Ces petites plantes qui font de la résistance…

En vous promenant en ville vous pourrez remarquer qu’il y a des petites plantes qui font de la résistance, depuis que les cantonniers n’utilisent plus les pulvérisateurs, la flore sauvage ressurgit, le désherbage thermique n’a pas convaincu les employés communaux, et la binette pas beaucoup mieux.

Alors ce dimanche du mois d’août je suis parti faire un petit tour dans le village et je me suis arrêté pour faire quelques clichés des plantes sauvages qui recolonisent nos villes et nos campagnes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Parmi ces quelques spécimens vous trouverez le plantain, le pourpier, le pissenlit, le mouron rouge, le chardon, la carotte sauvage, la benoîte, oxalis, centaurée…

Publicités

Premier test…

Actuellement le soleil est généreux avec nous alors pourquoi de pas en profiter et essayer de s’en servir puisque pour le moment il n’est pas encore taxé 🙂

J’ai retrouvé un vieux pare-soleil qui s’ennuyait dans le sous-sol et j’avais lu qu’il avait servi pour fabriquer un four solaire. Mais comme tout ce qu’on peut lire sur le net il faut s’y coller pour vérifier toutes les informations qu’on peut trouver sur la toile.

Et qu’elle est le meilleur moyen de vérifier ?

Je vous le donne en mille, c’est de le tester personnellement.

Tout de suite je vous le dis, cette expérience part d’un mauvais pied, car actuellement et depuis plusieurs jours le vent est dehors, ce qui ne facilite pas les tests avec un petit truc léger comme un pare-soleil. Ensuite impossible de remettre la main sur une petite gamelle de couleur sombre qui aurait facilité les échanges de chaleur. Mais dans la vie il faut s’adapter, chercher des solutions et ne pas baisser les bras au moindre petit souci.

Pour commencer, j’ai enfilé dans le biais un fil de fer pour rigidifier la structure, ce qui évite « aux oreilles » de se coucher sur la gamelle et de priver la collecte des rayons du soleil, ensuite deux petites cales en bois pour surélever la gamelle.

Alors pour ce premier exercice, je vais tenter de faire cuire une pomme de terre à l’eau, dans une petite heure je vais aller voir ce qui se passe et juger du temps qu’il faudra pour en venir à bout.

Voila en images l’engin dans son plus simple appareil.

IMG_0883IMG_0881

Après deux heures en plein soleil, le constat n’est pas formidable, l’eau frétille seulement et ce n’est pas ce soir qu’on pourra manger une pomme de terre à l’eau.

Le concept est à revoir,  le pare-soleil n’est peut-être pas la meilleur solution, je testerais peut-être la couverture de survie et la boite en carton.

 

 

La hoplie bleue et abeille charpentière.

Hoplia coerulea ou Hoplia caerulea, la hoplie bleue, est un insecte coléoptère de la famille des scarabéidés.

Le mâle est remarquable par sa couleur bleu métallique, la femelle plus discrète, est de couleur brunâtre.

C’est un insecte assez commun en été au bord des cours d’eau en France, notamment en bord de Loire.

chaumont-sur-loire127chaumont-sur-loire128

Ce scarabée bleu se place en haut des tiges ou des fleurs, et là, il soulève ses pattes arrières afin de libérer des molécules volatiles de phéromones qui attirent à lui les femelles… mais comme nous n’avons pas vu les demoiselles nous n’avons pas pu vérifier.

Cet insecte a été pris en photo dans le parc du château de Chaumont sur Loire le dernier jour du mois de mai 2018.

chaumont-sur-loire49

Ici une belle abeille charpentière ou Xylocope,  c’est un genre d’insectes hyménoptères de la famille des apidés (les abeilles vraies). On les appelle abeilles charpentières car elles creusent leur nid dans le bois, vivent en solitaire et non pas en colonie.

Moins de trente mètres séparent ces photographies.

Si vous avez l’occasion de venir dans la région il ne faut pas oublier de visiter ce parc, vous y ferez sans doute de belles rencontres.

http://www.domaine-chaumont.fr/

http://www.loire-et-biodiversite.com

 

 

Les petites orchidées de mon jardin.

Chez moi le jardin est assez sauvage, j’aime laisser quelques morceaux de bois pour abriter les insectes xylophages, les mauvaises herbes ont le droit de s’épanouir pour servir de refuge aux autres animaux, et c’est sans doute pour cela que nous avons la visite de différents animaux, de l’écureuil, du pic vert, du pic épeiche, du corbeau, de la pie et des chauves souris. Et quand on se promène dans notre jardin parfois on fait de belles rencontres, mais pour cela il faut faire quelques concessions.

Voila plusieurs fois que je passe la tondeuse en évitant soigneusement certains petits bâtons que j’ai enfoncé pour signaler la présence d’une future surprise.

Aujourd’hui, je peux donc vous les montrer en image.

IMGP9936

Ici vous avez ce qui ressemble à une Ophrys abeille.
Grands sépales roses ou blancs avec nervure verte pour la plupart des variantes.
Petits pétales jaune verdâtre, velus, triangulaires
Labelle caractéristique 1 semi-globuleux, velouté, avec dessins jaunes, 2 lobes latéraux en forme de bosse qui fait penser à un abdomen d’insecte.

IMGP9941IMGP9942IMGP9944IMGP9945

Et cette Orchis bouc, qui est moins jolie, mais qui a le droit de s’épanouir dans mon jardin.

C’est une plante robuste pouvant atteindre 1 m. Elle possède de nombreuses feuilles d’un vert grisâtre qui apparaissent en automne, persistent l’hiver puis se flétrissent à la floraison. L’inflorescence est cylindrique et assez dense, fleurs verdâtres bordées de pourpre, sépales et pétales rassemblés en casque, labelle très allongé, jusqu’à 6 cm, enroulé, plus ou moins déployé à l’horizontale à la floraison, peu échancré à l’extrémité. Odeur marquée caractéristique, proche de celle du bouc (perceptible uniquement à proximité immédiate de la fleur).

Sources: Wikipédia et Quelle est donc cette fleur ? de chez Nathan nature.

Les Cabets.

wp2f77b10e_05_06

J’ai découvert cette sortie botanique sur le site Les Amis de Pesselière , comme j’aime être dans la nature pour y découvrir des choses c’était donc l’occasion de voir de plus près la vallée du Nohain.

Donzy est situé à environ 35 minutes de chez moi et j’étais le premier arrivé sur les lieux.

IMG_0212.JPG

Ici vous êtes au lieu dit les Cabets, sur la droite c’est le lavoir et je n’ai pas pensé d’aller faire quelques photographies de plus près.

Durant cette petite sortie nous avons pu voir les restes des terrasses cultivés, abandonnés si j’ai bien compris après l’arrivé du Phylloxéra de la vigne. Depuis la nature a repris ses droits mais l’on peut encore voir les murs de pierres et les escaliers qui permettaient l’accès aux terrasses.

Vous pourrez voir dans ces quelques clichés, le chêne enchaîné, quelques plantes des bords des chemins, la petite rivière du Nohain, la voie verte où passait le train il y a quelques années et qui maintenant fait le bonheur des promeneurs.

J’ai passé une bonne journée, dommage qu’il n’y avait pas une grande table en bois pour partager notre casse-croûte dans de meilleures conditions.

 

La Sauge des prés.

C’est une plante vivace, herbacée, pubescente, odorante, haute de 30 à 80 cm, à tige carrée, peu ramifiée avec des feuilles très finement dentées, gaufrées, allongées et en forme de cœur à la base. Ses fleurs sont bleues-violettes, rarement roses, de 2 à 3 cm, à corolle en tube s’ouvrant par deux lèvres, elle fleurit de mai à août. Ses racines peuvent atteindre un mètre, ce qui lui permet de supporter la sécheresse.

Le style et les étamines de la Sauge des prés sont articulés de façon à pouvoir s’incliner pour toucher le dos des insectes pollinisateurs dés que leur trompe pénètre dans la fleur.

IMG_0182IMG_0181

Contrairement à la sauge officinale, sa cousine cultivée, les feuilles de la sauge des prés sont peu odorantes et peu savoureuses.
Ce sont principalement ses fleurs qui serviront à décorer salades et autres mets.

Les fleurs et les feuilles de Sauge des prés sont comestibles. Les feuilles et sommités fleuries s’utilisent en infusion, elle stimule les sécrétions hormonales et facilite la digestion des graisses, elles ont des propriétés digestive, apéritive, tonique.

Les feuilles contiennent des substances stomachiques, toniques, amères, antispasmodiques et antisudorifiques, elle est préconisée contre les angines et les maux de gorge. Le vin de sauge fortifie et favorise la circulation sanguine. Elle est déconseillée aux femmes enceintes.

Sources: Quelle est donc cette fleur ? chez Nathan et le Petit Larousse des Plantes Médicinales.

C’est une plante assez commune à rare selon les endroits et pays, si la sauge des prés n’est pas très courante chez vous, il est conseillé de l’utiliser avec parcimonie et d’être attentif à ne pas nuire à sa population.

 

Troc avec le hérisson…

IMG_5692.JPG

Depuis quelques jours nous avons une petite boule de picots qui vient nous rendre visite aussitôt la nuit tombée, sur cette photographie c’est un spécimen qui venait même en plein jour durant le mois de mai 2016.

Cette fois le petit animal est de plus petite corpulence mais comme les autres il se laisse caresser si l’on peut dire, j’ai tenté de la prendre en photographie ce dernier samedi soir mais ma lampe de poche est un peu épuisée pour éclairer le visiteur.

Une année nous avons eu la chance d’avoir toute une famille dans le jardin, je suis bien content car même s’ils mangent quelques vers de terre ils me débarrassent de bon nombre d’indésirables, limaces, escargots qui font leurs courses dans mon potager.

Alors celui là qui semble être un tout jeune, il a adopté le troc, il prend les croquettes des chats et en échange il laisse son petit « souvenir ».

IMG_9821IMG_9822

Alors tous les matins de la semaine passée j’ai du ramasser son « troc ».

La primevère.

C’est une plante vivace fréquente dans les prés, les pâturages, les haies et les lisières. on la rencontre en Europe et en Asie, elle étale sur le sol en rosette dense ses feuilles vert clair, obtuses au sommets, à la surface typiquement gaufrée.

Du centre de la rosette sort une tige unique de plus ou moins 20 cm de hauteur qui se couronne dés les premiers jours du printemps d’une ombelle de fleurs jaune d’or munies de cinq taches orange à la base des pétales. Les fleurs exhalent une odeur suave et les racines dégagent au froissement un net parfum anisé.

Les toutes jeunes feuilles de primevère sont comestibles et les fleurs décorent les salades et les desserts.

IMG_9783

On l’utilise contre la migraine, l’insomnie, la toux et les douleurs. D’un beau jaune  d’or, elle répand un parfum agréable et sa saveur est délicieuse. On prépare une infusion avec 4 à 6 g de fleurs par tasse d’eau bouillante et on laisse infuser 10 minutes, prendre 3 tasses par jour dont une au coucher.

Pour l’expectoration, faire une décoction avec 30 g de racine pour un litre d’eau, laisser bouillir 5 minutes et infuser 10 autres minutes. Prendre 3 tasses par jour entre les repas.

Ces informations viennent du petit Larousse des plantes médicinales.

616mrlulmbl-_sx258_bo1204203200_

Mise en Garde : Lors de la cueillette elle peut causée des dermites de contact appelées dermites primulaires.
Ne pas dépasser les doses surtout avec les racines car elle peut provoquée des vomissements et diarrhées.
Contre indiqué en cas de gastrite ou d’ulcère gastrique.
A éviter si on est allergique aux salicylates (si on ne supporte l’aspirine), en cas de grossesse (a forte doses).
Ne pas prendre si on suit un traitement fluidifiant sanguins (anti-coagulant) type warfarine ou autre.

Souvent lorsque vous voyez quelques primevères en fleurs vous avez de forte chance de trouver aussi les petits fraisiers qui ont aussi quelques propriétés médicinales.

IMG_9786

 

 

Entre deux averses de neige…

Mes expériences ne sont pas toujours des réussites, la dernière en date c’est celle de ces deux petites flutes en sureau.

Je me suis ouvert le pouce avec mon opinel, je n’arrive pas à un résultat satisfaisant et pourtant ce n’est pas la première fois que j’en fabrique. Sans doute que ce n’est pas la bonne époque pour travailler le sureau, j’ai eu un mal fou à sortir la moelle.

Voici quand même en image le résultat qui n’est pas si mal mais pour ce qui est du son c’est une autre histoire.

IMG_9695IMG_9690

Au pire de toute façon ils finiront dans la cheminée l’année prochaine.