Séneçon.

Cette petite plante annuelle est fréquente dans les jardins, les cultures maraîchères, dans les terres labourées et au bord des chemins de toute le France. On l’a rencontre dans la plupart des régions tempérées du globe. Sa tige dressée, ramifiée vers le haut, porte des feuilles un peu épaisses, plus ou moins découpées. Les fleurs jaunes, tubuleuses, groupées en nombreux capitules au sommet des rameaux, sont présentes presque toute l’année. Elles sont remplacées par des fruits groupés en masse duveteuses, rappelant en plus petit celles du pissenlit.

IMGP1062

Cette plante fait partie des Astéracées et  possède quelques propriétés thérapeutiques, sa teneur en alcaloïdes pyrrolizidiniques est suffisamment importante pour que la plante ait occasionné l’empoisonnement de bovins et de chevaux après avoir été broutée pendant plusieurs semaines et il faut considérer le séneçon comme toxique.

Comment l’utiliser en interne, en infusion prendre 50g de racine par litre d’eau, prendre 2 ou 3 tasses par jours à quelques jours de l’époque présumée des règles, pour les faire venir, puis arrêter le traitement.

En externe, faire des cataplasmes de plante fraîche cuite. A utiliser contre les contusions, les maux de gorge, les engorgements laiteux des seins, les hémorroïdes.

Sources: Le Petit Larousse des plantes Médicinales.

IMGP1060IMGP1064IMGP1067IMGP1069

 

21 réflexions sur “Séneçon.

  1. Tous les granivores sont friands de séneçon qui doit être distribué dès la cueillette car il flétrit assez vite. Les canaris s’en régalent et consomment la plante en entier . Les autres oiseaux se contentent de manger la partie florale. Je me souviens que j’en donnais à mes canaris… Une plante que j’aime bien.

    J’aime

  2. Merci pour ce partage de savoir 🙂

    J’ai en croisé dans le jardin ce matin, en allant chercher de la menthe 🙂 La menthe étant un excellent digestif, soulage des migraines (poser deux feuilles de menthe légèrement humidifié à l’eau tiède sur vos tempes).

    J’aime

    1. Surtout si tu ne souffres pas d’hémorroïdes ni d’engorgements laiteux des seins 🙂
      Feuilles de ronces, cynorhodons, pelures de pommes fruits, thym, romarins, menthes sont plus à consommer en cette période.
      A pluche.

      J’aime

  3. J’en profite pour glisser un message : l’armoise annuelle pourrait être exploitée comme médicament naturel dans le traitement du covid-19. A ne pas confondre avec l’armoise commune, elle aussi dotée de vertus pertinentes.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.