La caspelle bourse-à-pasteur.

Très répandue et extrêmement commune la caspelle accompagne l’homme dans tous les lieux cultivés mais aussi sur les trottoirs, au pied des murs et partout où la terre a été remuée.

Diverses brassicacées ont le même port mais les fruits de la caspelle sont uniques. La caspelle s’est d’abord rapprochée de l’homme par l’intermédiaire de la culture céréales dans le bassin méditerranéen.

Tout de suite remarquée par la forme de ses fruits qui lui ont valu ce beau surnom de bourse-a-pasteur. A la ceinture des bergers autrefois pendait une bourse, vaguement triangulaire, qui par manque d’argent, était toujours plate, la ressemblance des fruits de la plante avec cette fameuse bourse l’a fait appeler bourse-à-pasteur.

caspelle bourse-à-pasteur.

bourse-à-pasteur.

La bourse-à-pasteur contient du potassium, des alcaloïdes, des flavonoïdes. Propriétés hémostatiques connues depuis le XIe siècle. On peut l’employer contre les blessures, les plaies ouvertes. Elle est donc précieuse comme pansement de première urgence et les hémophiles ont tout intérêt à connaître cette plante.

Sources: Plantes sauvages à l’usage des randonneurs, de Guy Lefrançois aux éditions Rando.

plantes sauvages à l’usage des randonneurs.

Sources: Guide des plantes des villes et des villages.

L’alliaire.

L’alliaire est de la famille des crucifères, comme la moutarde, les feuilles dégagent une odeur d’ail. En écrasant les graines on peut préparer une moutarde sauvage tout aussi efficace que celle du commerce.

Les différentes plantes de cette famille sont stimulantes, digestives, antiseptiques et expectorantes.

Avec les feuilles finement hachées on peut faire un beurre parfumé il vous faut du beurre ramolli, et un peu de sel fin.

Si j’y pense j’essayerais d’aller récolter les graines pour tester la moutarde.

Sources: Déguster des plantes sauvages de François Couplan.