Une fois n’est pas coutume…

Vous connaissez mon amour du bricolage et je vous montre souvent les produits dans leurs phases finales, alors aujourd’hui je vais vous montrer les quelques déboires qui sont venus perturber mon projet.

premier prototype.

Voila donc la première pièce que j’avais fabriqué, c’était plutôt bien fait, l’alignement des trous n’était pas trop mal. Mais lorsque j’ai voulu placer les brosses à dents dans les trous ils n’étaient pas assez large, lorsque j’ai agrandi la sanction a été sans retour.

deuxième prototype.

Pour ce deuxième porte-brosses à dents, c’est l’alignement qui n’est pas terrible et puis les manches de brosses ne rentrent toujours pas puisqu’après une petite enquête il s’avère qu’au plus épais il faut compter jusqu’à 15 millimètres et ici je n’ai en ma possession d’un foret de 12.

troisième essai.

Pour ce troisième essai je ne suis pas loin du résultat, il faudra encore quelques petits coups de lime mais je pense que ce sera le dernier pour le moment.

version finale ?

J’ai réduit le nombre de trous pour les brosses et j’ai taillé une nouvelle forme.

Comme à mon habitude, les prototypes sont taillés dans des morceaux de bois résultat du recyclage, pour l’occasion un vieux portail en bois exotique qui avait pris sa retraite après vingt ans de bons et loyaux services.

Voila mon dernier essai, je me suis rendu compte qu’il y avait des brosses à dents de diverses tailles au niveau du manche, alors on se retrouve par moment avec la brosse qui rentre à peine et d’autres où c’est l’inverse car elle n’est stoppée qu’avec la touffe de poils.

Ce n’est donc pas l’objet idéal pour faire sécher sa brosse à dents et chez nous le gobelet en verre a encore de bons jours devant lui.

13 réflexions sur “Une fois n’est pas coutume…

  1. avec le calcaire ce genre de dispositif reçoit des dépôts qui stagnent au niveau des poils des brosses alors je ne suis pas fan non plus. Mais tu aurais pu aussi faire un dispositif rond pour le tube pour le mettre dans l’autre sens avec comme diamètre du trou celui du col du tube.

    J’aime

    1. Si tu glisses la brosse dans le gobelet le manche vers le bas, la touffe de poils reste à l’air libre. Pour ta deuxième phrase je ne comprends pas l’intérêt ?
      A pluche.

      J’aime

      1. Tout simplement la gravité, si tu n’utilises pas un petit outil pour ne rien gacher du tube. Et en plus ça fait commencer par la partie moins large du tube et non le fond qui est plus large. Donc gain de place.

        J’aime

  2. Il y a aussi la solution de mettre sa brosse au-dessus de l’oreille, comme le faisaient certains artisans avec leur crayon sur les chantiers. Pas de problème de calcaire ni de moisissures, et ce serait original!

    J’aime

  3. Il faut avoir des forets de 1 à 22 mm, comme ça tu pares à toutes éventualités…
    Chez nous on est bêtes : On met les brosses dans des verres en plastiques… 🙂
    Très bonne journée à toi

    J’aime

    1. C’est vrai mais je dois avouer que faire des trous de plus de 13 mm ce n’est pas tous les jours à la maison.
      Chez nous c’est dans le verre à dents comme dit ma dulcinée et une fois par semaine dans le lave-vaisselle en même temps que les brosses.
      A pluche.

      J’aime

Les commentaires sont fermés.