Le trolle d’Europe.

Trollius europaeus, le trolle d’Europe, encore appelé trolle de montagne ou boule d’or est une très belle plante vivace indigène appartenant aux Renonculacées. Le trolle d’Europe est une espèce montagnarde, présente au-dessus de 500 m d’altitude dans tous nos massifs français. Il affectionne les prairies humides. Les trolles sont une espèce d’énorme bouton d’or globuleux.

Dans mon potager je suis toujours en train de faire la chasse aux boutons d’or mais je dois avouer qu’en pleine nature je trouve la plante assez sympathique et plutôt jolie.

IMGP0562IMGP0572

C’est encore une petite plante que j’ai pu photographier sur le plateau de Solaison à environ 1500 mètres d’altitude.

Sources: trolle et quelle est donc cette fleur ?

quelle-est-donc-cette-fleur

 

La dame de 11 heures.

L’ornithogale en ombelle est une petite plante printanière bulbeuse à fleurs blanches appartenant au genre Ornithogalum et à la famille des Asparagaceae.
Cette plante est appelée communément dame d’onze heures, en référence à la réaction de ses fleurs qui s’ouvrent en plein soleil et se referment au soir.
C’est une plante herbacée vivace de 10 à 30 cm de haut, à bulbe ovoïde, renouvelé tous les ans. Les parties aériennes disparaissent à la belle saison.
Les fleurs blanches, érigées, s’ouvrent en étoile au soleil et se ferment le soir.
Elles demeurent fermées par temps couvert.
Les 6 pétales sont d’un blanc pur en dedans et marquée d’une bande médiane verte en dehors.
La floraison a lieu d’avril à juin. La pollinisation se fait par les insectes.

IMG_2557IMG_2558

Sources: Quelle est donc cette fleur? aux éditions Nathan.

Quelle-est-donc-cette-fleur

J’ai découvert cette petite plante sur le bord du petit sentier qui porte le nom de notre ancien maire.

 

Le houx.

Conservant ses feuilles en hiver, le houx était pour les anciens symbole de vie éternelle. Le contraste de ses fruits rouges sur le feuillage vert sombre le rendait encore plus frappant. Il tenait une place importante dans les rituels druidiques. Les anglo-saxons l’employaient contre les gênes respiratoires. Au XIXe siècle, il fut vanté comme fébrifuge à l’égal du quinquina.

Les feuilles de houx sont diurétiques et laxatives. Elles ont été préconisées contre les rhumatismes et les fièvres intermittentes mais leur usage n’est plus d’actualité.

La seconde écorce du houx sert à préparer la glu, que l’on extrait aussi d’autres végétaux et en particulier des baies de gui. Celle-ci est parfois employée pour ramollir, résoudre et faire mûrir les abcès et furoncles.

Les fruits sont purgatifs, mais ne sont plus guère employés, ils sont rapidement vomitifs et leur ingestion peut provoquer des troubles nerveux, généralement sans gravité.

IMG_1706

Sources le petit Larousse des plantes médicinales.

616mrlulmbl-_sx258_bo1204203200_

 

Les petites orchidées de mon jardin.

Chez moi le jardin est assez sauvage, j’aime laisser quelques morceaux de bois pour abriter les insectes xylophages, les mauvaises herbes ont le droit de s’épanouir pour servir de refuge aux autres animaux, et c’est sans doute pour cela que nous avons la visite de différents animaux, de l’écureuil, du pic vert, du pic épeiche, du corbeau, de la pie et des chauves souris. Et quand on se promène dans notre jardin parfois on fait de belles rencontres, mais pour cela il faut faire quelques concessions.

Voila plusieurs fois que je passe la tondeuse en évitant soigneusement certains petits bâtons que j’ai enfoncé pour signaler la présence d’une future surprise.

Aujourd’hui, je peux donc vous les montrer en image.

IMGP9936

Ici vous avez ce qui ressemble à une Ophrys abeille.
Grands sépales roses ou blancs avec nervure verte pour la plupart des variantes.
Petits pétales jaune verdâtre, velus, triangulaires
Labelle caractéristique 1 semi-globuleux, velouté, avec dessins jaunes, 2 lobes latéraux en forme de bosse qui fait penser à un abdomen d’insecte.

IMGP9941IMGP9942IMGP9944IMGP9945

Et cette Orchis bouc, qui est moins jolie, mais qui a le droit de s’épanouir dans mon jardin.

C’est une plante robuste pouvant atteindre 1 m. Elle possède de nombreuses feuilles d’un vert grisâtre qui apparaissent en automne, persistent l’hiver puis se flétrissent à la floraison. L’inflorescence est cylindrique et assez dense, fleurs verdâtres bordées de pourpre, sépales et pétales rassemblés en casque, labelle très allongé, jusqu’à 6 cm, enroulé, plus ou moins déployé à l’horizontale à la floraison, peu échancré à l’extrémité. Odeur marquée caractéristique, proche de celle du bouc (perceptible uniquement à proximité immédiate de la fleur).

Sources: Wikipédia et Quelle est donc cette fleur ? de chez Nathan nature.