Meuble de terrasse…

L’autre jour je suis allé à la déchetterie et je suis revenu aussi chargé qu’en partant, j’étais parti pour me débarrasser des tailles de la haie, essentiellement du cotonéaster mais il y avait aussi un peu d’aubépine.

J’en avais un plein coffre mais c’est vrai que je n’ai pas un gros 4×4 comme certains politiciens.

Après avoir vidé mon gros sac dans le bac à végétaux, je remarque un gros tas de palettes, j’ai demandé au responsable du site si je pouvais en prendre quelques une et la réponse a été « autant que vous voulez », mais je lui ai fait remarquer que j’avais une petite voiture et c’est donc trois palettes qui sont arrivées à la maison.

Mon idée, c’est de faire un meuble de jardin pour poser la plancha dessus, j’ai une grande plaque de marbre que j’avais récupéré sur un meuble qui partait aux déchets et c’est donc l’occasion de la recycler.

J’ai passé une heure et demi à démonter une partie des palettes, la plus grande fait 1mètre de long et ma plaque de marbre 1m04, c’est pour cette raison qu’elle dépasse de chaque coté.

plaque de marbre qui écrase les doigts.

Ici c’est le plateau qui supportera la plancha ou la friteuse.

en situation.

J’ai ajouté deux planches de renfort sur le devant et j’ai trouvé une housse pour couvrir tout cela.

housse.

Si j’ai l’occasion de récupérer encore quelques palettes je rajouterais peut-être une étagère sous le plateau.

Jeu en bois…

En faisant un peu de tri dans des vieilles revues j’ai retrouvé un article sur les jeux du Nord, et c’est « La Chole » qui a retenue mon attention, c’est une variant de la crosse, le jeu de golf qui se pratique en plaine.

Dans mon stock de bois j’avais un rondin de frêne qui pourrait convenir pour faire un maillet, un perche de noisetier fera office de manche et je ferais une boule en bois avec les moyens du bord.

Voila donc en image ma création, me reste à trouver une règle de jeu pour animer un après midi.

le maillet et sa boule.

boule amusante.

jeu bois.

La boule a la particularité de n’être pas tout à fait ronde, ce qui donne du piment au jeu, me reste à tester sur le terrain avec de vrais joueurs.

Le fumoir d’Anatole, suite 3…

Je poursuis toujours la construction de mon fumoir artisanal, pour le moment c’est le bruleur qui prend un peu de temps, comme vous l’avez vu dernièrement j’ai fabriqué une porte et j’avais fait une seule lumière pour l’alimentation en air pour la combustion du bois ou de la sciure, j’en ai ajouté une deuxième qui reste ouverte en permanence (à voir lors des prochains essais).

J’ai remarqué que mon bruleur manquait de stabilité alors je lui ai greffé deux pattes supplémentaires, cela augmente un peu la hauteur de la sortie de cheminée et surtout il risque moins de faire la culbute durant la chauffe.

Je ne vous avais pas mis la photo du raccord de tuyau que j’ai bricolé avec une boite de conserve et deux rivets pops.

J’ai fabriqué une grille de sole ou grille foyère qui permet une meilleur combustion grâce l’appel d’air, puis une élimination rapide des cendres par les percées que j’ai fait.

Pour le raccord du tuyau flexible et le tonneau, j’ai procédé à une petite consolidation puisque j’ai taillé les planches du fond, le flexible est bloqué à l’intérieur par une tige traversante.

Voila où j’en suis à la fin du mois de mars, je vais penser à mettre à l’abri quelques morceaux de poirier pour les prochaines fumaisons durant l’automne, mais en attendant il faudra que je fasse quelques tests. J’ai fait un premier essai qui m’a permis de faire de la fumée pendant presque 4 heures avec juste quelques morceaux de châtaignier et c’était avant les améliorations dont je viens de parler.

Bijoux en buis…

Quand je ne bricole pas des instruments de musique, il m’arrive aussi de sculpter des petites choses en bois.

Vous le savez je ne suis pas le gars qui dépense des centaines d’euros dans un cadeau e-tech, je préfère largement un petit truc fait main car je suis un manuel.

Pour ce petit cadeau, j’ai recyclé une grosse boite d’allumettes que j’ai décorée avec un petit morceau de papier, deux petits cotons à démaquiller.

L’autre jour j’ai construit une nouvelle table à glisser et pour faire les palets je les ai taillé dans du buis, une fois poli c’est un beau matériau, alors l’idée c’était d’en faire des petits bijoux, soit pour un collier ou un porte-clé.

Une fois sculpté on peut en faire ce qu’on veut ou au moins essayer, un petit fil de fer tressé sert de boucle d’accrochage, un petit trou dans la pièce en bois, un peu de colle et voila un petit objet décoratif. On peut même occuper les mômes durant un après midi cela change du collier de nouilles 🙂

Les projets fous d’anatole 2022…

Ce serait mal connaitre Anatole si 2022 ne ferait pas germer quelques idées folles dans sa petite tête. Un copain bucheron qui m’entraine au bois m’avait mis de coté ce moule à gâteau, en me le confiant dans les mains il ajoute: « tu vas bien trouver à en faire quelque chose ? ».

Alors je dois dire que mon esprit fertile a été mis à rude épreuve pour ce projet qui est loin d’avoir atteint son but ce jour.

moule à gâteau

J’ai donc pour idée de transformer cet ustensile en tôle en un instrument de musique, j’ai donc commencé par dessiner des motifs au fond et je vais marteler au pointeau pour donner du relief sur l’autre face.

dessin à marteler

Mon idée c’est d’arriver à fabriquer un banjo en mélangeant la technique de construction de la guitare-box et le moule à gâteau.

Vous l’aurez compris c’est un projet un peu fou mais ne faut-il pas un peu de folie pour vivre ?

Le bomboleo

Objectif :
Ne pas faire chuter l’ensemble des pièces posées sur le plateau, tel est l’enjeu
d’une partie. Pour cela vous devrez user de votre habileté en posant
délicatement les éléments en bois.
Ordre du jeu :
Chaque joueur lance le dé, celui qui aura fait le plus grand chiffre
commencera la partie.
Celui-ci commence par lancer le dé, puis il prend une pièce de son choix et la
place dans la zone indiquée par le dé.
Le joueur suivant lance le dé à son tour, choisit une pièce et la place dans la
zone indiquée par le dé et ainsi de suite.
S’il n’y a plus de place dans une zone ou un joueur doit placer une pièce, celui-
ci ne peut déplacer une pièce déjà posée et doit empiler les pièces dans cette
zone.
Le joueur qui en posant sa pièce, fait basculer le plateau, et tomber une ou
plusieurs pièces est éliminé.
La partie peut continuer entre les joueurs après stabilisation du plateau, s’il
reste des pièces sur celui-ci.
Bonne Chance !

Il y avait deux petites cales en sapin lors de la livraison du lave-linge et bien entendu je les ai mises de coté et soudain m’est venu cette idée d’essayer de construire un jeu d’équilibre en bois.

La potence est vissée collée, les restes du tasseau servent à fabriquer les petites pièces en bois qu’il faut poser, mon premier plateau c’est révélé être trop fin et j’avais des problèmes d’équilibre, le souci a été résolu en choisissant une planche un peu plus épaisse.

Je n’avais pas assez de plots alors j’en ai taillé quelques morceaux supplémentaire dans du hêtre.

Toutes les pièces du jeu sont le produit du recyclage, j’ai piqué des perles à ma fille et tout le reste est issu du sous-sol.

Et pour finir un petit sac en coton fait main pour glisser les pièces en bois et le dé.

Suite de la table à glisser…

Voila la suite de l’aventure avec la table à glisser, pour compter les points et éviter de réfléchir trop longtemps voila ma technique pour trois francs et six sous.

Deux petits morceaux de fil de fer avec quelques boutons de couleurs différentes et l’affaire est rondement menée, pas besoin de sortir de Saint Cyr ou avoir fait Polytechnique, il y avait une vieille publicité qui disait:

« En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées ».

Voila donc en images la fabrication de mon boulier.

Je me suis contenté de cinq boutons, et vous pouvez remarquer le recyclage d’un sac en toile qui me permet de ranger le matériel après le tournoi.

Prochain projet un vieux fer de hache qui a perdu un œil, ce sera un peu plus bruyant je pense.

Couteau croche…

Les couteaux de sculpture sont utilisés pour le travail du bois. De la taille d’une cuillère en bois avec un couteau croche au travail décoratif. La sculpture du bois est une activité très populaire, tout particulièrement en Scandinavie. Cette activité manuelle revient en force en Europe avec l’invasion du bushcraft.

Source: https://www.knivesandtools.fr/

Vous le savez maintenant mais je suis toujours curieux de fabriquer un outil avec les produits du recyclage, ici un petit morceau de ferraille de mes anciens volets.

Faudrait un jour que je compte tous les trucs que j’ai pu faire avec ces morceaux de récupération.

Avant et après

C’est un montage un peu spécial et différent.

Montage incrusté.

Le morceau de la lame est incrusté et l’extrémité rentre dans le bois.

Ce n’est pas encore comparable à un outil acheté dans le commerce mais j’ai bon espoir d’en venir à bout. Cet outil que j’ai fabriqué devrait m’aider à creuser de futures cuillères en bois et peut-être même un bol.

Le manche est taillé dans un morceau de chêne que j’avais en stock.

Presque fin du projet.

Voila, il n’aura fallu que quelques heures de bricolage pour faire émerger ce projet d’une boite de gâteaux en fer.

Tous n’est pas parfait mais comme dit le proverbe « c’est en forgeant qu’on devient forgeron » pour ce dernier on parle d’environ 9 ans de pratique.

Pour tester l’engin alors que je n’ai toujours pas de cordes, j’ai utilisé un fil d’acier de 0,6 mm histoire de voir si mon piezo fait son travail, mon sillet demande a être retravaillé car il a du mal à guider les cordes vers les mécaniques.
Une des mécaniques a perdu son capot et impossible à remettre, je l’aurais bien changer mais c’était mon dernier exemplaire compatible avec ce coté.

Voila donc quelques photographies de l’engin.

Le sillet est découpé dans un morceau de PVC récupéré dans une usine qui fabriquait des meubles en plastique.

Le chevalet est un morceau de tube en acier coupé en son milieu.