Mort d’une rombière.

511tv4ha4kl._sx195_

L’Ile-Tudy, petit village de pêcheurs à l’embouchure de la rivière de Pont l’Abbé à la pointe sud de la Bretagne. Un lieu paisible s’il en est. Son port abrite désormais plus de bateaux de plaisance que de pinasses sardinières et les maisons de pêcheurs  » pied dans l’eau  » ont, pour la plupart, été rachetées par des estivants. C’est dans ce pays de la douceur de vivre qu’une vieille femme, Annette Bonnetis, a été sauvagement assassinée. Les gendarmes ont tôt fait d’arrêter un coupable « idéal » que tout accuse. Mais Mary Lester, en se penchant sur l’étonnante personnalité de la victime, va faire des découvertes bien surprenantes.

À travers Les Enquêtes de Mary Lester, Jean Failler montre son attachement à la Bretagne, et nous donne l’occasion de découvrir non seulement les divers paysages et villes du pays, mais aussi ses réalités économiques. La plupart du temps basées sur des faits réels, ces fictions se confrontent au contexte social et culturel actuel. Pas de folklore ni de violence dans ces livres destinés à tous publics, loin des clichés touristiques, mais des enquêtes dans un vrai style policier.

Voilà plusieurs romans de Jean Failler que j’ai l’occasion de découvrir à la bibliothèque de Sancergues et c’est toujours avec plaisir que je termine l’histoire en disant « c’était bien ». Vous l’aurez compris je suis devenu un lecteur assidu des histoires de Mary Lester.

La cité des dogues.

les-enquetes-de-mary-lester-n8-la-cite-des-dogues.jpg

Voici Mary Lester à Saint-Malo. Elle y a été attachée pour enquêter sur la mort de la jeune et jolie femme du notaire, survenue huit mois plus tôt.

En son temps, la police locale avait conclu à une mort naturelle, hypothèse que tout semble confirmer, et Mary sent qu’elle n’est pas la bienvenue sur cette affaire. Bien sûr, il faut faire plaisir au notaire, personnalité de premier plan dans la ville, qui réfute la thèse du commissaire Rocca.

Alors on suggère à Mary Lester de passer quelques jours bien agréables à Saint-Malo, de faire semblant de s’activer, et finalement d’abonder dans le sens du commissaire Rocca.

C’est bien mal la connaître…

C’est un petit roman sympathique et à force de lire les histoires de Jean Failler on en vient à bien aimer la jeune Mary Lester. Encore une fois la jeune enquêtrice s’aventure sur une pente savonneuse et sa vie est en jeu.

Ceux qui aiment la Bretagne seront heureux de parcourir les rues de Saint-Malo et pourront réserver ce petit livre dans leur bibliothèque préférée.

J’en suis à mon huitième roman de Failler et pour le moment je n’ai jamais été déçu.

Le Manoir écarlate.

Il y a au cœur de l’Argoat, la Bretagne des bois par opposition à l’Armor, celle de la mer, un étrange château de briques rouges qui semble avoir été construit au prix d’un pacte avec le Diable.
C’est dans ces Montagnes Noires que Mary Lester vient enquêter sur la mort violente d’un conférencier du château.
Crime rituel ? La mise en scène du cadavre pourrait le laisser croire, si une seconde mort ne venait endeuiller l’illustre assemblée des écrivains qui y font salon.

le-manoir-ecarlate

Mary Lester se trouve plongée dans le milieu des écrivains et de la conservation du patrimoine, en l’occurrence ce manoir sur lequel plane bien des légendes. Jean Failler est un écrivain qui me plaît, aux fils des lectures l’on découvre la Bretagne sous une autre forme, ses croyances anciennes et une gloire littéraire prompte à monter des coups médiatiques dans ce volume.

C’est un bon petit roman à lire devant sa cheminée ou bien calé sous sa couette un soir d’orage.

090924120855446054512125

La mort au bord de l’étang.

Voici une nouvelle enquête de Mary Lester en Cornouaille. Cette fois, son patron lui confie une enquête de routine, un accident de chasse où un industriel a trouvé la mort. Il y a des témoins dignes de foi, des notables qui ont assisté au drame… Un fusil qui explose, ça arrive et le commissaire principal est tranquille : cette fois, tout ce que pourra faire l’inspecteur Lester, c’est de remplir les paperasses habituelles en pareil cas, sans aller chercher midi à quatorze heures, sans mettre tout le monde sens dessus dessous. Voire, car quand Mary Lester se penche sur le plus anodin des problèmes, voilà qu’il devient tout soudain extraordinairement complexe. Après tout, cet accident n’est peut être pas aussi accidentel qu’il le paraît.

la-mort-au-bord-de-l'etang

On peut ne pas aimer ce roman qui a pour thème une partie de chasse, si on n’est pas  un grand partisan de ce « sport ». Pourtant Jean Failler entre avec précision dans la psychologie de ses personnages et décrit avec soin le fossé qui se creuse entre les natifs empreints de tradition et les nouveaux riches qui en font peu de cas mais qui mettent la main sur le patrimoine.

Je ne suis pas fan de la chasse et de son univers mais Jean Failler décrit parfaitement l’ambiance de cette journée particulière et c’est ce qui permet au lecteur de suivre sans difficulté la jeune inspectrice dans ses raisonnements.
Il n’y a pas de suspens, l’assassin est connu très rapidement, l’important étant de suivre le cheminement de Mary Lester pour prouver le meurtre et mettre en place tous les éléments pour confondre l’assassin.

Un petit bouquin sympathique histoire de ne pas s’abrutir devant la télévision et ses programmes vu et revu, sans parler de ceux qui ne méritent pas qu’on en parle.

La bougresse.

Quoi de plus pacifique qu’un bouquet de fleurs ?

Cependant quand le bouquet est au bord d’une route de campagne, loin de tout lieu habité, lorsque les fleurs sont mystérieusement changées chaque jour et qu’au village voisin les bouches se ferment lorsqu’on demande ce qu’il fait là, il attire obligatoirement l’attention du passant. Surtout quand ce passant s’appelle Mary Lester. On est au cœur des Montagnes Noires et derrière cet innocent bouquet se cache une histoire noire elle aussi, que personne au bourg ne voudrait voir étalée sur la place publique.

Malgré les réticences, les obstructions, Mary parviendra à découvrir le peu reluisant envers du décor. Et ce sera certainement une des enquêtes les plus surprenantes de sa carrière.

9782844920690fs

La Twingo de Mary Lester suivait maintenant une route montant entre deux bois de sapins sombres. Bientôt elle atteindrait le sommet des Montagnes Noires, au cœur de l’Argoat. C’était une belle route, bien goudronnée sur laquelle, par endroits, les bagnoles pouvaient taper le cent vingt, peut-être même le cent cinquante, sans être inquiétées par la maréchaussée.

La maréchaussée réservait ses contrôles de vitesse à la double voie qui menait de Brest à Quimper. Là, les voitures étaient plus nombreuses et il y avait plus de délinquants potentiels.

Mary Lester était en vacances et elle filait allégrement vers Roscoff où une bande de copains et de copines l’attendaient pour un séjour sur l’île de Batz. Pourquoi avait-elle pris ce chemin de traverse au lieu d’emprunter la voie express?

CE QU’EN PENSE LA CRITIQUE

Dans un style toujours aussi agréable à lire, l’auteur nous emmène dans la Bretagne profonde, celle de l’Ankou (la mort), la gwrac’h (la sorcière), la sorcellerie et les rebouteux. Une plongée dans cette Bretagne des contes et légendes où la frontière entre le surnaturel et la réalité est très fine…

C’est un des meilleurs romans de Jean Failler que j’ai lu jusque maintenant, jusqu’aux derniers chapitres le lecteur est impatient de connaître la fin.

Vous aimez la Bretagne, les sorcières, les rebouteux et tout ce qui est un peu mystérieux, alors courrez et réservez « La Bougresse » de Jean Failler.