Le cormé.

Lors de ma dernière expédition sur mon cheval fougueux, j’avais rapporté des cormes et je voulais tester le Cormé.

Pour cette première expérience j’avais rempli un petit seau de 2 kg en plastique alimentaire avec son couvercle, je l’ai rempli des cormes que j’avais laissé blettir dans le sous-sol.

j’ai recouvert d’eau et laissé mariner durant quelques jours, sans le couvercle car cela fermente un peu, ensuite j’ai fermé durant 10 autres jours (j’ai oublié de m’en occuper alors c’était plutôt 15).

Aujourd’hui, j’ai fait le soutirage, un passage dans une passoire fine et ensuite deuxième passage en ajoutant deux feuilles de papier essuie-tout.

Je suis arrivé à un jus d’une couleur assez sympa, au goût c’est un peu comme une poire un peu âpre, un peu comme un cidre sans bulle, j’ai ajouté deux sucres et je ferais un autre test dans quelques jours.

Cela ne demande pas un gros effort physique et ni un gros investissement alors je dis que cela valait le coup d’essayer.

Cormé.

Je ne sais pas si cela peut se bonifier en vieillissant, mais je vais mettre quand même l’année sur la bouteille.

11 réflexions sur “Le cormé.

  1. Mon cormier (35 ans) a beaucoup donné, mais je ne sais que faire de ses fruits. Mes essais de confiture ou de gelée se sont avérés négatifs car l’âpreté des fruits, qui disparaît au blettissement, revient à la cuisson. J’en mange bien quelques unes au hasard, mais suis intéressé par cet essai de boisson. Tu me tiendras au courant de la suite. J’en profite pour te dire que, si un motif valable peut t’amener dans les parages, j’ai une récolte pléthorique de coings…

    J’aime

    1. Comme je l’ai dit dans le billet, le premier contact avec mon palais c’est que c’était encore un peu âpre, les deux sucres que j’ai ajouter devraient améliorer le goût. Pour les coings j’en ai eu ici mais j’ai du en mettre une brouette de chantier à la benne à cause de la moniliose.
      A pluche et merci pour la proposition.

      J’aime

  2. Ce n’est jamais que du jus de poires, venues du sorbier qui donneront une sorte de poiré… Il n’y a pas à dire, confinement ou pas, tu ne mourras pas de soif ! 🙂
    Et ne t’enivre pas trop ! Hic !
    Très bonne journée à toi

    J’aime

    1. Pas facile de faire du vélo actuellement et encore moins de faire du cheval sans être propriétaire d’un équidé.
      Les journées ne tournent pas à la fête en ce moment et l’alcool ne résout pas les soucis (sauf dans le gel).
      Je serais presque tenté de faire de l’eau de coings pour ajouter cela à ma liste d’expérience.
      A pluche.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.