59, passage Sainte Anne.

Dans le Paris haussmannien, Achille Bonnefond, spécialiste des affaires criminelles, mène une enquête périlleuse autour des milieux spirites. De quoi perdre la raison pour le brillant détective…

Le suicide de la comédienne Mimi Pattes-Maigres qui, finalement, n’en serait pas un, l’étrange message dans la doublure de sa robe, le cadavre mutilé d’un précieux informateur retrouvé dans une église… Rien qui puisse impressionner Achille Bonnefond considéré, à juste titre, comme le meilleur spécialiste des affaires criminelles de la capitale. Mais, pour les besoins de son enquête, le détective va devoir s’initier auprès d’Allan Kardec au secret des pratiques spirites très en vogue dans les beaux quartiers du Paris haussmannien.
Un jeu dangereux qui pourrait lui être fatal s’il commet la moindre imprudence car, parfois redoutables… les esprits veillent !

9782258110274

Je viens de le finir ce livre policier. Une belle enquête de Achille Bonnefond qui se retrouve cette fois dans une aventure avec une société d’occultisme qui plume les gens et surtout fait commerce avec le diable. Mais il y a les bons et les mauvais heureusement malgré les funestes présages qu’annoncent le diable nos héros ont encore une belle vie et de belles aventures à vivre.

Outre l’intrigue criminelle passionnante, c’est encore et toujours une belle reconstitution de la capitale sous le Second Empire que nous présente Frédérique Volot. Son récit brille par sa documentation particulièrement fouillée. Mais si la vraisemblance des propos mis dans la bouche de ses personnages n’est pas à prouver, c’est surtout l’ambiance, que l’auteure a su insuffler à son récit, qui fait tout le sel de 59, passage Sainte-Anne ! Car en habituée des romans historiques, Frédérique Volot a su se renouveler et revisiter habilement le genre pour mieux captiver ses lecteurs.

Sources: ICI

 

 

Petite variante en rentrant par les Oucherons.

Les « Ouches » dans le centre de la France ce sont des petits jardins potagers, on peut penser que les « Oucherons » sont un dérivé de ceux ci.

Hier nous sommes allés à la Fête des Ouches sur la commune de Morogues.

affiche

Une petite fête sympa en plein air.

Aujourd’hui, notre petite promenade dominicale même si nous sommes lundi nous a emmené jusqu’aux Oucherons, vous voyez donc le lien qui relie ces deux journées.

En chemin, nous avons croisé une petite souris, des dévoreurs de fusains, quelques arums sauvages, une ruine, et plus incroyable encore une borne de rechargement.

IMG_7790IMG_7791IMG_7792IMG_7796IMG_7800

La balade est une petite variante de celle dont j’ai déjà parlé.

les-points-oucherons-folies.png

Petite variante qui évite de passer au même endroit et qui fait environ 6,5km. La végétation a poussé et donc nous n’avons pas vu autant de gibier que la dernière fois, seulement la souris, deux perdrix, un petit lapin.

 

 

Malaver s’en mêle.

Au premier regard, l’homme est antipathique. Plus encore au second. Mais un détective au chômage ne peut guère s’offrir le luxe de choisir ses clients. Malaver se résigne donc à écouter Raoul de Coutance, P-DG d’une entreprise de déménagement, lui expliquer qu’il est suivi depuis deux jours par une jolie femme conduisant une Austin. Quel homme s’en plaindrait ? Coutance, lui, prétend que c’est déplaisant. À Malaver de découvrir l’identité de la dame et les raisons de cette filature. Drôle de mission ! Une visite dans les bâtiments délabrés du siège social des Déménagements Coutance confirme les soupçons de Malaver. La découverte d’un cadavre sans tête lui prouve que Raoul trempe dans de sombres trafics…

paper.1.jpg

Un petit roman policier sympathique, si vous avez l’occasion de l’avoir sous la main.

 

Une vie de chat…

IMG_7769

Le petit chat prend toujours plaisir à grimper sur le dôme tipi et ce n’est pas toujours du goût de celle qui est couchée sur le paillasson.

Soirée Club Sandwich.

Le club sandwich est un sandwich composé la plupart du temps de deux étages de garniture, séparés par des tranches de pain. Il est normalement coupé en quartiers, qui sont disposés à la verticale, la pointe vers le haut, et retenus par des cure-dents.

Les ingrédients traditionnels du club sandwich sont le filet de dinde, le bacon, la laitue émincée et la tomate tranchée. Ce sandwich est normalement servi sur pain grillé et accompagné de mayonnaise et de frites. Du jambon peut se substituer au bacon ou s’y ajouter et la dinde peut être remplacée par du poulet. Au Québec, la version commune du club sandwich contient d’ailleurs du poulet plutôt que de la dinde. On peut également y retrouver des tranches de fromage à pâte dure, principalement du cheddar ou du fromage suisse.

Le club sandwich aurait été inventé dans un club de paris sportif huppé, le Saratoga Club-House de Saratoga Springs, New York au XIXe siècle.

Selon: Wikipédia.

Voila, il restait un morceau de poulet dominical, et il me fallait trouver une façon nouvelle pour le manger après les croquettes de la dernière fois.

Alors voila, deux fois trois tranches de pain de mie, de la mayonnaise, des tomates confites dans l’huile, de la salade, de l’emmental et dix minutes plus tard nous pouvions trouver cela dans notre assiette.

IMG_7767IMG_7766

C’est une version personnelle du club sandwich.

Le Bourgmestre de Furnes.

Joris Terlinck est le bourgmestre de Furnes, une petite ville de Flandre occidentale. Il règne sans partage. Il s’occupe de tout ce qui est important décide, tranche et ne demande l’avis de personne. Ses ennemis sont nombreux.
Il a et a eu des maîtresses. Il y a belle lurette qu’il ne se passe plus rien entre son épouse, Thérèsa, et le « Baes » , le patron. Mais le pire, c’est qu’il a eu un drame dans le vie du couple, un malheur que Terlinck cache par convenance sociale ou pour ne pas perdre la face à l’ Hôtel de ville de Furnes…
Alors que tout le monde sait …

Pourquoi « le Baes » a-t-il lancé à son principal ennemi :

« Léonard Van Hamme, je viens d’acheter votre fille »

Vous le saurez en lisant ce prodigieux roman, un des plus connus de Georges. A noter que, une fois de plus, Simenon excelle dans l’art de camper psychologiquement ses personnages qui s’agitent tout au long des pages de ce roman « dur ».

le-bourgmestre-de-furnes-25544-250-400

Ce livre, est plutôt une sorte de thriller intérieur ; c’est le portrait d’une âme torturée, la description d’une chute au sens camusien du terme, la chute d’un individu, fort, maître d’une ville, bardé de certitudes, et qui les voit, une à une s’effriter, se fendiller, puis carrément voler en éclats. D’une écriture pudique, sobre et en même temps lyrique, Simenon accompagne Terlinck tout au long de cette chute, sans jamais le juger, sans le mépriser, mais sans l’excuser non plus, simplement attentif à capter au plus près la vérité humaine de son personnage. Alors que l’on aurait pu croire que Terlinck était un héros peu commun chez l’écrivain compte tenu de sa force, à la différence de beaucoup d’autres personnages de Simenon qui sont des faibles, il est, lui aussi mal dans sa peau, vit mal son ascension sociale et cachant ses faiblesses sous des dehors rébarbatifs.

Sources: ICI.

Ce policier n’a rien de policier, pas de meurtre, pas d’enquête, si vous avez l’occasion de l’avoir dans votre PAL, n’hésitez pas.

 

L’église de Jussy le Chaudrier.

jussy-chaudrier4

Il y a quelques semaines j’avais fait un petit article, le conseil municipal ayant décidé de la raser, n’étant pas habitant de la commune je ne faisais que reproduire sur le blog les informations que j’avais pu glaner ici et là.

Aujourd’hui, on m’a fait parvenir une invitation à une réunion publique, le mercredi 10 mai 2017, à la salle des fêtes de Jussy le Chaudrier.

Vous comprendrez qu’ il faut que les habitants de Jussy le Chaudrier et d’ailleurs rejoignent l’association pour que cet édifice redevienne lieu de culte mais aussi un espace ouvert à tous pour une utilisation digne de son histoire.

Sources: Appel à constitution de l’association sauvegardons l’église de Jussy le Chaudrier.

 

On s’occupe comme on peut…

Voila bientôt deux mois que j’ai retrouvé un peu de temps libre, alors il faut bien que je m’occupe, la météo n’étant pas engageante pour aller dans le potager, j’ai retrouvé dans un carton un morceau de la station météo qui traînait au sous-sol.

Un gros coup de vent avait rendu le capteur anémomètre à demi mort, c’est à dire qu’un des godets à pris la poudre d’escampette.

Deux ans que cela prenait la poussière au sous-sol, donc je me suis dit dans un excès de courage, pourquoi ne pas lui donner une seconde vie ?

Donc ce matin je sors le matériel, dont un poste à souder qui doit avoir pas loin de mon age, je suis allé le peser pour rigoler et il frôle les trente kilogrammes, y a pas à dire on faisait solide à cette époque.

IMGP9248IMGP9250

Comme il me fallait aussi découper quelques tubes j’ai aussi sortit la disqueuse.

IMGP9253.JPG

J’ai eu aussi besoin d’un autre outil pour souder quelques fils électrique.

Voila donc en image ce que j’ai pu réaliser aujourd’hui, c’est du provisoire qui va peut-être durer un moment, mais pour l’instant j’ai d’autres soucis de transmission qu’il faut régler avant la mise en place à demeure.

IMGP9244

Jules, de Didier van Cauwelaert.

ob_ea74d9_9782226314833-j

Quatrième de couverture:

Zibal est un petit génie. Il est l’inventeur d’un procédé de dépollution qui aurait pu lui rapporter des millions, s’il n’avait été plumé par son ex-épouse. Tout le monde n’est pas doué pour le bonheur, surtout pas Zibal qui, malgré ses diplômes, se retrouve à 42 ans vendeur de macarons Ladurée à l’aéroport d’Orly ! Un jour devant son stand, apparait Alice, une jeune et belle aveugle speakerine sur RTL, qui s’apprête, avec son labrador Jules, à prendre l’avion pour Nice, où elle doit subir une opération pour recouvrer la vue. Coup de foudre ! L’intervention est un succès, mais la récupération de ses facultés bouleverse la vie d’Alice, et surtout celle de son chien, affecté à un autre aveugle qui le brutalise. Jules fugue, retrouve Zibal, et en moins de vingt-quatre heures, ce labrador en déroute devient son pire cauchemar : il lui fait perdre son emploi, son logement, tous ses repères. Compagnons de misère, ils n’ont plus qu’une seule obsession : retrouver la jeune femme qui leur a brisé le cour.

Entre une miraculée de la chirurgie et un vendeur de macarons, une histoire de renaissance mutuelle et de passion volcanique orchestrée, avec l’énergie du désespoir, par le plus roublard des chiens d’aveugle.

Histoire prenante, rigolote et tendre.Tous les personnages humains ou canins sont attachants et leur caractère peut réserver des surprises. Le style est agréable et fluide, cela donne envie de découvrir d’autres livres de cet auteur.

J’avais eu entre les mains ce livre il y a quelques mois et je n’avais pas eu l’envie de le lire, et puis ma bibliothécaire préférée m’a rapporté la version en gros caractères et je l’ai dévoré en deux jours.

paper.1.jpg