rasette à pousser et tirer.

Vous le savez maintenant je suis toujours à la recherche d’un outil qui pourra me faciliter le travail et en fouinant sur le web, j’ai vu une binette en U de chez Polet.

Il me semble intéressant puisque cet outil multifonctions résulte de la combinaison entre une binette et une ratissoire.
Il vous permet ainsi de désherber en poussant ou en tirant.
L’extrémité de l’outil, ouverte et bien affûtée, s’avère très utile pour arracher les mauvaises herbes à racines profondes.

J’ai toujours quelques morceaux de ferrures de volets en stock qui ne demandent qu’à retrouver une seconde vie.

Tout ce qui a servit lors de ce bricolage est le produit du recyclage, fer à béton, tube d’ancien support de fil à linge, ferrures de volet et même le manche est une perche de noisetier récupérée lors la dernière campagne de bucheronnage.

J’ai fabriqué cet engin en moins de 2 heures au feeling comme souvent lorsqu’une idée me passe dans la tête. Je suis assez heureux du résultat même s’il y a sans doute encore moyen d’améliorer la bête.

Houe maraîchère…

La dernière fois que je vous avais parlé de bricolage c’était pour une brouette de débardage, finalement mon projet n’a pas abouti parce que je n’avais pas le matériel pour faire quelque chose de solide et transportable facilement.

Projet HS.

Depuis j’ai récupéré un cadre de brouette qui fera l’affaire pour transporter les bûches, faut que je lui fasse une petite beauté et remplacer quelques planches.

Pour la houe maraîchère , c’est en voyant les prix qui dépassent parfois plusieurs centaines d’euros que je me suis dit: Anatole tu n’as qu’à t’en faire une !!!

Alors j’ai fouiné dans mon sous-sol, je suis tombé sur une vieille patinette (j’ai passé l’age de faire le fou) et rassemblé quelques autres matériels de récupérations, des morceaux de tubes, du fer à béton et encore une fois les pentures de volets ont été mis à contributions.

Pour le moment j’ai fait deux porte-outils, un cultivateur (trois griffes) et un sarcloir (rasette), pour cette dernière ce n’est pas encore vraiment efficace car ma lame est trop souple, je vais essayer de trouver quelque chose de plus résistant ou construire un nouvel outil genre rasette.

Vous l’aurez compris, c’est une outil fait avec quelques bricoles recyclées, la roue pourra retrouver la patinette si je retrouve ma jeunesse, les outils sont échangeables en dévissant une vis papillon.

Comme le projet n’est pas tout à fait fini je ne l’ai pas encore mis en peinture mais si cela me convient je lui en passerais une petite couche.

Quatrième jour,…

Aujourd’hui, pas de bricolage de bois, ce matin petit désherbage car les mauvaises herbes ne restent pas confinées, affûtage d’une gouge à asperge qui sert pour retirer les racines profondes.

Préparation pour la peinture de la cuve du compresseur qui était oxydée, quelques morceaux de scotch pour protéger des débordements. Quelques coups de brosse métallique pour retirer la rouille. Démontage des roues pour leur faire prendre un bain et huiler les mécanismes.

L’après midi, après installation du matériel avec mise sur cale, je me suis mis à la peinture en commençant par tous les endroits les plus marqués.

J’ai eu la flemme de démonter le moteur car j’aurais été obligé de refaire tous les joints, j’ai un embout de pied à remplacer mais les commerces de bricolage sont fermés pour le moment.

Hier, je suis allé faire les courses, c’est triste et en plus d’être cons les gens sont infects avec le personnel qui travaille dans les magasins. En dehors de cela ils ont quand même réussis à vider les rayons.

Voila l’engin en cours de restauration, après une petite couche de peinture.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai voulu préserver le gros auto-collant  dont j’ai masqué les contours, de l’autre coté il y en avait un autre mais en mauvaise état alors avec le décapeur thermique et une spatule je lui ai fait sa fête.