Mais qu’est-ce qu’on va faire…

Chaque année je me dis qu’il faudrait faire quelque chose de ces perches de saule, ici vous avez la plus petite des deux bottes que j’ai taillé cette fois. Cet après midi je les ai regroupées par taille et grosseur, je n’avais pas choisi le meilleur jour pour faire ce genre de travail mais au moins il ne pleuvait pas, un vent glacial soufflait sur la campagne berrichonne.

IMG_9515IMG_9513IMG_9518IMG_9519

J’ai un superbe livre sur la vannerie qui m’a été offert il y a quelques années, cela m’a permis de refaire une anse de panier il y a quelque temps mais je me dis que je pourrais peut-être tenter de me faire un petit panier à champignons.

9782212120981_1_75

Ce n’est pas les idées qui manquent à ce pauvre Anatole 😀

 

Minuit, Montmartre

Ayant habité plusieurs mois à Montmartre dans ma jeunesse, lorsque je suis tombé sur ce titre je me suis dit que ce serait sans doute une bonne lecture.

Montmartre, 1909. Masseïda, une jeune femme noire au passé douloureux, vagabonde dans des ruelles mal famées. Un jour, elle frappe à la porte de l’atelier du peintre Théophile-Alexandre Steinlen qui l’accueille. Elle devient sa confidente, son modèle, son dernier amour et entre dans un monde peuplé d’artistes. Mais la Belle Epoque s’achève et le passé de Masseïda réapparaît.

9782246813156-001-t

C’est un roman sur un artiste oublié et j’ai recherché quelques informations sur le personnage, avant de rencontrer Masseïda il peignait des chats, dans la vidéo qui suit vous pourrez découvrir quelques une des ses toiles.

Julien Delamaire, avec Minuit, Montmartre, refait vivre la Bohème le temps de quelques pages et promet au lecteur un étourdissant voyage empreint de nostalgie et de chaleur humaine. Au détour d’une ligne, la poésie se révèle, mélodieuse et inattendue, bravant le cour de l’histoire. Et l’on prend plaisir à suivre Vaillant, chat malicieux, à le voir nous entraîner silencieusement et avec grâce dans ce Paris créatif et licencieux où l’on croisera parmi les songeurs anonymes de Montmartre, La Goulue ou Apollinaire.

Vous aimez ou vous ne connaissez pas Montmartre, c’est l’occasion pour vous d’aller faire un petit tour sur la butte au début des années 1900.

Mort sur mesure.

Mort-sur-mesure

Voici le résumé.

Marianne Shearer, ténor du barreau habitué à défendre les criminels les plus indéfendables, n’était pas très aimée. Pourtant, tout indique qu’elle s’est tuée seule, et avec style, en se défenestrant du sixième étage d’un palace londonien. Mais qu’est-ce qui a pu pousser à une telle extrémité cette avocate encore auréolée du succès retentissant de sa dernière affaire ? Thomas Noble et Peter Friel, deux anciens collègues de Marianne, ne s’expliquent pas ce geste, d’autant que plusieurs éléments les laissent perplexes. Tout d’abord, on ne retrouve aucune affaire personnelle dans l’appartement où elle venait d’emménager. Autre élément troublant, cette femme aux vêtements toujours sobres a choisi de mourir dans une tenue pour le moins extravagante. Et si elle avait cherché à désigner ainsi un coupable ? Couronné outre-Manche par le prestigieux Duncan Lowie Dogger Award, Mort sur mesure confirme le remarquable talent de Frances Fyfield pour explorer par petites touches d’une implacable précision les recoins les plus obscurs de l’âme humaine.

On peut se demander comment les ténors du barreau arrivent à défendre des criminels et pourtant ils en ont fait leur métier, si vous avez l’occasion de mettre la main sur cet ouvrage vous pourrez faire un petit tour dans les recoins les plus obscurs de l’âme humaine.

Le temps est assassin.

Encore un livre, direction la Corse.

On peut lire en quatrième de couverture:

Eté 1989
La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite… et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.
Eté 2016
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.
Vivante ?

9782258136700

« Le temps est assassin, c’est l’idée du temps qui passe – des rêves quand on est adolescent, des regrets quand on a quarante ans, de l’espoir de tout ce qui reste à vivre… En mêlant le passé et le présent, on obtient un même personnage qui porte deux regards différents sur la vie. » Michel Bussi.

En plus d’être un polar à retournements diablement efficaces, Le temps est assassin est une réflexion sur le rôle des femmes. Dépeintes ici sur trois générations, on découvre un portrait sensible de la bonté des femmes qui tentent d’endiguer la rage masculine. Baigné dans le climat aride corse, ce roman policier se dévore d’une traite jusqu’à un final bouleversant.

J’ai bien aimé me promener dans ce maquis Corse, ce camping et sur ces petites routes tortueuses, c’est un bon roman qui me donne envie de lire ses autres ouvrages.

Vous aimez les polars, vous aimez la Corse alors vous devriez apprécier « le temps est assassin » de Michel Bussi.

Du sang sur la Baltique.

Une petite promenade sur les bords de la Baltique avec Viveca Sten, je vous le dis de suite nous n’avons pas poussé la voiture jusqu’en Suède mais ouvert un roman.
On peut lire en quatrième de couverture:

Par une belle journée de juillet, une foule impatiente assiste au départ du Tour de Gotland, la plus importante régate d’Europe du nord. Mais le voilier qui fait la course en tête abandonne soudainement. Son skipper, le vice-président de la prestigieuse Royal Swedish Yachting Society, vient d’être abattu. Et si cet avocat très médiatique, père de famille respectable, n’était pas celui que l’on croit ?

Maîtresse bafouée, concurrent jaloux… la liste des suspects s’allonge au fur et à mesure d’une enquête délicate où l’inspecteur Thomas Andreasson tente de percer à jour une élite mondaine prête à tout pour sauver les apparences. Même à tuer une seconde fois…

du-sang-sur-la-baltique

Il y a quelques mois j’avais déjà emprunté « la reine de la baltique » qui m’avait bien plu et c’est encore dans la même veine puisqu’on retrouve les mêmes personnages.

Une lecture agréable, pas trépidante (si vous voulez des polars qui bougent, oubliez celui-là), mais qui m’a fait passer un bon moment de lecture.

Embrouille en Corse.

Voila un petit roman pour passer une soirée pluvieuse d’automne, on peut lire en quatrième de couverture:

En attendant la visite de ses amis Sam Levitt et Elena Morales, le milliardaire français Francis Reboul profite de sa terrasse ensoleillée face à la mer lorsqu’un yacht gigantesque apparaît derrière un cap de l’archipel du Frioul. S’il est habitué à ce que nombre de touristes en bateau observent son magnifique palais, rien ne l’a préparé à la curiosité outrageuse des passagers du yacht, qui n’hésitent pas à venir survoler le domaine en hélicoptère. Grâce à ses relations dans la police marseillaise, Reboul découvre l’identité du propriétaire du yacht, le redoutable Oleg Vronsky, magnat des affaires russe dont les associés tendent à connaître une mort prématurée.

Bientôt, il reçoit la lettre d’un agent immobilier qui lui propose de vendre sa propriété au même Vronsky. Il refuse mais sait que ce dernier ne reculera devant rien pour obtenir ce qu’il veut. Les méthodes du Russe se font d’ailleurs de plus en plus musclées, surtout lorsque la mafia corse vient lui prêter main-forte…

Américains ou Russes, personne ne peut résister au charme de la Provence – sa gastronomie, son rosé, ses petits bistrots… –, pas plus que le lecteur ne saura résister au généreux savoir-faire de Peter Mayle, le plus méridional des romanciers anglais.

9782841118786

Ce n’est pas une révélation mais on passe un bon moment surtout, quand dehors il pleut 😀

 

La vie secrète des arbres.

Aujourd’hui, pas d’enquête et ni de mort suspecte, juste une petit balade en forêt, après la lecture de ce livre vous ne verrez plus les arbres de la même façon.

Que savons-nous des arbres ? Les citadins regardent les arbres comme des  » robots biologiques  » conçus pour produire de l’oxygène et de bois. Forestier, Peter Wohlleben a ravi ses lecteurs avec des informations attestées par les biologistes depuis des années, notamment le fait que les arbres sont des êtres sociaux. Ils peuvent compter, apprendre et à mémoriser, se comporter en infirmiers pour les voisins malades. Ils avertissent d’un danger en envoyant des signaux à travers un réseau de champignon appelé ironiquement « Bois Wide Web ». Pour des raisons inconnues, ils gardent les anciennes souches de compagnons abattus vivants depuis des siècles en les nourrissant avec une solution de sucre par leurs racines. Une merveille de pédagogie pour tous les publics « Le langage scientifique supprime l’émotion, et les gens ne comprennent plus rien. J’utilise un langage humain. Quand j’écris que  » les arbres allaitent leurs enfants, tout le monde sait tout de suite ce que je veux dire  » », explique l’auteur. La critique allemande a salué unanimement ce tour de force littéraire et la manière dont l’ouvrage éveille chez les lecteurs une curiosité enfantine pour les rouages secrets de la nature. Après avoir étudié les arbres à l’université, Peter Wohlleben a commencé à travailler pour l’administration forestière d’Etat. En tant que jeune forestier, il était responsable d’un bois de 3,000 hectares à une heure de Cologne. Il a abattu des arbres centenaires et pulvérisé des hectares avec des insecticides. Mais il ne se sentait pas bien. Wohlleben a commencé à étudier des approches alternatives à l’exploitation forestière intensive, Après une décennie de lutte, il a introduit des chevaux, éliminé les insecticides et a commencé à expérimenter une autre manière d’exploiter la forêt en laissant pousser les bois de manière sauvage. En deux ans, la forêt est devenue rentable, notamment grâce à l’élimination des machines et des produits chimiques coûteux.

Amoureux de la nature vous serez aux anges en parcourant ce livre et vous aimerez encore plus les arbres.

Maître des âmes.

En quatrième de couverture on peut lire:

Trompé par des naufrageurs, un navire s’échoue en terre Ui Fidgente. Sauvé par des religieuses de l’abbaye de Ard Fhearta, le seul survivant tente d’échapper à ses assaillants en se faisant passer pour un moine, mais assiste, impuissant, au meurtre de l’abbesse et à l’enlèvement de six novices. Pour les retrouver, Fidelma de Cashel et son compagnon Eadulf sont envoyés sur place, au grand dam de la population locale, peu disposée à venir en aide aux représentants officiels d’un royaume autrefois ennemi. Sans autre appui que son instinct, la plus célèbre dalaigh du pays doit parcourir sans relâche les côtes irlandaises rongées par la corruption et les guerres de clans pour retrouver la trace des ravisseurs et de leur chef, le  » maître des âmes  » , un homme prêt à tous les sacrifices pour renverser le pouvoir en place.

51kmgknfyil-_sx210_

Pour ceux qui ne connaissent Peter Tremayne, il a créé le personnage de Sœur Fidelma qui est une religieuse de l’Église celte, église qui à l’époque était indépendante de Rome. De nombreux points théologiques les séparent. La série débute (Absolution par le meurtre) pendant le concile de Whitby. Ce concile dont l’existence historique ne semble pas être totalement établie devait décider si le royaume saxon de Northumbrie adoptera le liturgie celte ou la liturgie romaine. Ces oppositions sont également présentes dans les aventures romaines de sœur Fidelma (Le suaire de l’archevêque) où à plusieurs reprises, elle affirme ses convictions face à la hiérarchie romaine. Pour les deux Églises, la notion de célibat des prêtres et religieux n’est pas établie. Il existe cependant à Rome un « parti du célibat » qui limite les possibilités de mariage des abbés et évêques. Dans l’Église celte de Fidelma, il existe des monastères mixtes où les hommes et les femmes cohabitent et vivent une vie de famille. Le monastère d’origine de l’héroïne étant un de ces monastères conhospitae. De même, la majeure partie de l’intrigue du volume Les cinq royaumes se déroule dans ce contexte.

Les aventures de Fidelma se déroulent dans une Irlande christianisée depuis de nombreuses générations par Saint Patrick. Certaines de ses aventures se déroulent dans des régions plus récemment converties et où, les traditions des anciennes religions persistent.

Source Wikipédia

L’histoire se passe dans les années 660 en Irlande et même si elles sont indépendantes, c’est mieux de les lire suivant la date de publication.

Le policier qui rit.

On peut lire le résumé ci-dessous:

Par une pluvieuse soirée de novembre, tous les passagers d’un autobus sont massacrés au fusil mitrailleur. Jamais la Suède n’avait connu pareille tuerie, et l’opinion publique s’affole. Parmi les neuf victimes, un flic que Beck connaissait. Que faisait-il dans ce bus, à cette heure ? D’après sa compagne, il était surchargé de travail, mais Beck sait bien, lui, qu’il était pratiquement en congé …
L’identification des victimes, puis l’étude minutieuse de leur passé, apportent peu à peu des indices, et comme souvent, derrière la façade lisse des apparences, ce sont des réalités sordides qui émergent.

le policier qui rit_La colline aux suicidÈs.qxp

Avec « Le Policier qui rit », on plonge pour la première fois dans la pègre de Stockholm : camés, indics, putes et trafiquants, parmi lesquels évoluait l’inconnu. Une image de la Suède qu’on retrouvera aussi dans le « Millenium » de Stieg Larsson.

Si vous avez l’occasion de croiser un livre de ses auteurs n’hésitez pas, enfin moi j’ai bien aimé.