Huitième jour,…

Après une petite séance de jardinage ce matin, quelques essais de couture à la machine où j’ai poussé quelques grognements, laissé échapper quelques gros mots.

J’ai sorti un vieille débroussailleuse qui a déjà eu les honneurs de figurer sur le blog il y a quelques années.

Il devait finir sa vie à la déchetterie et son principal souci c’est l’embrayage, jusque maintenant je faisais avec, faut juste faire encore plus attention puisque l’engin est en prise directe.

Alors aujourd’hui, petit démontage de l’engin pour voir d’où vient le problème et c’est quand même pas sorcier, c’est juste le ressort d’embrayage qui est cassé. Moins de 4 euros mais cela va attendre pour le moment que la crise sanitaire ne soit plus qu’un mauvais souvenir.

J’ai remarqué une chose durant cette période de confinement, c’est l’absence de coup de téléphone pour vous vendre une pompe à chaleur, de l’isolant à 1 euro, une mutuelle meilleur que la votre, une séance gratuite de voyance,… finalement ce n’est pas si difficile que cela de faire cesser le démarchage téléphonique 🙂

Après le confinement…

On est jamais à l’abri d’une troisième prise de parole de notre chef de l’état et puisque c’est la « guerre » autant prendre les devants.

Nous sommes confinés à la maison alors qu’il y a deux jours il fallait aller voter alors autant se préparer au survivalisme puisque même pour aller chercher son pain dans le bourg faut avoir sur soi le « laisser-passer » sous peine d’amende.

Alors voila comment j’ai occupé ma première matinée de confinement.

IMGP1028IMGP1026IMGP1027

Cela reste à fignoler mais je pense que d’ici la fin de la crise j’aurais un peu avancé dans ma batterie de cuisine de survie.

Cette cuillère est taillée dans un morceau de poirier, bien meilleur que du chêne ou de l’if qui sont plutôt déconseillé pour faire la popote.