Rappelez vous, c’était en février…

chantier.

bâtiment ancien.

En ce début juin, la situation a changé, le bâtiment a été rasé et les fouilles du futur groupe scolaire sont en train de prendre racine.

En ce lundi de Pentecôte aucun ouvrier sur le chantier, pour l’instant on ne voit pas encore à quoi cela va ressembler, il faudra attendre de voir les premiers parpaings monter à moins qu’il arrive en pièces détachées, la suite au prochain épisode.

Publicité

Mon dernier projet…

Vous le savez maintenant j’ai toujours des idées, parfois des gros délires aussi mais le dernier en date c’est celui de faire un herbier numérique, la condition c’est d’utiliser une solution libre pour construire ce fichier.

Scribus est un logiciel de Publication Assistée par Ordinateur qui fait bien le boulot, qui est libre et traduit en Français, j’ai encore quelques difficultés pour insérer un Index mais trouverais sans doute une solution (si vous avez une idée, les commentaires).

Mon idée ce n’est pas répertorier toutes les plantes mais seulement celles qui colonisent les trottoirs de nos villes et villages, en faire un fichier numérique sous forme de fiches descriptives et dans la foulée mettre en avant celles qui risquent de devenir invasives.

Pour commencer il faut photographier les plantes dans leur environnement, la plante en entier, les feuilles et les fleurs ainsi que les fruits lorsqu’il y en a. Pour ce premier exercice je vais me contenter d’un périmètre de 300 m autours de la maison, ce qui va donner du travail (environ une trentaine de plantes).

Ensuite faire une reconnaissance des plantes en étant le plus précis possible tout en sachant que je ne suis pas botaniste.

Restera à mettre tout cela dans Scribus pour en sortir un livret pdf.

Un aperçu de la page de couverture.

herbier numérique.

Pour le moment c’est un projet qui ne demande qu’à s’épanouir, qui a déjà été fait dans certaines villes comme Bruxelles et en région Parisienne.

Suite du projet de fumoir…

Dernièrement j’ai ressorti un vieux tonneau pour le transformer en chambre de fumage, pour faire avancer mon projet il faut que je confectionne un petit bruleur pour faire de la fumée, tout en respectant la température à ne pas dépasser.

En fouillant dans mon fourbi j’ai retrouvé ce vieil extincteur (1996) mais qui n’a jamais été contrôlé depuis, j’ai donc pour la première fois de ma vie testé l’engin, il n’y avait plus beaucoup de pression.

Une fois vidé du liquide j’ai donc procédé au démontage de l’appareil, j’ai gardé le gros écrou qui pourra peut-être me servir pour le tuyau qui transportera la fumée.

extincteur.

J’ai découpé à la disqueuse une partie qui me servira de porte d’alimentation en sciure, une petite charnière complétera cette ouverture.

On ne le voit pas sur la photo mais j’ai gardé la patte d’accrochage qui stabilise le futur foyer et lui donne une petite pente qui permettra l’évacuation des fumées (vers le bouchon noir).

Avant de procéder aux différentes soudures, il faudra que je retire la couche de plastique protectrice qui se trouve à l’intérieur.

Vous l’aurez compris ce petit projet avance doucement, ce matin je voulais acheter un thermomètre pour installer sur mon tonneau mais il n’y en avait pas dans le magasin de bricolage.

Un petit dessin pour comprendre mon projet.

fumoir d’Anatole.

Partie deux du projet fou…

Ce matin j’ai reçu les mécaniques pour installer sur mon projet de banjo, 9,85€ pour les six et j’en ai utilisé seulement quatre, c’est tout ce que j’ai dépensé pour ce bricolage, tout le reste était en attente d’une seconde vie.

Voila donc l’engin dans sa phase terminale, je ne sais pas si j’installerais une sangle, cela dépendra de ce que je vais pouvoir trouver.

Il y aura peut-être une troisième partie.

J’attends le musicien de la famille pour tester l’instrument.

Les projets fous d’anatole 2022…

Ce serait mal connaitre Anatole si 2022 ne ferait pas germer quelques idées folles dans sa petite tête. Un copain bucheron qui m’entraine au bois m’avait mis de coté ce moule à gâteau, en me le confiant dans les mains il ajoute: « tu vas bien trouver à en faire quelque chose ? ».

Alors je dois dire que mon esprit fertile a été mis à rude épreuve pour ce projet qui est loin d’avoir atteint son but ce jour.

moule à gâteau

J’ai donc pour idée de transformer cet ustensile en tôle en un instrument de musique, j’ai donc commencé par dessiner des motifs au fond et je vais marteler au pointeau pour donner du relief sur l’autre face.

dessin à marteler

Mon idée c’est d’arriver à fabriquer un banjo en mélangeant la technique de construction de la guitare-box et le moule à gâteau.

Vous l’aurez compris c’est un projet un peu fou mais ne faut-il pas un peu de folie pour vivre ?

NOUVEAU PROJET…

Voila encore une idée qui vient de passer dans ma tête, j’ai quelques lattes de frêne d’un vieux sommier qui trainent dans mon sous-sol et j’ai vu chez un blogueur canadien qu’il avait construit un engin en bois plutôt pratique, alors je viens de mettre mon projet à exécution.

Celui-ci est un prototype qui fait 23 cm de long (la partie en bois), et le lacet en cuir a été découpé dans un reste de sacoche qui doit maintenant approcher les 50 ans.

tire-pousse

Alors vous allez me dire mais à quoi cela peut bien servir ?

C’est donc un tire-pousse pour grille de four.

Pour fabriquer ce petit engin, j’ai utilisé une scie, une perceuse, un rabot pour retailler la planche et du papier abrasif.

Une paire de ciseaux pour découper un lacet dans le morceau de cuir.

Je passerais peut-être un peu d’huile sur le bois pour le protéger mais pas de peinture car c’est en contact avec la chaleur.

Guitare box d’Anatole.

Voila après avoir fait des petits croquis sur une feuille de papier il est temps de passer à la pratique.

Une Cigare Box Guitar ou CBG est une guitare de une à quatre cordes dont la caisse de résonance est une boîte à cigares, on peut penser qu’elle serait née dans les années 1800 aux États Unis.

Ayant peu de connaissance qui fume le cigare c’était assez compliqué de trouver ce genre de boite, mais je connais quelques gourmands qui vident des boites de gâteaux.

Comme toujours c’est du matériel de récupération qui entre en jeu, faudra malgré tout investir dans des cordes de guitare.

Il me restait des mécaniques de mon dernier projet musical, le manche que j’ai utilisé est un morceau de sommier, pas très large puisqu’il fait 40 mm, il aurait été compliqué de mettre plus de trois mécaniques.

J’ai collé une touche rapportée que j’ai taillé de même largeur que le manche.

Le manche est inséré dans la boite en fer par deux petites ouvertures que j’ai taillé à la Dremel et il est traversant, trois trous au pied permettent de passer les futures cordes, comme système de blocage j’ai mis des têtes de rivets dont j’ai retiré le corps coulissant.

Le manche est installé sur deux cales en bois dans le corps de la boite pour arriver à raser le haut du couvercle.

J’ai passé une petite couche de vernis marin sur les parties en bois et fait quelques adaptations, c’est en bonne voie, la suite au prochain épisode.

Tour à laver,…

La pluie s’étant installée dans le pays, je cherche à faire quelque chose de mes dix doigts même si un, a été recousu il y à déjà quelques années à une époque où le médecin de campagne pouvait encore recoudre dans son cabinet.

Maintenant faut déjà trouver un toubib et quand vous en trouvez un, il vous dit d’aller aux urgences si cela dépasse la prescription d’aspirine ( à titre d’information utilisé depuis l’antiquité pour lutter contre la fièvre et la douleur, le saule blanc est à l’origine de l’un des plus célèbres médicaments du XXème siècle : l’aspirine).

Alors j’en étais où ?

Ah oui, j’ai donc retrouvé ce moteur de machine à laver qui attend son heure pour être recyclé, j’ai bricolé le branchement électrique pour qu’il démarre et c’est « tout bon ».
Je rêve d’avoir un tour à la maison, un vrai pas un bricolé comme j’ai pu le faire il y a quelques années, c’est un outil que je connais parce que dans une vie antérieur j’ai passé avec succès BEP de mécanicien monteur (ajustage, tournage et fraisage), la conjoncture de l’époque  m’a envoyé ailleurs.

Alors rapidement je me suis fait un petit croquis sur une feuille à carreaux pour me donner l’idée principale de l’engin une fois qu’il sera terminé, …peut-être un jour 🙂

tour-à-laver

Une vue de dessus et de profil.

La structure sera en bois puisque c’est le matériaux que j’ai sous la main actuellement mais peut-être que dans le futur une version en tube pourrait germer dans ma petite tête.

Voila donc comment s’annonce le projet, pour l’instant rien n’est encore fixé définitivement, car il faut que je ponce les deux tasseaux qui vont servir de rail pour la poupée mobile, le socle du moteur n’est pas encore découpé à la bonne taille au cas où j’aurais durant la nuit une autre idée, mais il devrait malgré tout ressembler à cela.

IMGP1212

La poupée fixe est presque terminée, il me reste à trouver un gros boulon qui servira de pointe de centrage, qui sera usiné et soudé dans le tube.

IMGP1213

Les pièces qui sont dans les serre-joints sont les rails qui permettront de faire coulisser la poupée mobile, cette dernière n’est pas encore faite et je ne sais pas encore comment je vais procéder, mais ce sera sans doute un gros boulon qui passera dans un tube, lui même inséré dans la poupée en bois.

Voila, ce sera tout pour aujourd’hui, la suite dans les jours à venir.

 

Bricolage et projet en cours…

Alors avec les belles journées que nous avons eu en ce mois de février, je vais devoir remettre en état ma tondeuse qui me jouait des tours la saison dernière.

Le souci c’est qu’elle ne tracte plus que sur une seule roue, je vous laisse imaginer comment faire des « Crop Circle » qu’on peut traduire en Gaulois par « Cercle de Culture ».

Après avoir étudié attentivement la machine, il faut se rendre à l’évidence, il va falloir investir car après 25 ans de bons et loyaux services il est temps pour elle de prendre sa retraite. On pourrait bien entendu en trouvant les pièces détachées lui donner quelques années de travaux supplémentaires, mais il faut encore trouver les pièces à un prix raisonnable.

IMG_2177

Le responsable c’est cette bague, elle s’est détériorée aux fils des ans et l’axe qu’elle était censée guider a joué les filles de l’air et c’est usé grandement.

IMG_2181

On voit l’usure causée par le vide autour de l’axe. Cet axe est l’arbre de transmission qui fait tourner la roue, de l’autre coté du boîtier il y a la même chose pour l’autre roue. Un boîtier et son axe va faire monter la facture entre 120 et 250 euros.

Alors pour le moment, j’ai désactivé le système de traction et il faudra que je pousse la bête, heureusement je n’ai pas un terrain de golf à tondre.

Et en parallèle, je vous avais parlé d’un projet un peu fou comme j’en ai parfois.

IMG_2146

Depuis j’ai changé ma façon de faire et je me suis dit qu’il serait plus intéressant de surélever mon projet. C’est comme toujours un projet dont je ne sais pas s’il aboutira mais j’ai quand même bon espoir.

Alors je ne vais pas vous en dire plus pour ménager le suspense mais d’autres photos devraient vous guider.

IMG_2184

IMG_2190