3,30 euros…

Je suis allé faire les courses et il y avait une lame de scie à denture américaine pour 3,30 euros de 53 cm qui a terminé dans le caddie, la semaine dernière j’en avais vaguement parlé mais le projet était seulement dans la tête.

Alors c’est bien joli d’avoir une lame de scie, mais sans cadre pour la tenir cela ne sert pas à grand chose, c’est donc armé de ma serpe et ma petite scie arboricole que je suis allé prélever quelques morceaux de noisetier.

Pour mon projet j’ai besoin de deux morceaux pour faire les jambes du H, un autre pour la partie transversale et un plus petit pour tendre la corde, deux vieilles vis et un bout de corde.

Scie cadre.

La partie transversale vient s’emboîter dans les jambes et la corde en vrillant vient tendre la lame, le petit morceau de bois sert de butée en venant se plaquer dessus.

Premier essai avec une corde de médiocre qualité et elle a lâché.

Pour le suivant j’ai pris de la corde qui avait servi pour mon tambour à coulisse.

Tambour à coulisse.

C’est beaucoup plus costaud et l’essai a été concluant, j’ai malgré tout remarqué que mon trait de scie pour glisser la lame n’était pas vraiment en face de l’autre et je vais y remédier, cela évitera une petite torsion.

Vous l’aurez compris, il ne faut pas compter sur nos dirigeants et il faut se préparer au survivalisme face à l’effondrement de la civilisation industrielle 🙂

Rien de bien compliqué pour ce bricolage, faut juste faire attention avec les outils coupants, ne pas oublier de remettre la protection de lame pour éviter les accidents, cette scie cadre est entièrement démontable et ne prend pas de place dans un sac à dos. Si une pièce venait à céder le remplacement peut-être fait rapidement.

Après le confinement…

On est jamais à l’abri d’une troisième prise de parole de notre chef de l’état et puisque c’est la « guerre » autant prendre les devants.

Nous sommes confinés à la maison alors qu’il y a deux jours il fallait aller voter alors autant se préparer au survivalisme puisque même pour aller chercher son pain dans le bourg faut avoir sur soi le « laisser-passer » sous peine d’amende.

Alors voila comment j’ai occupé ma première matinée de confinement.

IMGP1028IMGP1026IMGP1027

Cela reste à fignoler mais je pense que d’ici la fin de la crise j’aurais un peu avancé dans ma batterie de cuisine de survie.

Cette cuillère est taillée dans un morceau de poirier, bien meilleur que du chêne ou de l’if qui sont plutôt déconseillé pour faire la popote.