Cornhole, la suite.

Aujourd’hui, j’ai trouvé du maïs pour poules en sac de 10 kg pour 7,90€, pour les quatre sacs de jeu que j’ai préparés il m’en faut un peu moins d’un kilogramme, je vous laisse faire les comptes.

Pour les remplir c’est une autre paire de manche qui s’annonce car mes petits sacs qui font 18 cm avant d’être retourné n’en font plus qu’une quinzaine et je dois mettre entre 420 et 430 grammes de maïs dedans. Les moyens du bord ont été mis à contribution, après avoir peser les grains j’ai découpé une bouteille qui m’a servi d’entonnoir et j’ai fermé la poche avec une aiguille et du fil, c’est comme cela que dans les morceaux de tissus que j’avais utilisé j’avais une boutonnière et je voyais les grains, donc petite reprise comme durant le service militaire.

les sacs remplis de grains.

Ici, j’avais fait la pesée fait finalement c’était impossible de finir à la machine alors j’ai procédé autrement en cousant mon dernier coté mais en laissant une petite ouverture pour passer le goulot de la bouteille.

Remplissage du sac.

Les quatre sac à jouer.

La prochaine étape sera la mise en peinture du Cornhole avant le test grandeur nature, mais ce sera l’occasion de faire un nouveau billet.

Le Château de Meauce.

J’avais lors d’une petite balade aéroportée eu l’occasion de voir le château de Meauce depuis les airs, c’était en 2013.

Château de Meauce.

Sur la photo on peut remarquer la végétation ayant pris ses aises, le nouveau propriétaire que nous avons rencontré ce dimanche a acheté ce monument en 2016 et depuis a entrepris des travaux.

Voici quelques images qui devraient vous donner envie d’aller y faire un tour si vous passez dans la région, ici nous sommes en bourgogne à quelques kilomètres de Nevers.

http://www.chateaudemeauce.com/

Nous étions 17 pour cette visite, le propriétaire nous a fait découvrir le domaine et nous a partagé ses quelques déboires avec la DRAC .

Meauce.

Particularité du toit.

les gardiens de l’ancienne porte.

Ancien port sur la rivière Allier.

On devine sous la végétation les restes du port.

La gardienne.

La courre intérieure.

Le maître des lieux.

La charpente.

Cornhole…

C’est le dernier projet en date, la construction d’un cornhole, sur la page de Wikipédia on peut lire:

Le cornhole aux États-Unis, jeu de poches ou babette au Québec est un jeu d’extérieur dans lequel les joueurs lancent tour à tour des sacs remplis de grains de maïs ou de granulés plastiques sur la plateforme inclinée opposée percée d’un trou. Cornhole est la contraction des mots maïs et trou.

Mon voisin avait une planche de contreplaquer assez fin dont il ne savait pas quoi en faire alors je l’ai récupérée, aujourd’hui je suis retourné à la déchetterie et j’ai pu récupérer quelques morceaux de palettes, ce qui était un bon départ pour commencer la fabrication de mon nouveau jeu d’extérieur.

C’est assez simple comme construction, un cadre en bois avec une planche avec un trou et deux pieds pour lui donner une inclinaison.

Pour les sacs, j’ai ressorti la machine à coudre et les restes d’une vieille chemise en coton et j’ai fabriqué quatre sacs que je remplirais de maïs, pour le moment mais le projet est bien avancé.

Cornhole

C’est à peu près comme cela que j’ai construit le jeu, je vais lui mettre un petit coup de peinture.

Cornhole

Cornhole de coté.

Pas de photo des sacs.

Je vous laisse regarder le prix d’achat sur le web, mais pour moi cela va se limiter à quelques euros pour un sac de maïs.

Mini noix du noyer…

Alors que j’étais en repérage pour un futur jeu de piste, je suis tombé sur un noyer avec des fruits bien plus petits que ceux que je trouve habituellement, je ne sais pas si c’est une conséquence de la sécheresse ou s’ils sont toujours de cette taille.

mini noix.

J’en ai ramassé une poignée pour voir s’il y avait quelque chose dedans et elles sont bien garnies.

Le Tabac…

Rappelez-vous au printemps je vous avais parlé des petites plantes qui s’installent sur les trottoirs des villes et des villages, et bien en cet fin d’été 2022 c’est un pied de Tabac que j’ai repéré en face de l’école primaire.

Sans aucun doute une graine qui a voulu vivre sa vie loin du massif de la commune, je ne sais pas si je penserais à récupérer des graines mais pour le moment c’est encore en fleurs.

tabac

Faut quand même en vouloir pour s’installer entre le bitume et le mur de pierres.

Je n’ai pas pensé à sentir la fleur, il parait que cela dégage une odeur agréable. Je me demande s’il n’est pas possible de faire sécher ces grandes feuilles pour une consommation personnel, si vous avez un avis sur la question le commentaire est fait pour cela.

fleurs de tabac.

fleurs de tabac.

Les ravioles d’Anatole…

Quand je ne suis pas en train de bricoler dans le sous-sol, je fais aussi la cuisine, il y a quelques années je m’étais procuré une lamineuse à pâtes, ce n’est pas un outil dont je me sers souvent mais une fois par an au moins.

La pâte à raviole c’est facile à faire, 100 gr de farine, un œuf, un peu de sel et un peu d’huile d’olive, on pétrit tout cela jusqu’à une pâte assez souple.

Après c’est donc le moment de faire travailler le laminoir, personnellement je vais jusqu’à 5 sur ma machine, ce qui donne une épaisseur assez correcte.

Ensuite découpe à l’emporte pièce pour avoir de belles rondelles.

la dernière rondelle.

Maintenant c’est le moment de transformer cette galette en raviole, je passe un doigt mouillé sur le contour je mets une noisette de farce, pour cette fois c’est fromage « la vache qui rit » avec du basilic et des pignons de pins et je replie pour finir la raviole, un petit coup de dent de fourchette pour seller et l’affaire est emballée.

ravioles

Avec cette méthode on se retrouve avec des espèces de petits croissants qu’on fait cuire dans une grand volume d’eau avant de déguster.

La Carotte sauvage…

La carotte était déjà, au temps des Gaulois, notre légume national, puisque Pline l’appelait pastinaca gallica, c’est à dire « nourriture de Gaulois ». Mais il faudra vraiment attendre le Moyen Âge pour que la carotte soit sur toutes les tables.

Les graines de carotte ont les même vertus propriétés apéritives, digestives, carminatives et galactogènes que celles des autres ombellifères (anis, fenouil).

Actuellement c’est la fin de saison pour les carottes sauvages, mais on trouve encore les petits paniers renfermant les graines.

carotte sauvage

graines de carotte sauvage.

Vous le savez je teste souvent des recettes de cuisine avec des plantes sauvages, je n’ai donc pas manqué de faire des panna-cota à la carotte sauvage.

Dégustation à venir.

panna-cota.

Je ne vais pas vous mentir, ce n’est pas un dessert à tomber parterre, le goût de la carotte c’est un peu perdu, c’est vraiment léger mais cela a le mérite d’avoir été testé.

Et puis j’ ai récupéré des graines qui sont en train de sécher pour servir comme aromatiques.

Sources: Petit Larousse des plantes Médicinales.

Meuble de terrasse…

L’autre jour je suis allé à la déchetterie et je suis revenu aussi chargé qu’en partant, j’étais parti pour me débarrasser des tailles de la haie, essentiellement du cotonéaster mais il y avait aussi un peu d’aubépine.

J’en avais un plein coffre mais c’est vrai que je n’ai pas un gros 4×4 comme certains politiciens.

Après avoir vidé mon gros sac dans le bac à végétaux, je remarque un gros tas de palettes, j’ai demandé au responsable du site si je pouvais en prendre quelques une et la réponse a été « autant que vous voulez », mais je lui ai fait remarquer que j’avais une petite voiture et c’est donc trois palettes qui sont arrivées à la maison.

Mon idée, c’est de faire un meuble de jardin pour poser la plancha dessus, j’ai une grande plaque de marbre que j’avais récupéré sur un meuble qui partait aux déchets et c’est donc l’occasion de la recycler.

J’ai passé une heure et demi à démonter une partie des palettes, la plus grande fait 1mètre de long et ma plaque de marbre 1m04, c’est pour cette raison qu’elle dépasse de chaque coté.

plaque de marbre qui écrase les doigts.

Ici c’est le plateau qui supportera la plancha ou la friteuse.

en situation.

J’ai ajouté deux planches de renfort sur le devant et j’ai trouvé une housse pour couvrir tout cela.

housse.

Si j’ai l’occasion de récupérer encore quelques palettes je rajouterais peut-être une étagère sous le plateau.

Dépoussiérage des archives…

La varicelle.
Il était une fois, il y a bien longtemps un petit garçon qui était cloitré à la maison parce que sa sœœur lui avait refilé la varicelle.
Un petit rappel des symptômes de cette maladie pour ceux ou celles qui ne l’ont pas attrapée.
Les boutons se présentent sous forme de petites tâches rosées de 3 mm de diamètre environ qui se transforment assez rapidement en petites cloques remplies d’un liquide transparent avec parfois une rougeur autour et de fortes démangeaisons accompagnent cet état.
Les poussées de boutons de varicelle s’étalent par palier : deux ou trois bouton au coucher le soir pour se réveiller avec le thorax rempli de bouton.
Les boutons apparaissent généralement tout d’abord sur le thorax, sur le front puis s’étendent parfois de manière spectaculaire sur les jambes, les bras, le buste.
Au bout de 48h00 après leur apparition, les boutons séchaient et une petite croûte se forme au centre avant de tomber au bout de 8 jours environ.
Enfin toujours est-il que j’étais coincé à la maison quand soudain c’était le remue ménage dehors, les quelques poules que nous avions courraient partout en criant alors qu’elles étaient sagement enfermées dans le poulailler.
Deux chiens de chasse venaient de sauter par dessus le grillage, coursaient les petits volatiles, de la fenêtre je pouvais observer la scène, j’ai appelé maman pour lui dire ce qui se passait, après un rapide coup d’œœil par la fenêtre et devant les dégâts qu’elle pouvait mesurer, elle s’est jetée sur le téléphone pour appeler la police.
Ma petite sœœur pleurait toutes les larmes son corps en voyant toutes les plumes voler et les corps meurtris des pauvres bêtes allongés sur le sol.
Découvrant peu à peu le carnage qui était en train de se jouer, je suis allé dans la chambre des parents, j’ai ouvert l’armoire où mon père rangeait la carabine , j’ai pris l’arme avec la boite de cartouches et je suis allé à la fenêtre.
J’ai ouvert, pointé l’arme chargée en direction des monstres, deux setters, un irlandais et l’autre anglais, j’avais le doigt sur la détente prêt à faire feu, un des chiens dans ma ligne de mire.
Ma mère en communication avec les services de police me disait :
Ne tire pas !!!
à l’autre bout du fil l’agent demandait:
Qui veut tirer ?
Je n’ai pas tiré, toutes les poules sont mortes sauf une qui avait réussi à se cacher dans les feuilles, les chiens sont partis comme ils étaient venus, nous avons retrouvé les propriétaires qui nous ont indemnisé une misère alors que nous avions perdu tous nos volailles, nous n’avons jamais revu les chiens et nous n’avons plus eu de poules à la maison.
Bien plus tard, nous avons eu des pigeons mais c’est une autre histoire.

C’est une véritable histoire, je crois bien que c’est depuis ce moment que j’ai compris que nous ne vivions pas dans le même monde que ces bourgeois et leurs chiens d’outre Manche.