Le mérelle…

Alors que je feuilletais un livre sur les Celtes à la bibliothèque, j’ai vu qu’ils parlaient de jeux anciens, comme le Mérelle, dans l’exemple ils fabriquent la table et les pions en terre mais je n’en avais pas sous la main.

J’ai donc récupéré un morceau de planche dont j’ai découpé en carré, pour faire les pions c’est dans des bouchons de liège que j’ai taillé les rondelles, que j’ai peint avec un vieux vernis à ongle, 9 vert et 9 rose.

mérelle en bois.

J’ai récupéré un boite de caramels breton qui était vide, je me demande qui les a mangés 🙂 .

Pour garder à porter de main la règle du jeu j’ai installé une petite pochette au dos pour l’insérer et j’ai mis quatre coussins en feutrine.

règle du jeu.

Jeu de plateau :

9 pions d’une couleur et 9 pions d’une autre.

But du jeu :

Aligner 3 pions d’une même couleur sur une ligne, pour manger successivement 7 pions à l’adversaire.

Phase 1 (déplacement) :

Les joueurs jouent à tour de rôle. Le joueur qui commence est tiré au hasard. Pendant les 9 premiers tours, chaque joueur place un pion. Si un alignement de 3 pions (en suivant le tracé) est formé, un pion adverse est capturé. Un pion dans un alignement constitué est protégé, il ne peut être mangé.

Phase 2 (mouvement) :

A partir du 10ème tour, à tour de rôle, chaque joueur déplace un pion vers le point le plus proche. Lorsqu’un joueur parvient à aligner 3 pions de sa couleur, il mange un pion à l’adversaire (sous réserve que celui-ci ne soit pas dans un alignement constitué).

Fer à souder.

Dans la liste des outils de récupération voila un outil qui pourrait encore servir lorsque nous aurons débranché toutes les centrales nucléaires et que le courant sera rare.

C’est un vieux fer à souder qui devait servir pour les gouttières en zinc avant que le PVC soit à la mode, ici il a perdu son manche en bois qui permettait de ne pas se brûler lorsqu’on faisait chauffer le fer dans le feu.

Je vais donc essayer de tailler un nouveau manche dans un morceau de noisetier.

Quelques heures plus tard.

Dans l’après-midi une tribu de fer à souder s’est invitée dans le sous-sol.

Promenons nous dans les bois…

J’ai mis en pause mon projet d’affûteur de foret parce que pour le moment je n’ai pas trouvé d’écrou assez gros pour mener à bien le bricolage, mais je réfléchis à autre chose.

Actuellement je vais au bois donner un coup de main et puis c’est l’occasion de faire un peu d’exercice en plein air. Et puis j’ai eu l’envie de fabriquer un nouveau banc d’âne.

Rappelez vous, c’était en 2018

Mon chef de chantier 🙂 m’a réservé une bûche de 2 m de long et d’un diamètre de 17cm au bout le plus gros et il me l’a livrée à domicile (merci à lui).

Maintenant il me reste à façonner ce futur banc, j’imagine faire un prochain article et au pire la bûche finira sur la pile de bois de chauffage.

Vous remarquerez les trépieds de fabrication artisanal qui ne sont pas une grande réussite mais qui permettent de mettre à hauteur la bille de bois, ce qui va permettre à la bûche de sécher un peu mieux.

Mon idée c’est de raboter une face, de greffer 3 pieds dessous, ouvrir une lumière pour passer ce qui servira d’étau, et un axe traversant.

Bon je ne suis pas encore arrivé au bout, mais nous ne sommes pas encore au printemps.

La réponse sur l’outil.

Alors c’était une réponse pas vraiment facile à donner et je dois dire c’est en fouillant sur le web que j’ai vu un engin semblable.

J’ai mis mes simples connaissances en pratique pour essayer de reproduire l’engin et l’utiliser après quelques essais.

Cet outil s’appelle un « tire fil de fer » ou « lieur de fil de fer », les morceaux de fil de fer sont prédécoupés, chacun de ces brins présentant à ses extrémités une boucle fermée solidement, si la robustesse est insuffisante il suffit de doubler les brins.

Donc, le brin, une fois en place sur les parties à attacher, est saisi par les boucles avec le crochet du « Tire fil ». Puis avec un mouvement rotatif de la gauche vers la droite… la ligature se forme aisément. S’il faut défaire, un mouvement de poignée dans le sens contraire.

Ici, je m’en sers pour ficeler les fagots, je découpe des liens de fil de fer à la bonne dimension, je fais deux boucles et l’affaire est rondement menée.

IMGP0892IMGP0890

IMGP0909IMGP0910

Faut imaginer que dans la boucle vous avez la pièce à fixer, plus vous tourner et plus vous serrez, si vous tuteurez un jeune arbre penser à mettre des cales en bois pour ne pas blesser le tronc.

Dans le commerce vous trouverez un outil qui fait la même chose pour une vingtaine d’euros.

lieur-edma