Toshiba satellite u500.

Aujourd’hui petit bricolage informatique, on m’a donné ce petit ordinateur portable Toshiba qui date des années 2009, quand je l’ai eu entre les mains il avait Windows Vista qui donnait des signes de faiblesse, la carcasse a subit quelques dégâts que j’ai réparé.

J’ai tenté de faire une mise à jour vers une version de Windows mais cela n’a pas fonctionné mais j’ai quand même réussi après formatage l’installation de Windows 10.

Le souci avec cette machine c’est parait-il le bruit du ventilateur et c’est pénible, j’ai tenté plusieurs distributions mais toujours le même défaut. Apparemment, celui ci n’est pas un cas isolé, certains parlent de changer le ventilateur, personnellement j’ai tenté une autre solution.

Le démontage de l’engin, ceux qui ont tenté l’aventure savent que ce n’est pas toujours une partie de plaisir sur des petits engins comme ceux là. Il a fallu que que je m’y reprenne à trois fois pour arriver à décarcasser la bête, tout cela à cause d’une petite vis qui faisait de la résistance. Pour arriver à ce stade j’ai du jouer avec la Dremel pour retirer la récalcitrante.

Une fois la bestiole allongé sur la table de la cuisine, je me suis aventuré à nettoyer le ventilateur qui n’était pas poussiéreux, la partie thermique en cuivre qui refroidi le processeur et la pâte thermique était en poussière.

Avant de remonter l’engin, j’ai remis une petite couche de pâte et j’ai pu re-assembler la machine et c’est lorsque j’ai remis la batterie dans son compartiment que je me suis rendu compte qu’un fil n’était pas au bon endroit, j’ai donc re-démonter parce que lorsqu’on aime on ne compte pas.

Finalement, j’ai viré Windows et j’ai mis une petite Debian GNU/Linux bookworm/sid pour le fun.

La machine est plus silencieuse et fonctionne plutôt bien avec ses 2 GO de Ram, cela ne va pas la rajeunir car elle a toujours 13 ans d’age.

Debian bookworm.
inxi -F

Merci aux généreux donateurs 🙂

Publicité

Clin d’œil…

Je viens de découvrir ce merveilleux Windows 11 dont on vante tant les qualités (pub TV) et je dois dire que ce n’est toujours pas une partie de plaisir pour configurer l’engin.

Entre l’ouverture d’un compte chez Bill pour le système, un autre pour utiliser Office, un autre pour le constructeur de la machine, heureusement il n’y avait pas à créer un autre pour faire fonctionner l’imprimante HP 😉

Ce n’est pas chez moi, mais chez un voisin qui avait quelques déboires au déballage de la machine.

win-apparence

Ici pas de Windows mais une version Debian avec une barre de lancement d’applications animée Plank (dock), c’est un petit clin d’œil à un blogueur 🙂

Debian Bullseye est sortie.

Debian Bullseye

Officiellement Debian Bullseye est sortie ce 15 août 2021, il y a déjà plusieurs mois que la distribution tourne sur mon modeste PC sans que j’ai le moindre souci et c’est ce qui fait la force de Debian, sa stabilité.

Voici une petite capture d’écran de la version qui fait fonctionner ma machine.

Un environnement de bureau LXDE avec Plank faisant office de Dock et une consommation de mémoire dans les 361MiB.

L’explication…

cat-most-fat-big-enormous-best-5.jpg

Alors avec toutes les langues au chat que j’ai eu voila comment sont devenus les félins.

Voila donc l’explication, il y a quelques mois je me suis inscrit sur le site de Microsoft pour devenir un « espèce de testeur » et j’ai reçu ce magnifique Wallpaper (fond d’écran).

Capture d’écran du 2019-10-19 08-12-36

Capture d’écran du 2019-10-18 21-38-46.png

Le petit détail qui prouve que je ne suis pas sous le système privateur, c’est le petit icône en haut et à gauche, celui de LXpanel du bureau LXDE qui fonctionne sous Linux et plus particulièrement sur une version Debian.

Debian est un système d’exploitation libre, c’est l’ensemble des programmes et utilitaires de base qui permettent de faire fonctionner votre ordinateur. Au cœur d’un système d’exploitation se trouve le noyau. Le noyau est le programme le plus fondamental sur l’ordinateur, il fait toute la gestion de base des ressources et vous permet de lancer d’autres programmes.

Voilà donc le détail, un fond d’écran d’un système propriétaire sur une machine qui fonctionne avec une système d’exploitation libre, j’aurais tout aussi bien mettre celui de MacOs 🙂

Capture d’écran du 2019-10-19 20-14-34.png

Merci pour votre visite.

Gimp, c’est magique…

Capture du 2018-08-11 20-36-08

Gimp est une super application qu’il faut appréhender doucement, elle rebutera pas mal de monde mais on peut faire pas mal de choses.

Je m’en sers comme outil de dessin avec les brosses de Mypaint et ma petite tablette Wacom, pour les photographies ce n’est pas l’outil que j’utilise le plus mais j’ai découvert la semaine dernière l’outil de transformation « gauchir » qui permet de faire des petites retouches du style « Photoshop ».

Je vous montre un exemple ici sur un dessin.

Gimp-version-photoshop

Les deux bonhommes sont identiques à l’origine, et l’outil « gauchir » a fait son office sur celui de droite.

C’est bien entendu efficace sur les photographies 🙂 aussi.

Petite astuce sous Debian.

Pendant quelques années j’utilisais les actions personnalisées avec Thunar, malheureusement depuis la dernière mise à jour, j’ai une erreur de segmentation et Thunar ne veut plus se lancer.
J’utilise donc un autre gestionnaire de fichiers, mais je ne trouve pas les actions qui me facilitaient la vie.
Ces petites actions utilisent ImageMagick et le traitement par lot c’est quand même un plus.

Alors il y toujours la solution de lancer l’action avec une ligne de commande et taper la commande à la main sans se tromper, pour chaque action ou bien écrire un petit script.sh placé dans le répertoire « bin » et qu’on peut lancer de n’importe quel répertoire.

L'iled'ars46

Voila mon petit « Copyright.sh » avec les permissions qui vont bien.

#creer un dossier dans le repertoire courant
mkdir Copyright
#ecrit un copyright et deplace les fichiers dans le dossier Copyright
mogrify -family cantarel -pointsize 75 -draw « gravity SouthEast fill white text 0,12 ‘© ANATOLE M – 2018 ‘fill black text 0,09 ‘© ANATOLE M – 2018 ‘  » -path Copyright *.JPG
#ce deplace dans dossier Copyright du repertoire
cd Copyright
#reduit la taille des images en 800×600
mogrify -resize 800×600 *.JPG

Ce script réunit les trois actions que je faisais auparavant séparément:

Il crée un dossier (pour ne pas perdre les originaux).

Place un copyright en bas à droite, et déplace les fichiers dans le dossier « Copyright ».

Change de dossier pour aller dans le dossier fraîchement créé, et réduit les images en 800×600.

Il suffit de lancer ce script dans un terminal.

anatolem@debian-2:~/Images/2018/07/03$ Copyright.sh

Muffins aux pralines

2 oeufs
260g de farine
110g de sucre
110g de poudre de noisettes
1 sachet de levure
15cl de lait
1 grosse pincée de sel

Et des pralines, on peut mettre des pommes, des cranberries, des cerises, des raisins,…

Préchauffer le four à 150° (th5)

Dans un bol mélanger la farine, le sucre, la levure et le sel.

Pétrir jusqu’à obtenir une pâte granuleuse.

Dans un bol mélanger les œufs et le lait et verser sur la pâte, incorporer la poudre de noisette, puis pétrir vigoureusement.

Incorporer vos pralines ou autres.

Remplir au 3/4 vos moules à muffins, graissés.

Cuire un peu plus de 25 minutes dans votre four à 150°. Laisser refroidir et démouler lorsqu’ils sont encore tièdes.

 

Étiquettes avec Glabels.

Vous le savez peut-être je suis un utilisateur de solution libre, j’ai donc un ordinateur qui fonctionne sous Debian et j’utilise des logiciels libre.

Contrairement à ce qu’une partie de la population pense ce n’est pas si compliqué.

Alors j’ai donc une petite application qui s’appelle « Glabels » et qui ne fait pas trente six choses mais qui fait ce qu’on lui demande, en l’occurrence je voulais un certain nombres d’étiquettes pour mes pots de confitures.

L’application gLabels est un utilitaire léger pour créer des étiquettes et des cartes de visite dans l’environnement de bureau sous Linux. Il est conçu pour fonctionner avec des feuilles d’étiquettes auto-collantes pour imprimantes laser ou jet d’encre ou avec des feuilles de cartes, feuilles que vous trouverez dans la plupart des magasins spécialisés en fournitures de bureau.

gLabels peut être utilisé pour concevoir des étiquettes de publipostage, des badges nominatifs, des étiquettes de prix, des étiquettes de CD/DVD ou encore plus simplement tout ce qui est disposé avec un tramage régulier sur une feuille de papier. Les étiquettes (ou les cartes) peuvent comporter du texte, des images, des lignes, des formes et des codes-barres.

Capture d_écran_2017-07-17_17-12-42Capture d_écran_2017-07-17_17-13-08Capture d_écran_2017-07-17_17-13-33Capture d_écran_2017-07-17_17-14-19

Vous remarquerez la simplicité de l’étiquette, pas besoin de fioritures, ce n’est pas pour mettre sur la table du Roi de France.

Sur la dernière capture d’écran vous pouvez voir que les 24 étiquettes sont affichées, à vous de n’imprimer que ce que vous avez besoin.

IMG_8123

Voici la dernière création.

Avec cette petite application je fais aussi mes cartes de visites personnalisées.