Couteau croche…

Les couteaux de sculpture sont utilisés pour le travail du bois. De la taille d’une cuillère en bois avec un couteau croche au travail décoratif. La sculpture du bois est une activité très populaire, tout particulièrement en Scandinavie. Cette activité manuelle revient en force en Europe avec l’invasion du bushcraft.

Source: https://www.knivesandtools.fr/

Vous le savez maintenant mais je suis toujours curieux de fabriquer un outil avec les produits du recyclage, ici un petit morceau de ferraille de mes anciens volets.

Faudrait un jour que je compte tous les trucs que j’ai pu faire avec ces morceaux de récupération.

Avant et après

C’est un montage un peu spécial et différent.

Montage incrusté.

Le morceau de la lame est incrusté et l’extrémité rentre dans le bois.

Ce n’est pas encore comparable à un outil acheté dans le commerce mais j’ai bon espoir d’en venir à bout. Cet outil que j’ai fabriqué devrait m’aider à creuser de futures cuillères en bois et peut-être même un bol.

Le manche est taillé dans un morceau de chêne que j’avais en stock.

A la recherche d’un cliché de forêt…

Profitant d’une petite accalmie en ce début de mois d’août 2021, je suis parti faire quelques clichés dans le bois le plus près de chez moi, en chemin j’ai trouvé un peu de soleil.

tournesol

Cette année avec le temps humide les tournesols ont profité de cette eau bienvenue.

Ils ne sont pas encore bon à récolter que les oiseaux sont déjà en train de se servir.

eau prisonnière.

Ici la pluie de la nuit est resté prisonnière de cette toile d’araignée.

chêne têtard.

Sur le chemin on peut encore trouvé quelques chênes têtards qui n’ont pas étaient taillés depuis plusieurs dizaines d’années.

Charme têtard.

Et puis, j’ai trouvé du thym qui pousse à l’état sauvage en plein centre de la France.

thym
thym sauvage.

Et puis une dernière photo, le Cynips des bédégars est un hyménoptère de la famille des Cynipidae, Il est reconnaissable à ses galles globuleuses, atteignant la taille du poing, pourvues d’appendices ramifiés, denses, d’abord vertes puis rouges et brunes, sur les rameaux des Églantiers.

Sources: ICI

bédégars de l’églantier.

Promenons nous dans les bois…

J’ai mis en pause mon projet d’affûteur de foret parce que pour le moment je n’ai pas trouvé d’écrou assez gros pour mener à bien le bricolage, mais je réfléchis à autre chose.

Actuellement je vais au bois donner un coup de main et puis c’est l’occasion de faire un peu d’exercice en plein air. Et puis j’ai eu l’envie de fabriquer un nouveau banc d’âne.

Rappelez vous, c’était en 2018

Mon chef de chantier 🙂 m’a réservé une bûche de 2 m de long et d’un diamètre de 17cm au bout le plus gros et il me l’a livrée à domicile (merci à lui).

Maintenant il me reste à façonner ce futur banc, j’imagine faire un prochain article et au pire la bûche finira sur la pile de bois de chauffage.

Vous remarquerez les trépieds de fabrication artisanal qui ne sont pas une grande réussite mais qui permettent de mettre à hauteur la bille de bois, ce qui va permettre à la bûche de sécher un peu mieux.

Mon idée c’est de raboter une face, de greffer 3 pieds dessous, ouvrir une lumière pour passer ce qui servira d’étau, et un axe traversant.

Bon je ne suis pas encore arrivé au bout, mais nous ne sommes pas encore au printemps.

Où commence « l’Art »?

IMGP0978

Cette Œuvre n’est pas à vendre, mais c’est le point de départ d’une réflexion personnelle, à partir de quel moment on peut parler « d’Art » ?

Je suis parti de cette rondelle de bois que j’ai ramassé dans le bois, ces petits billots en chêne m’attirent toujours avec J-M il nous arrive aussi d’en récupérer des plus gros qu’il fend sur place.

IMG_3283

J’avais dans l’idée de me tailler un maillet carré dans cette rondelle, la courroie du rabot ayant rendu l’âme j’avais changé de projet.

Finalement comme la pluie et le mauvais temps sont toujours au rendez-vous je me suis réfugié au sous-sol et j’ai taillé le morceau de bois. Après un petit écorçage, quelques coups de serpe ainsi que quelques coups de scie voila comment la rondelle s’est transformer en cube, les faces ont été fignolées au rabot à main .

IMGP0975IMGP0976

Voila donc une œuvre qui finira en presse-papier ou en bloc-porte à défaut de finir dans la cheminée.

Alors, il commence où, « l’Art »?

La vigne sauvage.

Vitis vinifera subsp. sylvestris ou lambrusque autochtone, est la seule espèce de Vitis présente en Europe. Elle est la plus proche parent de la vigne cultivée (Vitis vinifera subsp. sativa) qui a fait l’objet de sélections multiples par l’homme, depuis environ 7000 ans. Cette sélection est à l’origine des centaines de cépages cultivés dans le monde.

La lambrusque autochtone est une plante rare aujourd’hui menacée en France et en Europe. Elle a fortement régressé avec l’avancée de l’agriculture et l’artificialisation des forêts, le drainage et la mise en culture de zones humides (ripisylves) qui lui ont longtemps servi de refuge. Les maladies introduites des Etats-Unis au 19ème siècle (phylloxéra, mildiou, oïdium,…) sont venues encore fragiliser les populations qui subsistaient. Cette sous-espèce est inscrite, depuis 1995, sur la liste des espèces végétales protégées sur l’ensemble du territoire français.

Sources: ICI

IMG_2633IMG_2634

Cette sous-espèce n’est pas une vigne qui serait retournée à l’état sauvage suite à l’abandon d’un vignoble, mais bien une plante forestière poussant dans les lisières forestières, rampante ou grimpant sur les arbres. C’est donc probablement l’ancêtre de la vigne cultivée.

Nous avons pu voir cette plante lors d’une petite sortie botanique à quelques kilomètres de chez nous, nous avons pu voir les différentes façons d’entretenir un patrimoine forestier sur le long terme.

IMG_2627

Un chêne d’environ 170 ans qui fera peut-être un bicentenaire.

IMG_2631

Ici un essai de plantation de pin Douglas mais qui n’a pas retenu l’attention du propriétaire à cette époque.

IMG_2632

Une petite intrigue sur cette parcelle des Patureaux, c’est un puits en parti comblé mais maçonné en pierre sans doute à une époque où le terrain était en pâture.

IMG_2635

Le frêne, arbre feuillu très présent en France, est aujourd’hui menacé de disparaître de nos forêts, victime d’une maladie récemment apparue en Europe : la chalarose. Due à un champignon, cette maladie apparue dans le nord-est progresse inexorablement vers l’Ouest de la France. Le métier de forestier n’est pas toujours facile quand on prévoit sur le long terme et qu’un petit champignon vient anéantir le projet.

Le bois qui réchauffe plusieurs fois…

La bûche est le combustible bois le plus utilisé par les particuliers et sa consommation en France est estimée à 51 millions de stères pour 7 millions de foyers équipés, c’est ce qu’on peut lire en furetant sur le Web.

Je fais parti de ses particuliers qui utilise leur cheminée pour se chauffer, cette année j’ai eu l’occasion d’aller donner un coup de main à collègue retraité qui fait son bois, je trouve qu’aller dans le bois à deux c’est quand même plus sécurisant.

Alors le bois réchauffe une première fois quand il faut l’abattre, une deuxième fois quand il faut le ranger à la maison et une dernière fois quand il se consume dans la cheminée.

bucheron2

Sur le dessin vous ne verrez pas votre serviteur mais le billot que j’ai rapporté pour fendre les bûches à la maison car celui qui me sert actuellement est en fin de vie, J-M est aux commandes de la scie à chaîne (comme disent nos voisins canadiens).