Le fumoir d’Anatole, suite 4…

Comme vous avez pu le remarquer j’ai eu un petit problème de chauffe, le zinc qui normalement fusionne aux environs de 419°C c’est liquéfié bien avant.

J’ai donc fait un nouveau système qui ressemble plus à des chenets qu’à une grille de sole mais qui ne devrait pas fondre, faudra quand même vérifier mais j’ai bon espoir.

grille de sole.

J’ai ajouté trois morceaux supplémentaires, un dans le milieu et deux sur le coté qui sont un peu relevés.

nouvelle sole.
installé dans le brûleur.

Ensuite j’ai installé deux baguettes dans le tonneau pour supporter la grille qui supportera les pièces à fumer.

grille et baguettes.

C’est une vieille grille de barbecue que j’ai coupé en deux pour faire les essais.

Voila en image dans sa configuration de travail, le tonneau sera posé sur deux parpaings et ce ne sera pas devant la porte de garage 🙂

fumoir d’Anatole.

Ce sera peut-être les derniers aménagements du fumoir, je ferais sans doute encore quelques chauffes pour vérifier le bon fonctionnement et il me faudra trouver un thermomètre avant les premiers fumages cet automne.

Publicité

Le fumoir d’Anatole, suite 3…

Je poursuis toujours la construction de mon fumoir artisanal, pour le moment c’est le bruleur qui prend un peu de temps, comme vous l’avez vu dernièrement j’ai fabriqué une porte et j’avais fait une seule lumière pour l’alimentation en air pour la combustion du bois ou de la sciure, j’en ai ajouté une deuxième qui reste ouverte en permanence (à voir lors des prochains essais).

J’ai remarqué que mon bruleur manquait de stabilité alors je lui ai greffé deux pattes supplémentaires, cela augmente un peu la hauteur de la sortie de cheminée et surtout il risque moins de faire la culbute durant la chauffe.

Je ne vous avais pas mis la photo du raccord de tuyau que j’ai bricolé avec une boite de conserve et deux rivets pops.

J’ai fabriqué une grille de sole ou grille foyère qui permet une meilleur combustion grâce l’appel d’air, puis une élimination rapide des cendres par les percées que j’ai fait.

Pour le raccord du tuyau flexible et le tonneau, j’ai procédé à une petite consolidation puisque j’ai taillé les planches du fond, le flexible est bloqué à l’intérieur par une tige traversante.

Voila où j’en suis à la fin du mois de mars, je vais penser à mettre à l’abri quelques morceaux de poirier pour les prochaines fumaisons durant l’automne, mais en attendant il faudra que je fasse quelques tests. J’ai fait un premier essai qui m’a permis de faire de la fumée pendant presque 4 heures avec juste quelques morceaux de châtaignier et c’était avant les améliorations dont je viens de parler.

Le fumoir d’Anatole, suite 2…

Voici la suite du projet de fumoir d’Anatole, j’ai préparé la porte qui permet de venir déposer la sciure dans la chambre de combustion, je pensais que ce serait une partie de rigolade mais cela m’a donné du fil à retordre. Il m’a fallu ajouter des élargisseurs pour compenser la perte de matière lorsque j’ai découpé à la disqueuse, morceaux que j’ai du mettre en forme avant la soudure, ensuite je me suis attaqué à la charnière, ici aussi j’ai du adapter pour épouser la courbe de l’extincteur. Pour finir j’ai fabriqué un loquet qui vient fermer la porte de l’intérieur, un quart de tour de la clé pour bloquer la porte.

Ensuite j’ai pratiqué une ouverture dans le fond de l’extincteur pour alimenter en air la chambre de combustion, une petite plaque mobile pour ouvrir plus ou moins de fabrication artisanale.

Pour la fumée j’ai adapter une boite de conserve qui va servir de raccord pour la gaine en aluminium, un tuyau extensible de 1,50 m et qui est bloqué sur l’extincteur avec le gros écrou.

Pour boucher le trou dans le tonneau je n’ai pas trouvé pour le moment d’autre moyen qu’un morceau de jean, c’est deux jambes de pantalon que j’ai cousu ensemble, rappelez vous que la température ne doit pas dépasser les 28°C pour le moyen de fumaison que j’ai choisi.

Suite du projet de fumoir…

Dernièrement j’ai ressorti un vieux tonneau pour le transformer en chambre de fumage, pour faire avancer mon projet il faut que je confectionne un petit bruleur pour faire de la fumée, tout en respectant la température à ne pas dépasser.

En fouillant dans mon fourbi j’ai retrouvé ce vieil extincteur (1996) mais qui n’a jamais été contrôlé depuis, j’ai donc pour la première fois de ma vie testé l’engin, il n’y avait plus beaucoup de pression.

Une fois vidé du liquide j’ai donc procédé au démontage de l’appareil, j’ai gardé le gros écrou qui pourra peut-être me servir pour le tuyau qui transportera la fumée.

extincteur.

J’ai découpé à la disqueuse une partie qui me servira de porte d’alimentation en sciure, une petite charnière complétera cette ouverture.

On ne le voit pas sur la photo mais j’ai gardé la patte d’accrochage qui stabilise le futur foyer et lui donne une petite pente qui permettra l’évacuation des fumées (vers le bouchon noir).

Avant de procéder aux différentes soudures, il faudra que je retire la couche de plastique protectrice qui se trouve à l’intérieur.

Vous l’aurez compris ce petit projet avance doucement, ce matin je voulais acheter un thermomètre pour installer sur mon tonneau mais il n’y en avait pas dans le magasin de bricolage.

Un petit dessin pour comprendre mon projet.

fumoir d’Anatole.