Grosses chaleurs et petit bricolage…

Depuis quelques jours j’ai une plancha au gaz et pour faire fonctionner l’engin faut le brancher à une bouteille, la clé multiprises est une solution et il y a des petites clés en plastique ou en métal qui font bien le boulot.

J’ai retrouvé cette vieille clé plate et l’idée c’est de la transformer.

clé plate.

Quelques coups de limes et scie pour lui donner cette forme.

clé à gaz.

La clé en action qui fonctionne plutôt bien.

serrage.

desserrage.

Ce n’est pas révolutionnaire mais cela dépanne.

Publicité

dyb 321 shindaiwa.

Vous l’avez déjà vue sur le blog, c’est une machine que j’ai récupéré il y a des années, elle devait finir à la déchetterie et vous connaissez mon bon cœur je lui ai donné une seconde chance à cette époque, au fil des ans sa fiabilité s’est dégradée, l’embrayage était devenu inopérant et toujours en prise directe, et j’ai changé un ressort (les pièces détachées se faisant rares, il a fallu bricoler).

Il y a peu de temps c’est à dire une quinzaine de jours je me suis dit qu’elle pourrait encore rendre service, mais la poire d’amorçage est sèche comme un bout de bois.

poire d’amorçage.

C’est une pièce qui semble difficile à se procurer, puisque maintenant la plupart des carburateurs ont leur poire intégrée, j’ai donc encore une fois bricolé pour remplacer cette mini-pompe.

mini-pompe.

Une fois cette opération faite, vient le temps du démarrage, une nouvelle épreuve vient à ma rencontre, il y a un léger allumage à la bougie mais apparemment le carburant n’arrive pas à destination.

J’ai donc procédé au démontage du carburateur, après tout ce temps , les joints sont collés, les membranes sont sèches alors j’ai du commander un kit de réparation pour carburateur TK 5.

Autant vous le dire de suite, c’est un travail qu’il faut faire au calme, dans un endroit bien éclairé et faire bien attention aux petits ressorts retords.

Ensuite, faut bien entendu remettre tout ce petit monde dans le bon ordre et ne rien oublier.

Il a fallu deux jours pour avoir les membranes, c’est plus rapide que de commander une nouvelle carte SIM 🙂

Remontage de l’engin et là c’est la catastrophe, la machine ne veut plus rien savoir, j’ai donc mis la réparation en pause plusieurs jours, j’étais prêt à me rendre à la déchetterie mais quand même au fond de moi j’avais un peu d’espoir.

C’est donc aujourd’hui mardi 21 juin, que j’ai eu une illumination, une pièce de la machine que je n’ai pas vérifier parce que j’avais toujours une petite étincelle lors de mes tests, c’est le volant magnétique. Faut retirer la carcasse de l’engin pour la trouver et s’apercevoir qu’au fil du temps le gras, la poussière ont fait une petite couche de protection isolante. Un petit nettoyage des contacts, petit coup de papier de verre et miracle la machine vient à cracher un nuage de fumée.

Maintenant, c’est une bonne chose mais il reste à régler les petites vis de richesse et de ralenti ce qui reste une autre épreuve mais que je devrais pouvoir surmonter.

Vous l’aurez compris avec de la patience et de persévérance, il est possible de relever des défis.

shindaiwa.

1995.

Comme vous pouvez le voir cette machine a été fabriqué en 1995, ce qui lui donne un age assez vénérable quand même.

Station météo…

Vous le savez je suis resté un grand enfant et comme tous les enfants il faut les occuper pour ne pas les voir tourner en rond ou s’abrutir devant une console de jeux. Je suis assez copain avec la nature et lorsque je peux fabriquer un truc en rapport avec je suis partant.

J’ai déjà une girouette dans mon jardin en tôle qui est perchée sur un mat à trois mètres du sol, mais je voulais construire quelque chose avec des produits du recyclage, les bouteilles d’eau en plastique sont bien adaptées pour mon projet.

J’avais déjà construit un pluviomètre avec ce genre de produit, la graduation avait été le plus difficile du projet sans pour autant se révéler d’une extrême précision mais je ne transmet aucune information à Météo-France.

girouette et pluviomètre

Il y a quelque temps j’avais entrepris de fabriquer un anémomètre, il faudrait peindre un des godets pour compter plus facilement le nombre de tours en une minute, mais cela donne malgré tout une bonne idée de la puissance du vent.

anémomètre
girouette.

Et puis ma dernière fabrication, un girouette qui donne la direction du vent, les quatre points cardinaux ne sont pas marqués mais comme je sais où se trouve le nord chez moi cela ne me pose pas vraiment de problème.

axe de girouette

Le haut d’une bouteille avec son bouchon, un deuxième bouchon qu’on colle à l’opposé, un clou qui traverse pour finir sa course dans un bouchon en liège, le tout emmanché sur un tube de PVC et une traverse en plastique découpée dans un bidon de 5 litres pour faire la queue.

Ensuite reste à trouver le point d’équilibre pour percer un trou qui sera l’axe de rotation dans le tube.

Vous l’aurez compris cela reste du travail d’amateur mais peut donner des idées pour occuper les monstres un mercredi après-midi.

Boite à outils…

le bricoleur.

Petite séance de bricolage pour votre serviteur, la centrale vapeur crache de l’eau mais pas au bon endroit. Petit démontage de la bête qui a déjà quelques années et c’est un raccord en plastique qui a rendu l’âme, après quelques recherches la pièce détachée n’est plus fabriquée alors j’ai du improvisé une solution de rechange.

l’engin en question.
Raccord.

Pour remplacer cette pièce j’ai récupéré un petit tuyau en cuivre récupéré sur un compresseur de frigo, après quelques coups de marteau et une mise en forme voila la pièce de rechange.

Pièce détachée.
remplacement.

Voila donc une nouvelle mission qui a été menée à son terme, reste à savoir combien de temps cela va durer.

Le fumoir d’Anatole, suite 2…

Voici la suite du projet de fumoir d’Anatole, j’ai préparé la porte qui permet de venir déposer la sciure dans la chambre de combustion, je pensais que ce serait une partie de rigolade mais cela m’a donné du fil à retordre. Il m’a fallu ajouter des élargisseurs pour compenser la perte de matière lorsque j’ai découpé à la disqueuse, morceaux que j’ai du mettre en forme avant la soudure, ensuite je me suis attaqué à la charnière, ici aussi j’ai du adapter pour épouser la courbe de l’extincteur. Pour finir j’ai fabriqué un loquet qui vient fermer la porte de l’intérieur, un quart de tour de la clé pour bloquer la porte.

Ensuite j’ai pratiqué une ouverture dans le fond de l’extincteur pour alimenter en air la chambre de combustion, une petite plaque mobile pour ouvrir plus ou moins de fabrication artisanale.

Pour la fumée j’ai adapter une boite de conserve qui va servir de raccord pour la gaine en aluminium, un tuyau extensible de 1,50 m et qui est bloqué sur l’extincteur avec le gros écrou.

Pour boucher le trou dans le tonneau je n’ai pas trouvé pour le moment d’autre moyen qu’un morceau de jean, c’est deux jambes de pantalon que j’ai cousu ensemble, rappelez vous que la température ne doit pas dépasser les 28°C pour le moyen de fumaison que j’ai choisi.

Une fois n’est pas coutume…

Vous connaissez mon amour du bricolage et je vous montre souvent les produits dans leurs phases finales, alors aujourd’hui je vais vous montrer les quelques déboires qui sont venus perturber mon projet.

premier prototype.

Voila donc la première pièce que j’avais fabriqué, c’était plutôt bien fait, l’alignement des trous n’était pas trop mal. Mais lorsque j’ai voulu placer les brosses à dents dans les trous ils n’étaient pas assez large, lorsque j’ai agrandi la sanction a été sans retour.

deuxième prototype.

Pour ce deuxième porte-brosses à dents, c’est l’alignement qui n’est pas terrible et puis les manches de brosses ne rentrent toujours pas puisqu’après une petite enquête il s’avère qu’au plus épais il faut compter jusqu’à 15 millimètres et ici je n’ai en ma possession d’un foret de 12.

troisième essai.

Pour ce troisième essai je ne suis pas loin du résultat, il faudra encore quelques petits coups de lime mais je pense que ce sera le dernier pour le moment.

version finale ?

J’ai réduit le nombre de trous pour les brosses et j’ai taillé une nouvelle forme.

Comme à mon habitude, les prototypes sont taillés dans des morceaux de bois résultat du recyclage, pour l’occasion un vieux portail en bois exotique qui avait pris sa retraite après vingt ans de bons et loyaux services.

Voila mon dernier essai, je me suis rendu compte qu’il y avait des brosses à dents de diverses tailles au niveau du manche, alors on se retrouve par moment avec la brosse qui rentre à peine et d’autres où c’est l’inverse car elle n’est stoppée qu’avec la touffe de poils.

Ce n’est donc pas l’objet idéal pour faire sécher sa brosse à dents et chez nous le gobelet en verre a encore de bons jours devant lui.

Prochain projet…

Un fidèle lecteur de mon blog m’a demandé de lui fabriquer un porte brosses à dents en bois, il m’a donc envoyé une image et à moi de me débrouiller pour refaire quelque chose y ressemblant.

https://i.etsystatic.com/15530751/r/il/52effd/1878838400/il_794xN.1878838400_f8l1.jpg

Voila donc un premier prototype sur une feuille de papier en taille réelle.

porte brosses à dents.

Un petit retour en arrière quand j’étais au lycée technique pendant les cours de dessins il y quarante cinq ans.

Me reste à trouver un morceau de bois qui pourra faire l’affaire 🙂 ce sera l’objet d’un prochain billet peut-être ?

Chirurgie sans anesthésie…

Une broche de Kirschner (aussi appelée fil de Kirschner) est un mince fil métallique ou une broche qui peut être utilisé pour stabiliser des fragments d’os. Ces broches peuvent être percées à travers l’os pour maintenir les fragments en place. Ils peuvent être placés par voie percutanée (à travers la peau) ou être enfouis sous la peau.

L’autre jour un commentateur me demandait si je ne pouvais pas lui greffer un nouveau pancréas et je lui répondais qu’actuellement je n’avais pas sous la main, mais ce jour c’est un autre travail de chirurgie auquel j’ai dû m’atteler.

girouette oiseau.

Un copain me dit que je pourrais peut-être ressouder l’un des deux oiseaux dont les pattes sont faiblardes, chose que j’ai tenté sans résultat les bestiaux sont en tôle et je n’ai pas le matériel adéquat.

Alors je me souviens que mon fiston s’était fracturé le poignet et qu’on lui avait mis une broche le temps de la consolidation, alors j’ai adapté la technique.

Sans anesthésie j’ai donc inséré un fil de fer que j’avais au préalablement pliè en deux dans chaque parties de la patte, remis en place le membre fragilisé et utilisé la technique du plâtre pour immobiliser.

Le plâtre utilisé est un mélange de plusieurs composants qui ressemble à de la pâte à fix, une fois mis en forme il durcit jusqu’à devenir dur comme la pierre, et peut être peint.

Voila donc comment j’ai essayé de sauver cette petite girouette de la déchetterie.

Un petit coup de peinture et cela devrait pouvoir lui donner quelques années de vie supplémentaires.

Petit dépannage…

Encore un petit dépannage qui m’a permis de bricoler dans le sous-sol, notre voisine nous a emprunté la pioche pour décaisser un tas de cailloux qui était compacté et elle me disait qu’elle avait une petite pioche dont le manche de 50 cm tenu par des clous n’était pas pratique. Vous connaissez maintenant mon bon cœur alors je me suis proposé de remettre l’engin en service et opérationnel.

l’engin débarrassé de son manche.

Alors j’hésite entre la serfouette et la houe à panne et langue de chat, ma préférence irait au deuxième choix à cause de son poids.

J’ai donc été acheter un manche dans un magasin spécialisé en jardinage, pas facile de trouver la bonne taille dans ceux de bricolage, les manches pour serfouettes sont beaucoup plus fin et pour le bon modèle il faut se tourner vers les manches de houes.

Après un minutieux ponçage et une petite application d’huile de lin, c’est facile d’emmancher l’outil.

J’envoie donc un petit SMS à notre voisine avec la photo de l’engin et elle ne reconnaissait pas son matériel, me répond de suite, « on fait l’échange ? » et c’est ainsi que j’ai récupéré ma pioche et elle sa houe presque comme neuve.

Moins d’une journée pour remettre en état cet outil de jardinage et retrouver son maître, c’est le temps qu’il a fallu, quand on peut rendre service faut pas s’en priver et le monde se portera mieux.