Premier projet de l’année…

C’est pas une idée de 2021 mais c’est le premier que je commence, le billot était là en attente, la semaine dernière j’avais rapporté de quoi faire les pieds et cet après midi j’avais quartier libre 🙂

Je n’étais pas encore fixé sur la manière fixer les pieds alors je me suis entraîné sur un morceau martyre, je voulais faire un montage en queue d’aronde mais comme ma bille de bois ne fait que 17 cm de largeur j’ai perdu en solidité, en enfonçant les pieds la queue d’aronde n’a pas résisté.

Sur le dessin, cela semble facile mais découper les queues d’aronde à la tronçonneuse c’est une autre paire de manche, alors j’ai abandonné l’idée et je ferais à la méthode Froissart lorsque j’aurais le matériel pour faire les trous.

Bon cela ne m’a pas empêché d’avancer quand même, j’ai découpé mon billot dans sa longueur à la tronçonneuse, pour faire du bon boulot il aurait fallu que je me lance dans la construction d’une gruminette mais pour une seule planche cela n’en valait pas vraiment la peine.

Le futur banc d’âne.
Les futurs pieds.
Après un petit coup de rabot.

J’ai commencé à passer un petit coup de rabot pour obtenir une surface à peu près plane et cela fait du copeau. Pour la suite j’ai donc les pieds à installer, j’ai taillé le levier qui bloque la pièce lorsqu’on pousse avec les pieds mais je ne suis pas vraiment content du résultat, j’en referais peut-être un autre.

Il faut encore une planche, et ouvrir deux trous pour le passage du levier et un axe traversant pour la rotation.

Promenons nous dans les bois…

J’ai mis en pause mon projet d’affûteur de foret parce que pour le moment je n’ai pas trouvé d’écrou assez gros pour mener à bien le bricolage, mais je réfléchis à autre chose.

Actuellement je vais au bois donner un coup de main et puis c’est l’occasion de faire un peu d’exercice en plein air. Et puis j’ai eu l’envie de fabriquer un nouveau banc d’âne.

Rappelez vous, c’était en 2018

Mon chef de chantier 🙂 m’a réservé une bûche de 2 m de long et d’un diamètre de 17cm au bout le plus gros et il me l’a livrée à domicile (merci à lui).

Maintenant il me reste à façonner ce futur banc, j’imagine faire un prochain article et au pire la bûche finira sur la pile de bois de chauffage.

Vous remarquerez les trépieds de fabrication artisanal qui ne sont pas une grande réussite mais qui permettent de mettre à hauteur la bille de bois, ce qui va permettre à la bûche de sécher un peu mieux.

Mon idée c’est de raboter une face, de greffer 3 pieds dessous, ouvrir une lumière pour passer ce qui servira d’étau, et un axe traversant.

Bon je ne suis pas encore arrivé au bout, mais nous ne sommes pas encore au printemps.

Retour sur le banc…

Le banc d’âne est utilisé en menuiserie, en boissellerie, par les tavaillonneurs et à la ferme où il sert à dégauchir, appointir les échalas, les manches d’outils et les petits piquets. Pour le tonnelier, il s’appelle la colombe, et est utilisé dans la mise en forme des douelles de tonneaux.

Ce banc est muni d’un levier actionné par les pieds permettant de maintenir solidement une pièce de bois pendant son appointage. L’opérateur est assis à califourchon et travaille la pièce de bois avec les mains.

Lors d’un travail à la plane, l’effort de traction sur l’outil induit une poussée plus grande sur les repose-pieds. La mâchoire serre alors davantage. Il suffit de relâcher un peu la pression pour changer la position de la pièce à appointir ou à amincir.

L’axe du levier y est généralement constitué de goupilles amovibles. Le levier est muni de plusieurs trous. Selon les trous utilisés pour placer les goupilles, on peut travailler des pièces de bois de diverses épaisseurs. Ce « chevalet » était également utilisé par les charrons.

Source: Wikipédia

Les bancs d’ânes il y en a des dizaines de sortes, ici vous avez le modèle Anatole, assez facile à fabriquer, et qui vous rendra service si vous avez à bricoler, contrairement à l’étau qu’il faut serrer et desserrer ici vous avez juste à lâcher les pieds, avec une plane vous pourrez préparer un rondin pour vous servir du tour à bois (c’est dans les cartons). Pour affuter une lame c’est pratique, et comme tout est en bois il y a moins de risque d’abimer l’outil. C’est un banc qu’on trouvait dans les fermes, mais certainement pas dans celle des Milles Vaches.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ici vous pouvez voir la mailloche que j’ai taillé en début de semaine, je suis en train d’affiner le manche qui est un peu gros, vous remarquez que la planche qui sert de support est fixé avec une charnière ce qui permet d’ajuster pour serrer la pièce en utilisant une cale.