Banc d’âne, la suite…

J’en avais parlé dans un précédent billet lorsque j’avais fabriqué mon banc d’âne j’avais utilisé une planche de bois exotique parce que j’avais cela sous la main, mais mon idée était quand même de fabriquer tous les éléments avec des produits du bûcheronnage. J’avais donc lors d’une sortie au bois rapporté une bille de chêne que mon maître de stage 🙂 avait fendue le mieux possible.

Me restait donc à utiliser une technique rustique pour en sortir une planche ou au moins quelque chose y ressemblant le plus possible, c’est donc à l’aide de deux merlins que j’ai pu arriver à mes fins.

Voila ce qui reste de la bûche une fois que j’ai pris ma planche.

J’ai pris celle du milieu qui me paraissait la plus adaptée qui n’est pas sur la photo mais que vous pouvez découvrir ci-dessous.
La planche en question.

J’ai du la tailler à la bonne dimension et le plus délicat a été de faire le trou qui permet au levier de traverser, trois trous au foret à bois de diamètre 32mm et finition au ciseau avant un petit coup de râpe à bois.

C’était l’occasion de remettre un manche à ma petite hache, j’en suis pas vraiment content, mon premier morceau de bois qui aurait pu convenir c’est révélé un peu trop fin pour la partie qui rentre dans l’œil, j’ai donc fait une deuxième tentative mais c’est du chêne et un peu trop lourd pour ce petit engin.

Pour le moment cela va rester comme cela elle fonctionne bien pour fendre du petit bois mais elle coupe pas terrible, faudra que je m’en occupe un jour.

Changement sur le banc d’âne.

Pas question d’aller faire l’âne dehors alors je me suis posé sur le banc, le levier (le deuxième) ne me convient pas trop alors j’ai décidé d’en faire un troisième démontable entièrement, une tête, un levier, une planche pour poser les pieds et activer le système.

La mâchoire est un peu plus large pour serrer les pièces à travailler.

J’ai taillé ensuite quelques chevilles en bois et j’ai remplacé la tige filetée par une en bois mais je ne suis pas certain qu’il ne faudra pas revenir au métal.

Prochain travail l’affinage des pieds qui font un peu brut de décoffrage et cela diminuera le poids de l’engin quand il faut que je le déplace.

J’ai pu chevaucher mon banc d’âne…

Voila mon projet de menuiserie rustique est terminé, il y a bien quelques bricoles qui mériteraient un petit ajustement mais l’engin est opérationnel.
Comme prévu il n’y a pas de vis, pas de clou et seulement une tige filetée qui sert d’axe pour le levier.

Maintenant il va falloir que je lui trouve une place au sous-sol et réfléchir aux choses que je pourrais améliorer sur ce banc.

Finalement c’est trouver l’endroit pour percer l’axe du levier qui m’a ennuyé le plus, j’ai fait un premier essai en le plaçant dans la planche, mais ensuite j’étais bloqué pour l’ouverture de la mâchoire alors finalement j’ai fait un trou dans le banc, ce qui permet de gérer l’ouverture pour un petit ou un plus gros morceau en déplaçant la cale.

Je suis quand même assez content d’avoir mené ce projet à son terme et je vais sans doute le fignoler dans les jours à venir.

Entraînement…

Vous le savez j’ai en projet de fabriquer un banc d’âne en utilisant une méthode rustique, sans clou ni vis et moyennant un budget réduit.

J’ai du investir dans une mèche à bois plate n’ayant pas trouvé de tarière de bonne taille, c’est encore d’un prix raisonnable puisque cela m’a coûté 4,60 euros.

Avant de m’aventurer dans le perçage des trous pour les pieds j’ai fait un premier test pour un petit engin qui peut se transformer en banc pour poser son popotin ou en billot pour épointer les perches.

Voila donc en image l’engin sous toutes ses coutures.

Ensuite puisque j’étais lancé j’ai retaillé un nouveau levier de serrage car le premier ne me convenait pas, et je lui ai ajouter une pédale avec une petite cheville, pour le moment j’ai une vieille planche qui va servir de support pour l’axe où j’ai ouvert un trou.

Voila en image le reste du travail effectué pour le moment.

Pour le moment je dirais que cela suit son cours, le prochain billet sera sans doute celui avec le perçage des trous pour les pieds.