Amélioration housse de hache…

La semaine dernière j’ai fabriqué un petite housse de hache en cuir et aujourd’hui j’y ai apporté une petite amélioration avec un système de blocage.

Après avoir découpé un long lacet en cuir et percé la housse, j’ai mis en place cette sécurité supplémentaire.

Vous remarquerez que j’ai affiné le manche et lui ai donné une jolie couleur avec de l’huile de lin.

Voila l’engin en images.

Protection pour fer de hache…

Rappelez-vous j’avais déjà fait une housse pour ma hache d’abattage et dans la foulée j’avais aussi construit quelque chose qui peut s’apparenter à une servante de cordonnier.

Il y a un tas de chose que je fabrique qui servent seulement une fois et puis il y a des trucs qui retrouve une utilité un peu plus tard.

Il me restait encore quelques morceaux de cuir et je trouve que pour protéger un fer de hache c’est la solution, faut juste se transformer en cordonnier, en couturier et surtout faire un bon patron (pas celui qui me sortait par les yeux et qui m’a pourri la vie).

Ici le patron du bricolage c’est moi, quand je me trompe je m’engueule, quand je réussi je me félicite (et on n’est jamais mieux servi que par soit même).

Alors j’ai sorti mon petit étau de cordonnier, j’ai dessiné un beau patron, ensuite j’ai découpé ma pièce de cuir en essayant de réduire un maximum les pertes (c’est là qu’on voit que je suis attentif aux intérêts), un bon cutter et une planche martyre pour fignoler.

Réduction de l’épaisseur du cuir pour faire une charnière pour le plis, marquage des trous sur la face intérieur et ensuite la partie la plus contraignante la couture avec du fil de boucher graissé et deux aiguilles à canevas.

Quelques images pour vous montrer le résultat final, je réfléchi pour savoir si je rajoute ou non une patte de cuir avec une pression pour bloquer la housse, peut-être dans un prochain billet.

Récupération…

Hier, j’ai récupéré quelques bricoles qui devaient partir au fond d’un bac à la déchetterie, sur les quatre appareils il y en a  trois qui sont en état de marche.

J’ai remis en état deux prises d’alimentation dont une qui avait été coupé par la scie circulaire, réparé avec un domino j’ai trouvé que cela ne faisait pas sérieux alors j’ai procédé au démontage de la bête et j’en ai profité pour la dépoussiérer.

Ce sont des machines qui ont été vendu dans les années 1980/1990 mais suffisante pour bricoler dans mon garage.

L’autre est une perceuse à percussion de 750w dont le cordon était en mauvaise état au niveau de la sortie, j’ai procédé de la même manière, il est maintenant un peu plus court mais c’est plus sécurisé.

Le troisième outil est une ponceuse vibrante, toujours du même fabricant et qui fonctionne, faudra juste la nettoyer.

Le quatrième est une perceuse qui ne semble pas être très vieille mais qui refuse de démarrer, faudra que je pousse l’autopsie un peu plus loin.