La violette.

J’ai déjà parlé de la violette sur le blog en 2019 aujourd’hui pas de cuisson puisque c’est juste dans une petite salade de plantes sauvages qu’elle se retrouve.

violettes

J’ai donc pris mon courage à deux mains et je suis parti à la recherche de quelques feuilles de plantes sauvages pour faire une petite salade, histoire d’accompagner le petit croque monsieur au Brézain, un fromage fumé de Haute Savoie.

salade sauvage.

Pour concocter ce petit repas de ruminant , j’ai trouvé des pissenlits, de la mélisse, du trèfle, de la pimprenelle, des fleurs de violettes et de pâquerettes et poignée de pignons de pins.

Si vous ne voyez apparaitre aucun billet dans les jours à venir c’est que la salade ne sera pas bien passée.

Cardamine hérissée…

C’est sans doute une petite plante que vous avez déjà rencontrée, la cardamine est une plante annuelle de 10-25 cm ayant un cycle de végétatif sur 3 ou 4 mois. Les petites fleurs blanches disposées en grappes qui s’allongent au fur et à mesure de la floraison en laissant apparaitre les siliques allongées et dressées. ces dernières dés leur maturité et au moindre contact projettent leurs petites graines.

Elle se cueille en hiver de préférence avant la floraison, ensuite les tiges deviennent dures et les feuilles de la rosette disparaissent. Sa saveur de cresson, pas très piquante est si agréable qu’il est possible de la manger seule en salade.

Les feuilles des autres cardamines se ressemblent et toutes sont comestibles, mais attention goûtez les , elles ont un goût plus ou moins piquant, voir amer, leurs fleurs sont souvent préférées.

Hôtel à insectes…

Je vous avais montré il y a quatre ans le petit hôtel à insectes que j’avais construit de mes petites mains, il est toujours debout et aujourd’hui j’ai eu l’occasion de voir une famille de locataire.

Curieux petit insecte, le gendarme fait partie de la famille des pyrrhocoridées. Il est connu sous plusieurs noms comme Pyrrhocoris apterus, le soldat ou encore le suisse. Ces noms font référence aux tenues des gardes militaires rouge-orangé et noir dans les années 1750. Le gendarme est avide de chaleur, ce qui lui vaut d’autres surnoms comme la punaise rouge, le cherche-midi ou la punaise au corps de feu.

Sources: Rustica.

Le soldat constitue un allié précieux pour l’entretien du jardin. Ils aident à protéger le potager et les plantes des insectes nuisibles comme les pucerons, les cochenilles et bien d’autres encore en les mangeant. De plus, les gendarmes ont un rôle important dans la préservation de l’écosystème en aidant les feuilles mortes et les cadavres d’insectes à se décomposer plus rapidement.

Alors leurs construire une petite maison en vaut bien la peine.

Les effets du changement d’heure ?

Il était un peu plus de 18 heures lorsque j’ai pris cette photo, habituellement c’est lorsque la nuit commence à s’installer que la petite boule de piquants vient nous rendre visite.

L’année dernière nous en avions vu un dans notre jardin l’après midi et deux jours plus tard nous avions trouvé son petit cadavre, espérons que cette fois ce n’est que le décalage horaire qui l’a perturbé.

Expérience culinaire…

C’est une plante vivace fréquente dans les prés, les pâturages, les haies et le lisières. On la rencontre en Europe et en Asie. elle étale sur le sol en rosettes dense ses feuilles vert clair, obtuses au sommet, à la surface gaufrée. Ici ce n’est pas le coucou qui se trouve en photo mais une version un peu plus cultivée.

Cela ne m’empêche pas de faire des expériences culinaires, ici c’est la pannacotta aux primevères, j’ai fait infuser les fleurs dans la crème une petite heure ensuite j’ai procédé comme d’habitude à la cuisson, filtrage pour récupérer les fleurs et ajout des feuilles de gélatine dans le liquide chaud.

Mise en pots avant le passage au réfrigérateur au moins deux heures.

L’ail des vignes.

Dans les endroits bien exposés du jardin, vous rencontrerez sûrement une touffe de feuilles ressemblant à la ciboulette et exhalant une odeur aillée en les froissant.
Il s’agit de l’ail des vignes, très fréquent même en région froide.

ail des vignes


Cet ail sauvage est tout à fait comestible, par ses feuilles mais également par ses bulbes de taille plus modeste que l’ail cultivé.
Les feuilles d’ail des vignes peuvent se consommer crues, finement ciselées dans des salades.
Lorsque l’ail sauvage cuit, il perd son goût piquant, qui peut être dérangeant pour certaines personnes.
Les feuilles, les bulbilles et les bulbes peuvent être utilisés en condiment pour aromatiser du beurre et des plats en tous genres.
Les fleurs et les bulbilles sont également comestibles

Et puis alors que j’étais avec mon appareil photo je n’ai pas pu m’empêcher de faire ce cliché du magnifique Cornouiller mâle.

cornouiller mâle.

J’ai déjà parlé des fruits qui font une très bonne confiture dans cet article.

Le printemps arrive…

La rhubarbe est d’origine asiatique et n’est connue en Europe que depuis quelque deux cents ans.

Elle fait office de fruit lorsqu’on la cultive pour en faire de la confiture ou de délicieuses tartes à la rhubarbe mais c’est en réalité, au sens botanique, un légume.

Elle est cultivée partout en France, mais principalement au nord de la Loire.

Cette plante aux formes très avantageuses peut atteindre une hauteur de plus d’un mètre.

La rhubarbe peut créer, au fond de votre jardin, un massif très verdoyant et très agréable à la vue.

La rhubarbe est très connue pour son effet laxatif.

Riche en calcium, magnésium, potassium et en phosphore, la rhubarbe constitue un très bon complément alimentaire, notamment pour le transit.

De nombreuses recettes gourmandes vous permettront d’apprécier ce produit du potager et vos confitures feront assurément la joie de votre famille.

Rhubarbe.

La rhubarbe est une plante médicinale, la racine possède une activité antibactérienne et combat le staphylocoque dorè. On peut l’employer en application contre les furoncles et en bains de bouche contre les infections de la muqueuse buccale.

Sources: Petit Larousse des Plantes Médicinales et https://www.jardiner-malin.fr.

La tourterelle…

La tourterelle la plus répandue dans nos régions est la tourterelle turque, originaire d’Asie occidentale et arrivée chez nous seulement au milieu du XXè siècle. Elle mesure entre 31 et 33cm en moyenne, avec une envergure de 47 à 55cm. Son plumage est gris clair et ses ailes se terminent par une sorte de dessin en forme d’écailles aux liserés plus clairs. La tourterelle possède une longue queue aux plumes grises et blanches. On la reconnaît facilement grâce à sa tête qui arbore un bec noir, des yeux ronds rouge-brun et surtout une petite collerette noire autour de son cou.

Le cri de la tourterelle est connu de tous. Son célèbre roucoulement, que l’on peut entendre au printemps et en été pendant les parades nuptiales ou pour défendre son territoire, ravit les uns et insupporte les autres. Il est monotone et composé de seulement trois notes que la tourterelle répète rapidement.

Sources: https://jardinage.lemonde.fr/dossier-1341-tourterelle.html

couple de tourterelles.

Voila encore un petit oiseau qui fréquente le jardin, souvent je les vois dans le tilleul du voisin mais elles ont aussi trouvé une source d’approvisionnement facile chez un autre qui possède des poules.

Expérience arboricole…

Cette année j’ai envie de tenter cette expérience sur un pied d’aubépine qui a poussé spontanément dans mon jardin, je vous ai déjà parlé du néflier.

Je suis allé récolter quelques tiges sur l’arbre et j’ai procédé à la greffe à l’ancienne avec du raphia.

Maintenant il nous faudra patienter jusqu’au printemps pour voir le projet se réaliser ou avorter.