Manche de hache.

Mon fiston m’avait confiè cette hache dont vous avez pu voir que l’état n’était pas formidable, avant elle servait de cale sous un meuble et la mission c’était de lui redonner la vie, sans aucun doute pas comme aux premiers jours car vous le savez lorsqu’on greffe de nouveaux morceaux on y ajoute un peu plus de fragilité.

Après avoir remis un œil nouveau, je me suis attelé à la confection d’un nouveau manche, ici c’est un morceau de noisetier, ce qui n’est pas le plus commun pour faire un manche d’outil, mais comme les anciens je fais avec ce que j’ai sous la main.

Vous pouvez remarquer que je lui ai redonné un peu de coupant car faut dire que lorsque j’ai testé son utilisation elle avait tendance à rebondir.

Maintenant elle coupe plutôt facilement une feuille de papier.

Elle va retrouver une utilité pour fendre du petit bois pour l’allumage de la cheminée ou du barbecue et reprendre vie en pensant aux gens qui s’en sont servis au siècle dernier.

Entre temps je viens de tailler dans un reste de cuir une petite housse de protection pour la hache et surtout pour celui qui la transporte.

Un rectangle de cuir plié, deux rivets pop, un trou pour passer un lacet en cuir taillé dans une chute et l’affaire est rondement menée.

La hache de béber…

Vous le savez je suis toujours partant pour un défi et mon fiston m’a apporté cette hache qui a bien souffert.

Comme vous pouvez le voir sur les photographies, elle a bien souffert mais cela ne l’empêchait pas de servir de cale pour un meuble m’a t-il dit.

Ma mission consiste à lui greffer un nouvel œil pour commencer et lui tailler un nouveau manche.

Ce jour j’ai donc procédé à la première étape, faire l’ophtalmologiste de la hache, retirer les parties qui gênent et souder un nouveau morceau de métal.

Pour cela j’ai utilisé un morceau de ferrure de mon ancien portail en bois, j’ai cintré et découpé la ferraille pour qu’elle s’adapte le plus possible de la forme initiale sachant que j’en avais seulement la moitié.

Voila donc en image ce que donne la nouvelle version que j’ai dû un peu raboter pour l’esthétique.

La suite de la restauration consistera à lui fabriquer un manche.

Banc d’âne, la suite…

J’en avais parlé dans un précédent billet lorsque j’avais fabriqué mon banc d’âne j’avais utilisé une planche de bois exotique parce que j’avais cela sous la main, mais mon idée était quand même de fabriquer tous les éléments avec des produits du bûcheronnage. J’avais donc lors d’une sortie au bois rapporté une bille de chêne que mon maître de stage 🙂 avait fendue le mieux possible.

Me restait donc à utiliser une technique rustique pour en sortir une planche ou au moins quelque chose y ressemblant le plus possible, c’est donc à l’aide de deux merlins que j’ai pu arriver à mes fins.

Voila ce qui reste de la bûche une fois que j’ai pris ma planche.

J’ai pris celle du milieu qui me paraissait la plus adaptée qui n’est pas sur la photo mais que vous pouvez découvrir ci-dessous.
La planche en question.

J’ai du la tailler à la bonne dimension et le plus délicat a été de faire le trou qui permet au levier de traverser, trois trous au foret à bois de diamètre 32mm et finition au ciseau avant un petit coup de râpe à bois.

C’était l’occasion de remettre un manche à ma petite hache, j’en suis pas vraiment content, mon premier morceau de bois qui aurait pu convenir c’est révélé un peu trop fin pour la partie qui rentre dans l’œil, j’ai donc fait une deuxième tentative mais c’est du chêne et un peu trop lourd pour ce petit engin.

Pour le moment cela va rester comme cela elle fonctionne bien pour fendre du petit bois mais elle coupe pas terrible, faudra que je m’en occupe un jour.

Les soldes…

Si vous n’êtes pas au courant la période des soldes vient de commencer, et il fait un temps à ne pas sortir un chien dehors alors encore moins ce pauvre Anatole 🙂

Je suis donc allé faire un tour chez le brocanteur du coin et je suis revenu avec deux bricoles, un bédane et un petit fer de hache.

Les deux sont signés, sur le bédane on peut voir un cygne et le nom de « Goldenberg« , le slogan de l’époque c’était « Goldenberg, l’outil qui dure« .

Sur le fer de hache je n’ai pas réussi à déchiffrer peut-être plus tard lorsque j’aurais nettoyé.

Voila donc les prochains projets de bricolages qui m’attendent.

Et puis j’ai rapporté un morceau de chêne pour tailler une nouvelle planche pour mon banc d’âne qui sera entièrement construit avec du bois régional. Pour découper cette planche je dois m’installer dehors alors pour le moment le projet est en pause.

3 avril, on change de corps de métier,…

Hier en déplaçant ma superbe hache, je me suis blessé légèrement avec le tranchant de l’engin, alors je me suis dit qu’il fallait remédier à cela.

Avant de passer à quelque chose de plus joli j’ai découpé un tuyau d’alimentation en eau, je l’ai fendu dans sa longueur et voila une solution rapide pour protéger la lame.

IMG_3359

Pour la deuxième solution j’ai choisi de travailler le cuir, j’avais déjà fait il y a quelques mois une housse pour protéger le couteau que j’avais fabriqué.

Comme d’habitude, c’est avec les moyens du bord que j’ai procédé, pour percer le cuir j’ai utilisé un petit foret, un cutter fait maison, une vieille paire de ciseaux, du fil à rôtie que j’ai graissé et deux aiguilles à canevas.

Après avoir fait un patron en carton j’ai dessiné sur ma pièce de cuir et découpé en gardant environ 1cm de marge pour la couture.

Pour fermer la housse, j’ai choisi ce système de fixation.

IMG_3362

Comme je l’ai déjà dit la dernière fois le métier de maroquinier sans le matériel adéquat, ce n’est pas évident, mais cela reste quand même réalisable.

2 Avril 2020, toujours en confinement,…

Voila j’ai terminé le manche de hache, je vais voir s’il se comporte bien dans le temps, il est encore un peu gros, mais je verrais plus tard.

IMG_3340IMG_3346IMG_3348IMG_3349

Et puis je me suis fabriqué un crochet d’établi, un petit bricolage qui rend service pour scier ou pour bloquer une pierre à affûter, ou une pièce de bois à travailler au ciseau.

Pas besoin de sortir de Saint Cyr ou avoir fait ENA pour construire ce crochet d’établi.

IMG_3351IMG_3352IMG_3354IMG_3355IMG_3356IMG_3357

Il vous faudra environ 5 minutes pour bricoler ce petit accessoire.

Douzième jour,…

Cet après midi j’ai repris la fabrication du manche de hache, après avoir taillé la forme du futur manche, je me suis attaqué au morceau qui est le plus délicat, le morceau qui rentre dans l’œil du tranchant.

Je préfère commencer par ce coté car si je me loupe je n’aurais pas fait le reste pour rien.

IMG_3327

L’ajustage n’est pas le moment le plus facile car il faut que ce la rentre pile-poil comme on dit.

Faut faire des essais, regarder où cela coince et poncer jusqu’au résultat final. Il est 17 heures et l’endroit où je bricole n’est plus au soleil alors rangement du matériel jusqu’à la semaine prochaine, je suis pas loin d’avoir fini cette partie.

IMG_3325

Encore quelques coups de papier de verre et je pourrais faire le trait de scie pour la cale en bois que je taillerais ensuite.

Il me restera à affiner le manche et ce sera tout pour cette restauration.

Hache Talabot…

Joseph Léon Talabot né le 5 février 1796 à Limoges (Haute-Vienne) et décédé le 23 septembre 1863 à Soisy-sous-Montmorency (Val-d’Oise) est un maître de forges français, député de la Haute-Vienne de 1836 à 1848.
Il fonde et dirige la société « Léon Talabot et Cie », devenue Société des Hauts-Fourneaux, forges et aciéries du Saut-du-Tarn en 1881.

Sources: Wikipédia.

Ma dulcinée est revenue de la bibliothèque avec cet engin dans les mains, on lui a dit: « Vous donnerez cela à Anatole »

IMG_3293

A première vue c’est une cognée d’abattage, le manche est un peu vermoulu mais le tranchant en bonne état, elle n’a pas du servir beaucoup, c’est vrai que maintenant il n’y a plus beaucoup de bûcheron qui utilise ce genre d’engin.

Cet après midi, j’ai brossé la bête et je me suis aperçu qu’elle avait une signature.

IMG_3297

Jean-Marie si tu regardes cet article, c’est pour toi, l’année prochaine pour faire le bois on va bien rigoler, j’aurais sans doute refait un manche.