L’Art, de la débrouille…

Je suis toujours en train de bricoler quand je peux, actuellement j’ai entrepris de tailler un nouveau manche pour la hache qui a élu domicile dans le sous-sol.

J’ai demandé dans mon entourage s’ils avaient une plane à mettre à ma disposition mais pour le moment « Niet! ».

Alors en utilisant mes quatre neurones et ce que j’ai sous la main je me suis fabriqué ce qui ressemble à un « Mix » entre la plane et la wastringue, l’engin est d’une efficacité bien moins bonne que ceux d’origines mais c’est un outil de dépannage en attendant.

IMGP0988IMGP0987IMGP0986IMGP0985

Pour fabriquer cet outil, je suis parti d’une planche de palette, j’ai taillé un tasseau avec les angles arrondis pour la prise en main, ensuite j’ai fait une encoche pour glisser la future lame. Cette dernière est découpée dans un morceau de charnière de volet dont j’ai déjà recyclé quelques morceaux dans le passé, j’y ai percé deux trous pour la fixation et affûté un coté tranchant.

La lame est fixé avec deux petits boulons, dont les écrous sont insérés en force dans le tasseau.

Voila, pas question de révolutionner le monde du charronnage juste montrer qu’avec trois fois rien on peut se débrouiller sans faire appel au 49.3.

irophilippe

Publicité

6 réflexions sur “L’Art, de la débrouille…

  1. Probablement ce qui nous attends le jour où le coronavirus aura mis fin à l’importation d’outils chinois. Il n’y a d’ailleurs déjà qu’à regarder les rayons désespérément vides des quincailleries…

    J’aime

    1. J’avais programmé cet article depuis quelques jours et depuis j’ai récupéré une plane des frères Peugeot que je vais remettre en forme.
      Trouver un quincaillerie c’est déjà un exploit 🙂
      A pluche.

      J’aime

  2. Tu es vraiment traumatisé par le 49.3… Il est vrai que les manches de haches, autrefois très courant à la vente, ne se trouvent plus guère… On achète les haches avec leur manche en plastoc et puis c’est tout… Je crois encore avoir un manche de rechange pour ma hache « Smeider » trouvée en 1970 au fond d’une taille de charbon en Lorraine… Il faudra que je raconte l’histoire de cette hache avec un faux-nom…
    Très bonne journée à toi

    J’aime

    1. Traumatisé, ce n’est pas vraiment comme cela que je vois « la chose » 🙂
      Sur le net on trouve des manches presque tout prêt mais on n’y trouve pas le même plaisir que lorsqu’on part de zéro.
      A pluche.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.