Berlin.
      A pluche.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.