Dolmen de la loge au loup.

Le dolmen de la Loge au loup  est un mégalithe situé sur la commune de Trédion (Morbihan), au lieu-dit Coëtby, dans une zone très riche en sites mégalithiques. Malgré sa dénomination usuelle, il s’agit plus d’une allée couverte qu’un dolmen classique. Il aurait été érigé il y a plus de 4 500 ans.

Le dolmen de la Loge au loup a ceci de particulier que son allée arc-boutée est composée de deux rangées de pierres de support inclinées vers l’intérieur. Cette particularité a donné lieu à plusieurs interprétations, mais il semble qu’il s’agisse d’une technique architecturale délibérée, plus récente que celle des dolmens à couloir.

Le dolmen mesure 9 mètres de longueur, pour 1,5 mètre de largeur. Il comprend une grande dalle de couverture et une importante dalle de chevet fermant la chambre. Son entrée est orientée vers l’est-sud-est.

Sources: Wikipédia.

dolmendelarocheauloup4dolmendelarocheauloup3dolmendelarocheauloup2

Comme vous pouvez le remarquer les chênes qui poussent sont en train de modifier la structure de l’édifice.

Sur la commune de Trédion, vous avez aussi un beau château, dont un appartement était à vendre lors de notre petite escapade.

tredion5

Château de Trédion, environ 1350.

tredion7

Bourg de Trédion.

tredion2.JPG

L’église Saint-Martin du XIXe siècle.

 

 

Publicités

Une dernière petite promenade…

Entre le Golfe du Morbihan et la Baie de Quiberon, Locmariaquer porte toujours son regard sur l’océan et respire la Bretagne traditionnelle.
Authentique village breton, Locmariaquer dévoile, en marge de ses plages de sable, un patrimoine attachant avec son village de vieilles maisons, son port pittoresque, son marché estival au bord du Golfe du Morbihan, son labyrinthe de ruelles, ses mégalithes, son église paroissiale et ses chapelles.

locmariaquer9locmariaquer10locmariaquer17locmariaquer25

Vers 3 000 – 2 500 ans avant J.-C.
Construite face à l’océan,

locmariaquer31

cette sépulture appartient à la catégorie des allées couvertes. Longue de 24m, elle présente un coude à 120 °, une cellule terminale et un cabinet latéral.


Fouillée à de nombreuses reprises dès 1813, elle n’a apparemment pas livré de mobilier exceptionnel, mais tous les chercheurs se sont intéressés aux nombreuses gravures qu’elle contient. A l’origine, 13 supports étaient signalés comme gravés, aujourd’hui seuls 5 restent lisibles.
Ces gravures sont inscrites dans une sorte de cadre rectangulaire ou ovalaire, mais l’intérieur de la représentation varie à chaque fois. Si la forme générale rappelle certaines « idoles en écusson », il reste difficile d’identifier avec certitude ces représentations.

locmariaquer39
On sait qu’à l’origine, le monument était englobé dans un tertre très compact, mais celui-ci fut détruit par un fouilleur en 1814. Une première restauration eut lieu en 1893, la dernière dans les années 70 (de cette époque datent des dalles de couverture « striées »).
Le bloc redressé à l’entrée était en fait probablement une des dalles de couverture. Il est orné de cupules. L’allée couverte est un dolmen démesurément long composé d’une chambre unique. Son plan correspond à celui d’un long couloir.
L’allée couverte est extrêmement longue, alors que sa largeur et sa hauteur de voûte sont faibles. Selon Jean L’Helgouach, l’allée couverte est généralement divisée en deux parties d’inégales longueur par une dalle transversale séparant la chambre (cella) de l’anti-chambre (antecella).
L’antichambre ne peut être plus haute que la chambre. L’entrée est toujours située dans l’axe du monument.
Comme tout dolmen, les parois latérales sont délimitées par des orthostates (pierres dressées, plantées à la verticale ou sur chant).

Sources: ici et .

Locmariaquer est un joli petit village qui mériterait bien une visite un peu plus longue, mais en trois jours il faut se faire une raison. Ce sera pour une prochaine fois.