Le Mölkky version Anatole…

Le Mölkky est une marque déposée d’une entreprise Finlandaise et je n’ai pas l’intention de faire de la concurrence, j’ai juste repris l’idée du jeu et j’ai fabriqué les quilles avec ce que j’avais sous la main.

Ce sont des morceaux de bouleau cylindriques de 15 cm de haut, plats à leur base et biseautés à 45° à leur tête. Leur diamètre est de 5,9 cm. Sur la partie biseautée est inscrit le numéro de la quille. Les douze quilles sont placées (les numéros face au joueur) au départ de la partie dans un ordre précis en quatre rangées, un peu comme au billard, collées les unes aux autres.

Le bâton à lancer, le mölkky (le bâton « neutre », celui qui n’a pas de numéro), mesure 22,5 cm de long et fait également 5,9 cm de diamètre.

Je n’avais pas morceaux de bouleau cylindrique sous la main et j’ai donc fait avec un morceau de chevron, pour le bâton à lancer j’ai pris un morceau de charme, les quilles ont plus ou moins la taille du jeu officiel.

Sources Wikipédia.

Voila donc en image le jeu de quilles fait maison, le prochain que je ferais sera cylindrique car cela a de l’incidence sur le jeu.

IMG_8147IMG_8146

Le jeu peut se jouer de deux à plusieurs joueurs mais aussi par équipes (composée de deux à quatre joueurs).

Le joueur lance le mölkky dans les quilles, placées à 3 ou 4 mètres. Le pointage du joueur dépend du nombre de quilles renversées :
S’il fait tomber une quille, il marque la valeur de la quille
S’il fait tomber plusieurs quilles, il marque le nombre de quilles tombées
Si une quille n’est pas complètement allongée au sol et qu’elle se trouve en équilibre sur une autre ou sur le mölkky (le lanceur), elle n’est pas comptée (c’est pour cette raison que c’est mieux si elles sont cylindriques)
Si toutes les quilles tombent, le joueur marque douze points

Les quilles tombées sont ensuite relevées sur leur pied (et non à la tête), numéro face à la zone de lancer, juste là où elles se trouvent et sans les soulever du sol. Ainsi la configuration de l’aire de jeu évolue. Chaque joueur réalise un lancer à tour de rôle, et il est fait autant de tours que nécessaire.

Si un joueur (ou une équipe) ne marque pas de point trois fois consécutivement, il (elle) est éliminé(e) du jeu. Si plusieurs joueurs sont éliminés, le dernier restant est le vainqueur quand bien même les 50 points ne seraient pas atteints.

Pièges à guêpes.

Comme chaque année pour avoir la paix avec les guêpes je fabrique à moindre coût des petits pièges qui durent en général toute la saison, il suffit de les vider et remettre l’eau et la bière.

Aujourd’hui, donc c’était le jour de faire le bilan du piège, on ne compte pas le nombre de guêpes, ni de mouches, mais on peut remarquer au moins un frelon d’Europe et au moins 5 frelons asiatique.

IMGP9521frelon-asiatiquefrelon-asiatique2

Le Frelon asiatique est très facile à reconnaître car c’est la seule guêpe sociale en Europe à posséder une livrée aussi foncée : les adultes sont brun noir et apparaissent, de loin, comme des taches sombres sur le nid. La variété V. velutina nigrithorax possède un thorax entièrement brun noir velouté et des segments abdominaux bruns, bordés d’une fine bande jaune. Seul le 4e segment de l’abdomen est presque entièrement jaune orangé. La tête est noire, la face jaune orangée, les pattes jaunes à l’extrémité. Avec sa livrée sombre, il est difficile à confondre avec le Frelon d’Europe, Vespa crabro. mesurant environ 3 cm de long, il est aussi un peu plus petit que ce dernier. La différence est particulièrement nette chez les reines, dont la taille atteint au plus 3,5 cm chez V. velutina et 4 cm chez V. crabro.

Sources: ici.

Vous voulez en savoir plus sur le frelon asiatique ICI et LA.

 

Galettes de pourpier.

Le pourpier pousse dans toute la France et dans toutes les régions chaudes et tempérées de la Terre. On le trouve aussi bien en Europe qu’en Asie (Chine, Inde…), Amérique ou Australie. Le pourpier est un aliment peu énergétique, apportant peu de calories. La feuille de pourpier est très riche en oligo-éléments, potassium, magnésium et calcium sont abondants.

IMGP9514IMGP9517

Ingrédients pour 2 personnes :

100 g de farine
une poignée de pourpier
1 œuf battus
20 cl d’eau
1/2 c à c de bicarbonate de soude
Sel et poivre

Nettoyez le pourpier et hachez-le en fines lamelles.
Mélangez la farine, l’œuf et l’eau. Ajoutez le pourpier haché, le bicarbonate de soude, salez et poivrez.
Si la pâte semble trop épaisse, ajoutez un peu d’eau, il faut une consistance de pâte à crêpe.
Dans une poêle huilée, versez une louche de pâte et faites cuire à feu moyen quelques minutes sur chaque côté jusqu’à obtenir une jolie couleur dorée.
Cela s’accommode très bien avec petite salade verte et une petite vinaigrette.

Toucher du bois !!!

La signification de cette expression est explicite : il ne s’agit là que d’un geste superstitieux, souvent accompagné de la parole « je touche du bois ! », tout aussi efficace que de « croiser les doigts » ou de se signer, selon les convictions ou les habitudes de chacun.
Ce geste est supposé empêcher que des bâtons viennent se mettre dans les roues des projets de celui qui y participe ou lui permettre d’exaucer ses vœux de santé, de gain au Loto…

Apparemment, cette superstition remonte à très loin, puisque les Perses et les Égyptiens la pratiquaient déjà.
Pour les premiers, ce serait parce qu’ils pratiquaient le ‘mazdéisme’ , religion dans laquelle le fait de toucher du bois permettait de se mettre sous la puissance protectrice d’Atar, le génie du feu.
Pour les seconds, ce serait parce qu’il pensaient que le bois diffusait une forme de magnétisme bénéfique.

Au Moyen Âge, les chrétiens disaient que l’habitude de toucher du bois venait de ce que le Christ avait été sacrifié sur une croix en bois : toucher du bois était donc une forme de supplication ou de prière qui permettait de se protéger de l’adversité.

Comme chaque année, une petite livraison de bois pour passer l’hiver au chaud.

Un peu plus d’une heure pour rentrer ce premier chargement, de quoi conjurer les mauvais esprit pour l’année à venir, « je touche du bois ».

Le Sedum en fleurs et pourpier…

Le Sedum appartient à la famille des Crassulacées, qui compte environ 1 500 espèces de plantes majoritairement succulentes.
Dans cette famille on trouve les Kalanchoés, les Crassula et les joubarbes.
Ces plantes succulentes, communément appelées « plantes grasses », se sont adaptées à la vie en milieu aride en stockant de l’eau dans leurs tissus, ce qui leur donne un aspect «gonflé ». Leur métabolisme les rend particulièrement adaptés à la sécheresse. Leurs stomates (organes régulant les échanges gazeux) s’ouvrent la nuit, car la température y est plus basse, et se ferment le jour, ce qui permet d’éviter les pertes en eau.

Il existe plus de 400 espèces de Sédums, et de nombreuses variétés.
Ils sont très proches du genre Hylotelephium, qui est parfois utilisé comme synonyme de Sédum.
En France, on trouve une trentaine d’espèces, dont Sedum acre, Sedum rupestre ou Sedum album, qui poussent généralement sur des murets, dans des enrochements ou pelouses sèches, en situation ensoleillée.

Les fleurs prennent la forme de petites étoiles. Elles comportent généralement cinq pétales, cinq sépales et dix étamines. La floraison peut être blanche, rose ou jaune.
Les fleurs sont mellifères, elles attirent les papillons et abeilles par leur nectar.

Pourpiers en fleurs et autres petites plantes.

La tanaisie.

La tanaisie a pu être utilisée autrefois comme vermifuge, elle contient une huile essentielle dont un constituant, la thuyone, est très toxique à dose élevée.
Ses feuilles préparées en infusion étaient réputées avoir des propriétés toniques, antispasmodiques et fébrifuges.

Elle a également des propriétés insectifuges efficaces contre les fourmis, les mites, les puces, les punaises,  etc.
On l’emploie en préparant des sachets de feuilles et d’inflorescences séchées.

Dans une recette Anglaise Médiévale, on utilise les feuilles hachées pour aromatiser l’omelette.

Séchée, cette plante est utilisée par certains apiculteurs comme combustible pour l’enfumoir. Elle aurait l’avantage d’avoir un effet calmant sur les abeilles et l’odeur de la fumée produite serait sans incidence sur le goût du miel.

Répulsif contre les tiques. On peut se frotter les poignets, la nuque, les chevilles avec une feuille, les tiques et moustiques détestent cette odeur.

La tanaisie appartient à la même famille que les pyrèthres communément utilisés comme insecticide biologique.
La tanaisie peut ainsi également servir à la préparation d’un insecticide naturel très puissant.

On peut aussi faire un purin de tanaisie.

Mettre à fermenter (dans un récipient non métallique) 2 kg de plante entière fraîche dans 10 litres d’eau de pluie ;
Couvrir et brasser quotidiennement le purin ;
Le purin est prêt lorsque l’on n’observe plus de bulles quand on brasse (cela demande environ 10 à 15 jours selon la chaleur) ;
Filtrer et utiliser le purin dilué à 10 ou 20 % en arrosage au pied des plantes que l’on souhaite protéger.
Cela éloigne de nombreux insectes et aurait également une action préventive contre la rouille et le mildiou.

IMG_8121

En 2015, j’avais fait des petites crèmes à la tanaisie et vous voyez que deux ans plus tard je suis encore en pleine forme.

 

 

 

Étiquettes avec Glabels.

Vous le savez peut-être je suis un utilisateur de solution libre, j’ai donc un ordinateur qui fonctionne sous Debian et j’utilise des logiciels libre.

Contrairement à ce qu’une partie de la population pense ce n’est pas si compliqué.

Alors j’ai donc une petite application qui s’appelle « Glabels » et qui ne fait pas trente six choses mais qui fait ce qu’on lui demande, en l’occurrence je voulais un certain nombres d’étiquettes pour mes pots de confitures.

L’application gLabels est un utilitaire léger pour créer des étiquettes et des cartes de visite dans l’environnement de bureau sous Linux. Il est conçu pour fonctionner avec des feuilles d’étiquettes auto-collantes pour imprimantes laser ou jet d’encre ou avec des feuilles de cartes, feuilles que vous trouverez dans la plupart des magasins spécialisés en fournitures de bureau.

gLabels peut être utilisé pour concevoir des étiquettes de publipostage, des badges nominatifs, des étiquettes de prix, des étiquettes de CD/DVD ou encore plus simplement tout ce qui est disposé avec un tramage régulier sur une feuille de papier. Les étiquettes (ou les cartes) peuvent comporter du texte, des images, des lignes, des formes et des codes-barres.

Capture d_écran_2017-07-17_17-12-42Capture d_écran_2017-07-17_17-13-08Capture d_écran_2017-07-17_17-13-33Capture d_écran_2017-07-17_17-14-19

Vous remarquerez la simplicité de l’étiquette, pas besoin de fioritures, ce n’est pas pour mettre sur la table du Roi de France.

Sur la dernière capture d’écran vous pouvez voir que les 24 étiquettes sont affichées, à vous de n’imprimer que ce que vous avez besoin.

IMG_8123

Voici la dernière création.

Avec cette petite application je fais aussi mes cartes de visites personnalisées.

Quelques autres punaises.

Les hétéroptères sont un sous-ordre des hémiptères. Ils sont caractérisés par un appareil buccal de type piqueur-suceur, deux paires d’ailes, les ailes postérieures membraneuses et les antérieures partiellement cornées, des antennes longues. Plus de 30 000 espèces connues dans le monde, généralement désignées sous le nom de punaises, qu’elles soient terrestres ou aquatiques.

IMG_8115IMG_8117

Les insectes jouent un grand rôle dans les pays d’Afrique australe comme le Botswana, le Mozambique, le Zimbabwe, la Zambie et l’Afrique du Sud, non seulement en tant que source de protéines, mais aussi comme friandises culturelles traditionnelles.
Si les chenilles, les sauterelles et les termites sont des denrées nutritives bien connues, le menu peut en comporter beaucoup d’autres, dont la punaise comestible.
Dans certaines cultures, les punaises servent à donner du goût aux ragoûts. Parfois, on les mange pour elles-mêmes. La punaise comestible, appelée thongolifha, est une manne hivernale. Contrairement à la chenille, ou masonja, qui s’enterre pour hiberner avant de se métamorphoser en papillon de nuit, la thongolifha passe l’hiver à l’état adulte et ne s’enterre pas. On peut donc la récolter mature en plein hiver, quand les autres sources de nourriture se font rares. A partir d’une étude réalisée en Afrique du Sud sur un groupe de huit femmes chargées de la collecte, il apparaît que les punaises comestibles sont récoltées à l’aube, quand il fait encore frais et qu’elles sont moins
mobiles. Quand la chaleur du jour commence à monter, les insectes deviennent très vigilants et s’envolent dès qu’ils sont dérangés. On récolte les punaises à mains nues. Les sécrétions défensives de l’insecte laissent des traces orange caractéristiques. On se protège parfois les mains avec des sacs en plastique.
D’abord, il faut séparer les insectes vivants des morts. Les punaises vivantes sont alors placées dans un seau, puis on ajoute une petite quantité d’eau chaude avant d’agiter le tout avec une cuillère en bois. Cela pousse les insectes à émettre leurs phéromones d’alarme. Le nuage de sécrétions est parfois si violent qu’il pique les yeux. On reverse ensuite de l’eau chaude, puis on rince les insectes. On répète ce processus à trois reprises, avant de faire bouillir les punaises.
Si des insectes morts sont restés par accident au milieu des vivants, ils n’ont pas pu libérer leurs sécrétions défensives. On peut les identifier ultérieurement, leur ventre ayant été noirci par les glandes défensives. Impropres à la consommation, elles sont éliminées.
Une fois cuits, les insectes sont séchés au soleil. Cette préparation ne peut être appliquée qu’à des punaises vivantes. Dans le cas d’insectes morts, il faut retirer la tête. Puis on imprime une pression sur le thorax et l’abdomen en les serrant entre le pouce et l’index. Une glande d’un vert pâle translucide sort alors par le cou de l’insecte, qu’il faut éliminer. Les punaises sont consommées en amuse-gueule ou en friture, servies avec de la farine de maïs.

Sources: ICI

Ici, pas question de manger ces petites bêtes 😀

La petite voiture Française.

IMGP6978IMGP6979

Capture d’écran_2017-07-14_13-43-39.png

Alors la réponse à la question était la PGO.

On peut lire sur la page du constructeur:

L’Automobile exerce sur les passionnés une véritable fascination. PGO Automobiles, seul constructeur français d’automobiles de petite série, a décidé de la rendre accessible.

Au-delà de la fabuleuse aventure que constituent la création et le développement d’une marque, l’essentiel est pour nous de satisfaire l’envie de nos clients.

L’élégance et la finesse sont des valeurs qui font de nos véhicules des roadsters et des coupés exclusifs et fascinants. Alliant vintage et modernité, nos modèles sont dotés d’une mécanique contemporaine brillante, les carrosseries en matériaux composites s’exposent tout en fluidité.

C’est une enveloppe en courbes qui habille le Speedster II, La Cévennes et l’Hemera, réunissant l’assurance et la distinction d’un travail de haute couture.

En 2016, la société semble en difficulté.

Alors ne vous étonnez pas de ne pas voir plus souvent ces petits bolides sur les petites routes de France.