Le cirse des champs.

Très commun, le cirse des champs peuple les friches industrielles, les décharges, les tas de terre, les chantiers et aussi les plates-bandes des parcs et jardins. Il profite de son pouvoir colonisateur élevé garce à ses graines transportées par le vent, mais aussi grâce à son système de puissantes tiges souterraines pratiquement indestructibles tant elles sont profondes et ramifiées.

On regroupe sous le terme populaire de « chardon » diverses plantes toutes épineuses. Les cirses se distinguent grâce à leurs fruits aux soies plumeuses qui sont simples chez les vrais chardons.

Le cirse commun est plus robuste (jusqu’à 2m de haut), avec une grosse tige épineuse à poils laineux, des feuilles très découpées dont chaque segment se termine par une épine redoutable.

Contrairement à son proche cousin, il est bisannuel, il meurt après avoir fleuri, la seconde année. Il produit des capitules de fleurs rose violacé plus gros et nettement épineux.

Cirse des champs.

Cirse.

La légende la plus connue sur le chardon écossais date du 13ème siècle. Haakon, le roi nordique, aurait planifié une invasion surprise à Largs, dans l’ouest de l’Écosse. La force viking avait prévu d’infiltrer le camp des Ecossais durant la nuit et de les attaquer pendant leur sommeil. Le succès de leur plan reposait sur leur capacité à approcher le plus silencieusement possible, ils partirent donc pieds nus.

Malheureusement pour les envahisseurs, l’un des soldats eut le malheur de poser le pied – avec entrain !- sur un chardon. Le cri de surprise et de douleur qui en résulta suffit à réveiller les Écossais endormis et à les alerter de l’attaque imminente. Les Écossais se levèrent d’un bond, chargèrent dans la bataille et furent finalement victorieux, tout cela grâce au chardon. Si cette histoire est vraie, il n’est pas étonnant qu’ils aient immédiatement choisi la plante comme emblème de l’Ecosse.

Sources:

https://www.highlandtitles.fr/2021/11/le-chardon-ecossais-puissant-piquant-patriote/

Guide des plantes des villes et des villages, chez les Fous de Nature aux édition Belin.

16 réflexions sur “Le cirse des champs.

  1. C’est pourquoi, le chardon est leur emblème… à ces écossais…
    Très bonne journée à toi… Moi, mon « calvaire » a commencé depuis que je suis revenu…..

    J’aime

      1. La paranoïaque jalouse a commencé ses attaques : Je l’ai trompée avec une douzaine de veuves soi disant, etc, etc…
        Ah ! J’ai cassé les amortisseurs arrières en roulant sur deux grosses bosses pas très visibles :Réparation le 21… ça augmente le prix du voyage… Dans les virages avec des bosses je devais contre-braquer… Mais c’est rien à coté du harcèlement de ma harpie… J’en peux plus…
        Très bonne soirée à toi

        J’aime

      2. Eh bien tu as encore la santé pour te faire une douzaine de veuves 🙂
        Pour les amortisseurs c’est pas de chance mais c’est vrai que parfois on voit les bosses un peu tardivement, voila encore quelques billets à placer.
        Bon j’imagine que tu vas profiter du sous-sol durant ces chaudes journées, prends soin de toi et bon courage.
        A pluche.

        J’aime

      3. Il fait très bon au sous sol… J’ai dormi presque toute la journée pour récupérer de ces journées sans sieste et de cette fatigue du voyage… D’ailleurs j’ai perdu du poids…

        Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.