La callidie sanguine,…

Ce n’est pas parce que l’on est confiné qu’il ne faut s’intéresser à la vie animal qui nous entoure durant cette épreuve, c’est l’occasion de replonger le nez dans les bouquins et quand l’information ne s’y trouve pas aller chercher sur le Net.

Ce petit insecte est venu troubler mon bricolage et puisqu’il a été patient avec moi il a trouvé une place sur la page de ce blog.

La callidie sanguine mesure entre 8 et 20 mm, c’est donc un petit insecte, avec un corps allongé, couvert de poils très fins et denses donnant l’impression d’une surface soyeuse. Sa tête est noire hormis une tache rouge sur le front, et elle est surmontée de deux antennes noires un peu plus courtes que le corps.

Le thorax anguleux et les élytres sont rouges, avec une forme relativement aplatie. Les pattes sont au nombre de 6 (3 paires), elles sont courtes et noires.

Le dimorphisme sexuel est assez important puisque la femelle se reconnaît à sa taille plus grande que celle du mâle.

La callidie sanguine se rencontre essentiellement entre mars et juin, mais vous pouvez aussi voir ce coléoptère en plein hiver lorsque vous rentrez un panier de bois à l’intérieur : la chaleur de votre maison accélérera le développement des nymphes et les fera sortir de sous l’écorce qui les abrite.

Sources: Ici et 

IMG_3381IMG_3382IMG_3383

Soyez curieux et respectueux avec la nature.

 

 

La Mante Religieuse.

La mante religieuse appartient à l’ordre des mantoptères: il s’agit d’un insecte diurne de couleur verte, brune voire même beige, mesurant 6 à 8 centimètres de long (le mâle est plus petit que la femelle de 2 à 3 cm) avec la particularité d’avoir de longues pattes repliées munies de piques ou griffes, comme si elle priait, ce qui explique son nom. Ses pattes peuvent se déplier très subitement et rapidement pour saisir une proie, ce qui explique qu’on les qualifie de « ravisseuses », mais en fait elle fait surtout une chasse à l’affût. Heureusement qu’elle a cet attribut car sinon, la femelle qui porte une lourde charge d’œufs vole assez mal ce qui limite son périmètre de déplacement, malgré des ailes assez puissantes. Elle compte, en tout, six pattes et quatre ailes.

Sources: https://jardinage.lemonde.fr/

En cueillant les haricots verts j’ai découvert cette mante religieuse de belle constitution, aucune trace du mâle dans le secteur et contrairement à ce qu’on en pense, il ne finit pas toujours dans le ventre de la belle.

A voir son ventre rebondi il y a de grande chance qu’elle est trouvée un partenaire dans le secteur, l’année dernière je ne me souviens pas d’en avoir vu dans notre jardin.

IMGP0665IMGP0670IMGP0672IMGP0681

Ici vous avez la chasseresse dans un pied de bourrache, car j’ai un potager sauvage qui attire un tas d’insectes, les branches velues de la plante ne sont pas toujours agréables mais c’est le prix à payer.

Mesosa curculionoides.

Alors que j’étais en train de fabriquer des chevilles pour un instrument de musique.

IMG_2667

Pour remplacer celles en bois que j’avais fait, je vois arriver à mes pieds un petit insecte que je n’avais encore jamais vu chez moi,  dans mon sous-sol j’entrepose mon bois de chauffage pour l’hiver et il n’est pas rare de rencontrer une petite biche ou un capricorne.

J’ai cherché dans mon petit guide des insectes pour trouver son nom sans résultat, ensuite j’ai fureté sur le Web sans plus de réussite et puis, je suis rappelé que j’avais dans mon carnet d’adresse un entomologiste.

Mesosa curculionoides1

Voici donc Mesosa curculionoides ou Mésose charançon, un joli petit longicorne qui vit dans les bois morts de nombreux feuillus.

Merci à André Lequet pour son aide.

La punaise brune.

La punaise est un insecte de petite taille de 10 à 15 mm selon les espèces. Très commune dans les bois et les jardins, on la rencontre au printemps et en été. Son corps est divisé en trois parties distinctes : la tête, le thorax et l’abdomen.

La tête est surplombée de deux antennes, elle possède un rostre mobile qui se déplie pour harponner des proies ou sucer les plantes. Ses yeux à facettes lui permettent d’avoir un champs de vision très étendu. Entre l’abdomen et le thorax se déploient deux paires d’ailes ; Les ailes antérieures divisées en deux régions : l’une basale et coriace nommée la corie, l’autre apicale et membraneuse (la membrane). Les ailes postérieures sont quant à elles toujours membraneuses et translucides.

De part et d’autre de son abdomen on trouve trois paires de pattes griffues qui lui servent à s’accrocher aux tiges des végétaux. Sa couleur varie selon les espèces et l’âge de la bête.

Sources: ICI

Vous avez sans doute devant vous une Corée marginée, qui semble habillée de cuir.

La vie d’une pomme…

Je vous ai bassiné avec mes pommes la dernière fois, mais j’ai aussi quelques petits insectes qui profitent aussi de cette abondance de fruits, j’ai laissé quelques spécimens sur la table de jardin et ce matin j’ai pris en photo ces envahisseurs.

Le frelon asiatique est maintenant bien implanté dans la région, il concurrence son compagnon européen et en vidant les pièges que j’ai pu pu mettre cet été le pourcentage d’insectes aux yeux bridés est plus important, au moins dans les pièges.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur les images on peut voir les petites pattes jaune, son ventre orangé et sa tête noire. C’est amusant de voir que même entre eux ils arrivent à se chamailler, faire des pirouettes en vol, parfois même se retrouver cloué parterre.

Il faut rester malgré tout à bonne distance et ne pas venir les taquiner si vous voulez profiter du spectacle.

Petit hôtel pour insectes.

Comme vous le savez j’aime la nature, mon potager est toujours heureux de voir les insectes venir butiner sur les fleurs que je laisse pousser, la bourrache est la bienvenue et en plus je mets parfois quelques fleurs dans la salade verte ce qui lui donne de la couleur. J’ai testé les feuilles cuisinées comme les épinards, mais il faut vraiment prendre de trés jeunes feuilles, c’est pour cela que je n’en fais pas la promotion.

Les endroits qui servent de refuges pour insectes se faisant rares je laisse quelques vieilles souches dans un coin et j’ai fabriqué un petit hôtel à insectes avec une cagette qui vient du marché. Quelques buches percées, du foin, des cailloux, du bois et des branches de framboisiers et nous devrions pouvoir héberger quelques forficules, coccinelles, araignées, abeilles solitaires, bourdons…

Une tuile pour couvrir l’abri et un parpaing pour surélever et il devrait être prêt pour l’automne.

IMG_0884IMG_0889.JPG

Criquets et sauterelles…

De nos jours, la nature est gravement menacée par la surpopulation humaine, l’intensification des activités agricoles et sylvicoles, la destruction de certains habitats et de nombreux autres causes.
Beaucoup d’insectes au genre de vie spécialisé sont menacés de disparition, car les végétaux dont ils se nourrissent sont éliminés et les pesticides les empoisonnent. Ce n’est pas seulement la diversité biologique qui se trouve en danger mais aussi l’équilibre de la nature. Or, en dernier ressort celui-ci conditionne la qualité de la vie humaine.

Sources, le guide des insectes, Delachaux et Niestlé.

101097_couverture_hres_0

Voila donc une petite bête qui se retrouve souvent dans la maison, je ne sais pas comment elle fait pour s’introduire mais certainement elle profite d’une porte fenêtre ouverte.

J’ai donc usé de mon cueille-pomme de fabrication artisanale pour capturer l’intrus, ensuite petite séance de photographies, retour à la vie sauvage et tous ses dangers.

Ici, vous avez un « Isophya pyrenaea », enfin c’est ce qui ressemble le plus dans mon petit guide naturaliste, un corps trapu, vert, un peu pointillé de roux, ailes très petites, l’oviscapte de la femelle est très large et recourbé vers le haut, il vit en Europe centrale et méridionale dans les plaines et collines, même en montagne, surtout dans les prairies par terre mais aussi à la lisière des bois. C’est une petite bestiole qui mange surtout des feuilles.

Le Machaon.

Le machaon est un papillon avec un corps noir et jaune qui mesure entre 60 et 80 mm. Il a les ailes antérieures noires et jaunes, les postérieures aussi, avec une bande bleu noir avant le bord externe, 1 ocelle roux entouré de violet et noir et une courte queue noire et jaune, taches jaunes en demi lune près du bord.

photo de wikipédia

Photo de Wikipédia.

Ne peut être confondu qu’avec le flambé que vous pouvez voir sur la photographie ci-dessous et qui a été prise dans mon jardin au mois de juillet, spécimen qui n’était pas en pleine forme.

IMG_8109

Cette année je n’ai pas encore vue de machaon, mais j’ai bon espoir puisque ce samedi j’ai trouvé dans le jardin cette superbe chenille.

IMGP9529IMGP9533IMGP9541

 

Cétoines dorés.

La cétoine dorée est un coléoptère charmant, très commun en Europe centrale et méridionale qui appartient à la famille des Cetoniidae.

Le corps, forme un rectangle arrondi aux extrémités et mesure entre 10 et 20 mm. La taille des mâles et des femelles diffère peu, on ne les reconnaît que grâce au sillon ventral présent sur l’abdomen du mâle.

La couleur varie considérablement d’un sujet à l’autre mais on rencontre plus fréquemment des individus noirs ou verts métallisés. La couleur métallisée peut aussi prendre des nuances de mauve, de rose, de doré ou même de bleu. Parfois la cétoine est maculée de petites taches blanches.

La tête, très petite par rapport au reste du corps porte deux antennes, deux petits yeux et une bouche. Les pattes sont au nombre de six comme chez tous les insectes.
La cétoine dorée a pour particularité de porter des élytres soudés qui ne peuvent pas s’ouvrir pendant le vol. Les ailes membraneuses, translucides et brunes se déploient latéralement sous les élytres pour permettre le vol. Ce coléoptère, aime le soleil et la chaleur, il n’apparaît donc que lorsque le printemps est bien installé et disparaîtra avec les premiers frimas. Il a pour mets de prédilection les fleurs sauvages comme les chardons, les aubépines ou les ombellifères mais visite aussi le jardin d’ornement avec une préférence pour le Lilas, les troènes et bien sûr, les roses qu’il adore.

La cétoine pond ses œufs fin mai/début juin. Ils sont sphériques et blancs et donneront naissances à des larves quelques jours plus tard. Lors du rempotage des plantes cultivées en pots sur la terrasse, mais aussi dans les vieilles souches ou même dans le compost, il n’est pas rare de trouver ses larves blanches qui mettront plusieurs années à se développer. Pas d’affolement ! Elles ressemblent aux larves de hanneton mais sont très utiles car elles participent activement à l’élaboration du compost. La larve de hanneton quant à elle, se nourrit de racines et peut causer quelques dégâts dans les plantations.

IMGP9361

Pour les reconnaître, rien de plus simple : la larve de cétoine est plus trapue, son corps est bien dodu alors que sa tête est toute petite, ses pattes sont très courtes et l’extrémité de son abdomen est très rond. La larve de hanneton présente une grosse tête munie de larges mandibules et de grandes pattes, le corps est plus allongé et de couleur crème. En y regardant de plus près il est donc facile d’éviter la confusion !

Sources: Ici.

cetonia-aurata-600x450

Petit clin d’œil à Zalandeau qui m’a demandé si je n’avais pas d’autres bestioles plus ragoutantes.