Fruits d’automne…

Vous le savez depuis quelques jours c’est l’automne et la nature en plus de se métamorphoser nous offre aussi des fruits.

Cette année j’ai fait pour la première fois de la crème de châtaignes et deux pots de confitures avec les fruits du jardin.

Confitures de châtaignes.

Et puis vous le savez maintenant j’aime faire des expériences, j’avais quelques coings et j’ai préparé quelques bocaux de gelée infusés aux feuilles de tilleul, ce n’est pas flagrant au goût.

Quand on fait de la gelée de fruits il reste toujours la pulpe alors j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis attelé à la confection de la pâte de fruits, environ 800 grammes une fois terminé, mais je ne sais pas s’il en restera pour Noël.

Voila une petite partie pour la photo.

Pâte de coings

Je ne les roule pas dans le sucre car c’est déjà bien assez sucré.

Publicité

Mais qu’est-ce qu’il a encore trouvé…

La semaine passée nous étions invité à manger chez Indy et nous avons profité de faire du rangement dans l’atelier pour faire un peu de nettoyage par le vide.

Je suis revenu avec quelques bricoles qui allaient finir dans le bac de la déchetterie dont cette chose qui est sans doute de fabrication artisanale.

Je vous laisse un peu chercher.

La chose.

La chose vue de l’autre coté.

J’imagine que vous avez compris à quoi peut servir cet engin mais je vais vous mettre sur la piste en vous mettant la photo de trois outils qui accompagnent souvent cette chose.

Les pinces de forge.

Maintenant il me reste à améliorer l’engin, recentrer le moteur dont les pales frottent, j’ai déjà dégrippé le moteur qui ne voulait pas tourner, adapter la sortie pour ma petite forge.

Rappelez-vous c’était en 2017, j’utilisais un décapeur thermique.

Depuis je ne m’en suis pas servi car j’étais toujours à la recherche d’un ventilateur de forge, je vais peut-être pouvoir m’y remettre si j’arrive à finir ce projet de restauration.

Je pense que ce sera l’occasion de vous faire un autre billet.

Les ravioles d’Anatole…

Quand je ne suis pas en train de bricoler dans le sous-sol, je fais aussi la cuisine, il y a quelques années je m’étais procuré une lamineuse à pâtes, ce n’est pas un outil dont je me sers souvent mais une fois par an au moins.

La pâte à raviole c’est facile à faire, 100 gr de farine, un œuf, un peu de sel et un peu d’huile d’olive, on pétrit tout cela jusqu’à une pâte assez souple.

Après c’est donc le moment de faire travailler le laminoir, personnellement je vais jusqu’à 5 sur ma machine, ce qui donne une épaisseur assez correcte.

Ensuite découpe à l’emporte pièce pour avoir de belles rondelles.

la dernière rondelle.

Maintenant c’est le moment de transformer cette galette en raviole, je passe un doigt mouillé sur le contour je mets une noisette de farce, pour cette fois c’est fromage « la vache qui rit » avec du basilic et des pignons de pins et je replie pour finir la raviole, un petit coup de dent de fourchette pour seller et l’affaire est emballée.

ravioles

Avec cette méthode on se retrouve avec des espèces de petits croissants qu’on fait cuire dans une grand volume d’eau avant de déguster.

La Carotte sauvage…

La carotte était déjà, au temps des Gaulois, notre légume national, puisque Pline l’appelait pastinaca gallica, c’est à dire « nourriture de Gaulois ». Mais il faudra vraiment attendre le Moyen Âge pour que la carotte soit sur toutes les tables.

Les graines de carotte ont les même vertus propriétés apéritives, digestives, carminatives et galactogènes que celles des autres ombellifères (anis, fenouil).

Actuellement c’est la fin de saison pour les carottes sauvages, mais on trouve encore les petits paniers renfermant les graines.

carotte sauvage

graines de carotte sauvage.

Vous le savez je teste souvent des recettes de cuisine avec des plantes sauvages, je n’ai donc pas manqué de faire des panna-cota à la carotte sauvage.

Dégustation à venir.

panna-cota.

Je ne vais pas vous mentir, ce n’est pas un dessert à tomber parterre, le goût de la carotte c’est un peu perdu, c’est vraiment léger mais cela a le mérite d’avoir été testé.

Et puis j’ ai récupéré des graines qui sont en train de sécher pour servir comme aromatiques.

Sources: Petit Larousse des plantes Médicinales.

Vendanges…

Comme un peu partout dans le pays les vendanges sont précoces cette année, fraichement ramassé ce matin aussitôt (ou pratiquement) foulé au moulin à légumes dans l’après midi.

Ce ne sera pas la récolte du siècle mais l’occasion de nous rappeler notre première vendange à la maison avec les enfants qui avaient foulé le raisin dans une grosse bassine avec leurs pieds.

L’autre jour j’avais fait quelques pots de gelée de pommes mais cette fois j’en ai pas alors j’ai transformé la récolte en jus, mais pas de quoi en stériliser comme vous pouvez le remarquer.

jus après foulage dans le moulin à légumes.

après une petite filtration.

Alors vous donner la dominante principale de ce jus ?

C’est surtout celui du raisin sans pesticide, un peu acidulé avec des notes de fruits rouges.

Housse de plancha, en attendant…

La pluie est annoncée chez nous mais elle se fait rare pour le moment, j’ai une plancha mais jusqu’à ce jour c’était un grand sac poubelle qui faisait office de housse.

Mais dans mon sous-sol, qui est une vrai caverne d’Ali Baba mais qui ne contient pas d’objets de valeurs, je me suis rappelé qu’une vieille tente Canadienne était toujours en attente pour le chemin de la déchetterie.

Vous l’aurez compris si je peux en tirer quelque chose c’est bien pour la planète.

Voila comment j’ai procédé en suivant ce petit croquis fait à l’arrache.

housse, le croquis.

J’ai une surface de 60 sur 45 à couvrir et environ 25 centimètres de hauteur.

Voila la housse une fois passée à la machine à coudre.

housse.

housse.

Voila encore un petit bricolage qui durera le temps de trouver une housse.

Le concours de l’été…

Il y a bien longtemps que je n’ai pas proposé un petit concours, vous le savez ma passion du bricolage et mes idées débordantes occupent mon temps libre.

J’ai été confronté à un petit souci et j’ai donc fabriqué cet engin tout simple qui m’a permis de solutionner le problème (je ne vous dis pas lequel, sinon c’est trop facile).

C’est un petit tournevis en fin de vie qui a retrouvé une nouvelle fonction après un petit façonnage.

Qui saura me donner le nom et la fonction de l’engin ?

outil fait maison.

tournevis recyclé.

Comme d’habitude pas d’argent, pas de cadeau ni bon d’achat mais juste la joie de participer au concours d’Anatole pour l’heureux (e) gagnant (e).

La réponse en fin de semaine pour les plus curieux.

Grosses chaleurs et petit bricolage…

Depuis quelques jours j’ai une plancha au gaz et pour faire fonctionner l’engin faut le brancher à une bouteille, la clé multiprises est une solution et il y a des petites clés en plastique ou en métal qui font bien le boulot.

J’ai retrouvé cette vieille clé plate et l’idée c’est de la transformer.

clé plate.

Quelques coups de limes et scie pour lui donner cette forme.

clé à gaz.

La clé en action qui fonctionne plutôt bien.

serrage.

desserrage.

Ce n’est pas révolutionnaire mais cela dépanne.

Alors c’est quoi ?

Mais qu’est-ce donc ?

On ne peut pas dire que cet engin vous aura inspiré et pourtant c’est un petit outil qui peut vous rendre service dans la cuisine.

Pour les personnes qui mangent du poisson, vous savez qu’il peut être ennuyeux de devoir enlever les écailles en le mangeant. Vous apprécierez davantage le poisson si toutes les écailles sont correctement enlevées, et vous aurez besoin d’un outil pour vous aider. Vous pouvez utiliser un couteau, mais cela prendra un certain temps et votre sécurité n’est pas garantie. Les écailleuses à poisson sont des outils qui vous permettent d’enlever plus facilement les écailles du poisson avant la cuisson. Ils sont conçus pour que l’écaillage du poisson ne fasse pas de dégâts et vous évite de passer la moitié du temps sur vos mains. Vous économiserez également sur l’effort que vous aurez à fournir pour écailler le poisson et aussi sur votre budget car vous l’aurez compris il est le fruit du recyclage.

C’est donc un écailleur à poisson de fabrication artisanale, qui pourra à l’occasion servir à gratter le dos comme j’ai pu le lire.