Le mahonia.

Le Mahonia à feuilles de houx, petit arbuste rustique, à fleurs parfumées en grappes jaunes de 5 à 8 cm, qui fleurit au printemps. Fruits violacés en automne. Son feuillage vert lustré devient pourpre en automne.

Mahonia

Maintenant vers la fin du mois de juillet il reste les fruits dont je me suis servi pour faire quelques pots de gelée.

Fruits du mahonia.

Cela ressemble à des myrtilles en forme de petits olives et le goût ressemble entre un mix de myrtilles et mures.

Avant de pouvoir faire la gelée il faut faire exploser les fruits pour retirer les graines qui ne sont pas comestibles, ensuite on pèse le jus et on met le sucre qu’on veut.

Avec ce que vous voyez dans la passoire j’ai fait un peu plus de trois pots de gelée.

Pots de gelée

Il y a des années où il y a peu de fruits mais en 2021 cela a été prolifique pour un pied de mahonia, les fruits ont parcouru une vingtaine de mètres on ne peut pas faire un circuit beaucoup plus court.

Ne vous aventurez pas à goûter le fruit sur l’arbuste et surtout ne mangez ni les graines, ni les feuilles.

Confiture de cynorrhodon…

L’autre jour j’avais rapporté des cynorrhodons pour les faire sécher afin de m’en servir pour les infusions hivernale mais cette fois j’y suis retourné pour faire de la confiture.

La récolte a été plus délicate et je suis rentré avec les mains en sang, faut pas oublier de prendre une bonne paire de gants quand on cueille les fruits de l’églantier.

Je suis donc revenu avec mon petit sac rempli de fruits, j’ai retiré toutes les petites branches et j’ai lavé la récolte, il me restait deux petits coings et des pommes du jardin que j’ai ajouté.

J’ai couvert d’eau dans une bassine et fait cuire une bonne vingtaine de minutes jusqu’à ce que les fruits soient mous. Après un petit passage dans le moulin à légume d’un autre temps j’ai réussi à récupérer 750 grammes de pulpe.

La pulpe a rejoint un peu moins de 500 grammes de sucre et voila le résultat un fois cuit.

Cette confiture est fruitée avec la consistance d’une crème de marron.

Même si la récolte, la cuisson et la vaisselle donnent du travail cela vaut le coût de le faire.

L’Anatolephoon.

Encore une idée qui est passée dans ma tête, j’ai pu récupérer deux perches de bambou dans la semaine pour occuper les journées d’hiver dans mon sous-sol mais je n’ai pas pu attendre et c’est en regardant les instruments comme le saxo de poche que j’ai reçu l’inspiration.

Le modèle qui m’a servi de base est le « Xaphoon » un instrument à vent à anche simple en bambou fabriqué artisanalement à Hawaï, les anches proviennent de saxophone ténor.

Après avoir tenté sans grand succès de tailler des anches dans du bambou je me suis contenté d’un emballage en plastique dans lequel j’ai taillé la anche.

Mon instrument est en plusieurs morceaux, le bec, la anche et le corps avec les trous.

Pour faire les trous dans le tube, après avoir marqué l’emplacement des huit orifices j’ai utiliser la Dremel pour percer, le risque est bien présent et la fissure jamais très loin mais en prenant un petit foret on limite la casse. Ensuite j’ai fini les trous en allumant ma petite forge et en faisant chauffer un morceau de fer à béton conique, ce qui permet de faire différentes tailles.

forge8

La partie la plus délicate c’est quand même la fabrication du bec et de la anche.

IMG_2642IMG_2643IMG_2644IMG_2645

Je suis bien content, j’arrive à sortir quelques sons mais ce n’est pas encore cela.

Mais cela donne envie de tenter l’aventure.

 

Saxo en bambou…

Lors de notre petite escapade en Haute-Savoie nous avons pu découvrir ce drôle d’engin.

IMG_2602

Alors vous comprendrez facilement que je vais essayer de reproduire cet instrument de musique à la maison. Une idée de bricolage pour passer l’hiver à l’abri dans mon atelier.

Détail de la anche.IMG_2605.JPG

Va falloir que j’aille voir mon fournisseur de Bambou.

Lance Pierre…

En discutant l’autre jour à la bibliothèque, j’ai entendu dans la conversation qu’il était dommage qu’un collègue n’avait pas un lance pierre sous la main.

Alors puisque je suis toujours à l’affût d’une petite séance de bricolage voila donc mon dernier projet manuel.

Manche en châtaignier, élastiques fabriqués dans une vieille chambre à air, un morceau de similicuir, un petit bout de ficelle à rôtie et quelques morceaux d’adhésif.

Cela va faire un lance boulette pour amorcer.

 

Mais qu’est-ce qu’on va faire…

Chaque année je me dis qu’il faudrait faire quelque chose de ces perches de saule, ici vous avez la plus petite des deux bottes que j’ai taillé cette fois. Cet après midi je les ai regroupées par taille et grosseur, je n’avais pas choisi le meilleur jour pour faire ce genre de travail mais au moins il ne pleuvait pas, un vent glacial soufflait sur la campagne berrichonne.

IMG_9515IMG_9513IMG_9518IMG_9519

J’ai un superbe livre sur la vannerie qui m’a été offert il y a quelques années, cela m’a permis de refaire une anse de panier il y a quelque temps mais je me dis que je pourrais peut-être tenter de me faire un petit panier à champignons.

9782212120981_1_75

Ce n’est pas les idées qui manquent à ce pauvre Anatole 😀